Twin Peaks est toujours une série créée par David Lynch et Mark Frost, toujours avec Kyle MacLachlan (Dune) et plein d’autres acteurs dont un certain nombre d’invités amusants : David Duchovny (Californication), Heather Graham (From Hell), Billy Zane (Le Fantôme du Bengale), David Lynch…

Si vous ne connaissez pas Twin Peaks, c’est que visiblement vous êtes passé soit à côté des années 90, soit à côté de mon article sur la première saison. Cela étant dit, je me dois de faire un avant-propos de mise en garde.

  • Si vous n’avez jamais regardé Twin Peaks, déjà, c’est mal.
  • Si vous n’avez jamais regardé Twin Peaks, je vous invite dès à présent à fermer l’onglet de mon blog, à ouvrir un onglet Amazon et à en commander le coffret DVD.
  • Si vous n’avez jamais regardé Twin Peaks, vous risquez de vous gâcher tout le plaisir que cette série comporte puisque je vais raconter beaucoup de choses qui lèveront tout le voile de mystères inhérents à l’univers de Twin Peaks.

Vous avez été prévenu !

La première saison avait posé les bases d’un phénomène qui ne tardera pas à être nommé peakmania tant la série jouissait d’une popularité énorme. Au démarrage de la saison 2, tous les foyers américains suivent la suite des enquêtes de l’Agent Dale Cooper avec une ferveur quasi-religieuse. Mais il faut savoir que si le créateur de la série est le garant de son intégrité, il n’a pas les pleins pouvoirs. Comme souvent, ce sont les personnes qui mettent les billes sur la table qui décident de la façon dont doit avancer le show.

Twin Peaks, Mark Frost et David Lynch vont être victimes d’une des plus grosses conneries qu’ait jamais fait une chaîne de télévision pour l’une de ses séries-phare ! En effet, les dirigeants de la chaîne avaient peur que l’identité de l’assassin de Laura Palmer ne soit jamais révélée et que la série perde peu à peu de son intérêt. Sauf que cette question – que tout le monde se pose (« Qui a tué Laura Palmer ? ») – est au cœur même de la réussite de la série et de ses scores d’audience. La chaîne force donc la main aux créateurs et la révélation tombe dans l’épisode 7 de la saison 2 !

Sauf que la saison 2 est loin d’être finie avec ses 22 épisodes commandés ! A partir du moment où le public a obtenu sa réponse, les scores d’audience chutent dramatiquement (et très logiquement !).

Les scénaristes vont alors sortir les rames et devoir souquer ferme pour tenir à flots une série dont on vient d’exploser la structure et l’intérêt premier ! Démarre alors un deuxième arc narratif au sein de cette même saison (!), arc qui ne tient sur aucun fondement réel préalablement introduit (à peine, en fait) et qui propulse le spectateur lambda dans une incompréhension bien justifiée.

C’est bien simple, on a l’impression que les épisodes sont écrits les uns à la suite des autres sans qu’il existe de réelle bible pour supporter la mythologie. De là à dire que tout fout le camp, il n’y a qu’un pas ! Le couple Audrey-Cooper était une chose que le public attendait (à juste titre) et se voit détruit par l’arrivée de Billy Zane. En réponse à ce personnage arrive celui de Heather Graham pour donner le change à Cooper. Et au regard de ce qui se produira, c’était complètement accessoire ! Bref, le public décroche. La chaîne aussi. Au milieu de la saison 2, Twin Peaks connaît un arrêt de la diffusion indéterminée (ce qui bien souvent est le signe avant-coureur de la mort annoncée d’une série). Les scénaristes essaient de raccrocher la fin de la saison avec l’essence première de Twin Peaks et son côté mythologique avec notamment Bob. Cela ne suffira pas et la série meurent dans l’indifférence presque générale. Et les fans les plus hardcore n’ont que leurs yeux pour pleurer sur les cliffhangers en chaîne du dernier épisode.

Le plus gros des cliffhangers, c’est bien évidemment le comportement de Dale Cooper ! Que s’est-il passé dans la Black Lodge ? Puisque seuls ceux qui ont vu la série sont sensés cet article, je ne vais pas m’attarder à rappeler ce qu’est la Black Lodge mais plutôt la mettre en comparaison avec l’épreuve de la caverne de Star Wars. Pour maîtriser la force, Luke ne doit pas connaître la peur et doit vivre une épreuve qui déterminera s’il est prêt ou non. Il s’avance dans la caverne, est confronté à l’image de son père et échoue lamentablement à se contrôler. Son maître lui dit qu’il n’est pas prêt, Luke est un jeune abruti et il en perdra une main. La Black Lodge fait connaître à ceux qui y pénètre le même genre d’épreuve : pour dominer cette espace hors du temps, il faut maîtriser sa peur (puisque c’est la peur qui est une des composantes de cette Lodge). Dale Cooper va échouer, prendre peur et laisser son double maléfique sortir de ce lieu.

Dale Cooper était un personnage mystique au sens premier du terme. Un personnage aux méthodes pour le moins pas du tout orthodoxes et qui n’hésitaient pas à accepter le mystique, les rêves, les symboles et les signes comme une composante de la vie. En d’autres termes, Cooper était sur le chemin de l’Eveil. L’épreuve de la caverne était initiatique et chargée de symboles. C’est bien évidemment une allégorie d’Orphée qui s’en va dans les enfers pour aller récupérer Eurydice (le personnage d’Annie, qui aurait dû encore être Audrey si les scénaristes avaient eu deux doigts de bon sens en évitant d’introduire le personnage de Jack… Vous sentez là, que le personnage d’Annie m’énerve ?). Mais de mon point de vue, pour bien comprendre le personnage de Dale Cooper et ce qu’il représente (ainsi que le potentiel qu’il portait en lui), il faut se tourner vers une des clés qui a été donnée dans la saison 1 : le Tibet. Car s’il y a bien une force que possédait Twin Peaks, c’était de proposer une vision du monde complètement païenne par rapport à la bien-séance chrétienne américaine.

Quel est la religion du Tibet ? Le bouddhisme ! De mon point de vue, disais-je – vous êtes libre de le suivre ou non, Cooper était une nouvelle incarnation d’un Bodhisattva. Un Bodhisattva, c’est un être sur le point d’atteindre l’état de Bouddha. Selon les interprétations, Bouddha est un héros humain/saint/sage suprême, ou bien un sauveur du monde, ou bien un Illuminé (dans le sens qui fait parti du Tout). Bob étant défini comme le Mal absolu, l’hypothèse sauveur du monde est acceptable, bien que je préfère celle de l’Illumination.

En entrant dans la Black Lodge, Dale Cooper devait affronter l’ultime épreuve qui l’aurait emporté vers son Illumination et aurait fait de lui un Être Complet, dépassant sa propre condition, capable de vivre dans le monde réel ET de traverser les Lodges. Comme nous sommes dans une série bien piloté par des scénaristes qui n’avait pas encore tout à fait jeté l’éponge, il était tout à fait logique que l’échec soit au bout du chemin (comme dans Star Wars), de manière à nous proposer une saison 3 puis éventuellement 4 (si tout cela avait été bien fait à l’époque), pour nous porter tout au long du chemin initiatique de Cooper. Et là, les fans de Twin Peaks comme moi n’ont toujours que leurs yeux pour pleurer ! Ils peuvent se consoler en se disant que le Cooper bon est resté dans la loge et attend 25 ans que son lui-même plus jeune rêve de lui-même plus vieux afin de lui révéler qui est le meurtrier de Laura Palmer. Les plus optimistes de chez optimiste peuvent toujours rêver d’un Twin Peaks 25 ans plus tard qui reprendrait la suite de la série et permettrait l’accomplissement de la quête de Cooper. Officiellement, David Lynch a déjà tué cette rumeur… Mais bon, Ridley Scott avait bien dit qu’il ne ferait jamais de suite à Blade Runner, alors…

En soi, je pense que le Tibet était l’une des clés pour bien saisir toute l’importance de la symbolique qu’il y avait autour de Twin Peaks. La White Lodge et la Black Lodge pourraient trop facilement se confondre avec les anti-chambres du Paradis et de l’Enfer (ce qui me semble invalidé par le fait que Laura Palmer continue de traverser la Black Lodge tandis que son père la décrit comme « dans la lumière » en expirant ses derniers souffles de vie). Je préfère les ramener autour des symboles orientaux du Yang et du Yin (respectivement donc, la lumière et l’obscurité) dont l’union forme le cosmos (étrangement, c’est aussi une autre interprétation du Bouddha suprême) et réside en toute chose créée . « Réside en toute chose créée », de ce fait on pourrait ainsi comprendre comment Bob réussit à s’extirper de la Black Lodge pour prendre le contrôle de Leland, ou pourquoi les chouettes peuvent être considérées comme des avatars de la Black Lodge (justifiant par la même « The owls are not what they seem » proféré par le géant pour prévenir Cooper).

Ces mêmes chouettes, dans une autre religion – celle des natifs-américains-, étaient considérées comme le symbole des vérités cachées. La vérité cachée du show étant bien : Mais qui a tué Laura Palmer ? (et accessoirement le fait que les chouettes étaient un avatar de Bob, disais-je)

Toujours en terme de mythe et symbole, je trouve intéressant de s’intéresser au fameux « Fire, walk with me » de Bob. Le feu est bien évidemment un élément destructeur et on pourrait s’en tenir là : Bob est un guedin dans sa tête et il invoque la puissance du feu pour l’accompagner dans sa quête de folie. Soit. Mais allons un brin plus loin. Dans le dernier épisode, Earl demande l’âme de Cooper (qui accepte comme un gros naze, son premier vrai échec dans sa quête arrive à ce moment-là), Bob arrive et clame qu’il est le seul à pouvoir collecter les âmes. Sur ce, un panache de feu sort de la tête de Windom Earl alors que Bob s’empare de son âme. Le feu devient une métaphore de l’âme, la litanie de Bob devenant ainsi une image de ce qu’il accomplit dans le monde réel : un collecteur d’âmes (dans quel but…?). Autre interprétation pour rester dans tout ce que le Tibet aurait pu offrir à la série, le Feu est présenté sous trois formes : le Désir, l’Hostilité et l’Illusion. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire que je détaille plus pour associer le Désir, l’Hostilité ou l’Illusion au personnage de Bob…

« C’est tout à fait fascinant » comme dirait ce bon vieux ThofdirJe crois que je pourrais encore continuer des heures en parlant de la forêt matricielle, du rôle des bois, de la symbolique derrière le chiffre 12 (les 12 sycomores de Glastonbury Grove, pour rappel), de la facilité avec laquelle on pourrait associer les personnages de Twin Peaks avec les figures d’un tarot divinatoire (Le Magicien, l’Impératrice, le Fou, la Tour, etc.) et j’en passe. Mais il faut bien se rendre à l’évidence : je n’ai pas encore lu tout ce que je devrais lire pour décrypter ce qu’il y aurait à décrypter, je n’ai pas forcément le temps de tout décrypter non plus et vous êtes déjà bien courageux si vous lisez ces lignes !

La puissance du mythe en narration et storytelling est d’une rare intensité et possède cette formidable capacité à parler à l’inconscient de l’audience (je ne vais même pas re-citer Star Wars qui suit point par point et à la lettre la structure narrative du mythe, telle que l’a décrite Joseph Campbell dans son livre que je suis en train de lire et que je finirai bien par chroniquer ici un jour ou l’autre). C’est en partie pour cela que Twin Peaks s’est forgé un noyau d’indécrottables fanboys et que 20 ans plus tard, la série n’a pas pris une seule et se regarde toujours avec grand plaisir.

En espérant que cette toute petite plongée dans Twin Peaks et son mythe vu par mes yeux vous ait plus…

Publicités
commentaires
  1. Reckoner dit :

    Pas tout compris mais c’était passionnant… Exactement comme la série en fait 😉

  2. […] je n’ai jamais parlé de mon amour pour les trois autres. Enfin, si pour Twin Peaks ici et là. Restent donc le Caméléon (dont je ne ferai jamais d’article) et le présent Quantum […]

  3. […] pas coutume, intéressons à une analyse de film. Un peu comme ce que j’avais fait pour Twin Peaks. A savoir, c’est mon blog, j’y raconte ce que je veux, a fortiori ce que je pense […]

  4. Croquette dit :

    La suite en préparation du coup, ésperons que ça parte selon ton analyse, ça défoncerait !

    • Oliver Castle dit :

      Merci pour ton commentaire. Je suis très impatient de voir cette nouvelle saison. Beaucoup plus que la nouvelle de X-Files par comparaison. Je ne sais absolument pas où vont nous emmener Lynch et Frost, mais ce serait rigolo que j’ai tapé un peu dans le mille avec cet article effectivement =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s