Les versions « Unrated », ce mal ordinaire…

Publié: 28/02/2012 dans Cher Journal..., Cinema
Tags:, , , , ,

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler d’un film en particulier mais de films en général. Enfin, d’une version particulière des films en général. Parce que je me suis déjà fait avoir quelques fois et qu’il est de mon devoir de citoyen cinéphile d’avertir mes compatriotes.

Je vais parler des versions « Unrated » de certains films.

Qu’est ce que le « euneratide » ? Quand un film sort au cinéma, il y a au préalable un organisme qui a vu le film et l’a noté de manière à avertir l’audience de ce qu’elle est en droit d’attendre (et restreindre si besoin l’accès en salle si l’âge présumé requis n’est pas atteint). Un peu comme la PEGI des jeux vidéo. Une petite blague quand on sait qu’aucun revendeur de came vidéoludique ne refuse de vendre un GTA V au môme de 12 ans qui passerait par là ; de la même façon qu’aucun cinéma n’a probablement jamais refusé l’accès au môme du même âge qui voulait aller voir Saw VI.

Une fois que le film a vécu son exploitation en salle, il arrive en DVD. Logiquement. Parfois il arrive ensuite dans une nouvelle version, la dite « unrated » qui, si on n’est pas vigilant, remplace la version que tout le monde a pu voir au cinéma. Attention, une version « unrated » n’est pas une version « director’s cut », même si des « director’s cut » peuvent être des « unrated ». Et même si les « unrated » sont le produit du réalisateur… très probablement poussé à la fourche dans le studio de montage par les gars du marketing…

Une version « unrated » pourrait grossièrement se traduire par « non-censurée », même si, pour être plus juste, il faudrait plus la considérer comme un simple pied-de-nez à la précédente notation de l’organisme susnommée. En définitive, qu’êtes-vous en droit d’une version « unrated » :

  • Une multiplication des blagues affligeantes
  • Une explosion du nombre de références sexuelles ou scatologiques ou psychotropes  (ce qui va de pair avec ce qui précède)
  • Des ajouts de plans boobs pour les plus prudes et je vous laisse imaginer pour les moins prudes…
  • Une exposition totale de la violence… bien qu’au regard des images, vous aurez vite compris que la raison première de l’unrated n’est pas l’ajout de violence …

Bon, dis comme ça, ça a l’air sympa une version « unrated »… comme la transcendance d’un film qu’on a apprécié… comme l’ultimate version qu’il faut voir pour profiter au mieux de la richesse intrinsèque du film…

Oui, MAIS NON ! La version « unrated », c’est le mal ! Surtout pour les amateurs de films. Et cela pour plusieurs raisons évidentes.

  • En rajoutant des scènes (la plupart du temps tournées sur le tas, en dehors du sacro-saint script), vous rallongez la durée de votre film, donc vous explosez le tempo qu’un scénariste s’est évertué à créer pendant des mois (enfin, j’ose espérer que les versions « unrated » ne sont pas le script original…), donc votre film perd nécessairement et dramatiquement (dans tous les sens du terme) en qualité.

Bon, en fait, c’est l’unique raison valable. Mais en rajoutant des nichons inutiles (ou pire), vous avez bien conscience de la régression adolescente que vous êtes en train de vivre si vous commencez à apprécier ce que vous regardez…

En définitive, la version « unrated » d’un film ne devrait jamais être la version d’un film que vous regarderiez pour la première fois ! Au risque de complètement vous pourrir votre film.

J’en veux pour preuve Sex trip… ou Sex road… Road sex… Bref, un film avec un ado qui veut traverser d’est en ouest les USA pour retrouver une fille qu’il ne connaît pas, mais avec qui il a envie de coucher parce qu’elle a l’air très open, avant de se rendre compte qu’il est amoureux de sa meilleure amie (un pitch de haute volée, déjà). Avant la version pourrave, le duo de réalisateurs prend le temps de bien vous expliquer exactement ce que je suis en train de vous expliquer aussi ; ils n’hésitent pas à user d’un grand monsieur tout nu et de demoiselles tout aussi peu habillées pour appuyer leur propos. Je n’ai jamais regardé ce film puisqu’il était dans la lignée de cet avertissement (parce qu’au regard du simple pitch, oui, j’aurais pu regardé !)

C’était Sex Drive en fait… Vous noterez qu’en dépit de l’avertissement des réalisateurs, le marketing vous met tout de même un bandeau pour vous bullshiter à mort et vous faire acheter (aussi) cette version ?

Autre preuve ? Pas plus tard que hier soir, je voulais regarder Bridemaids, version « Unrated ». La version de base était bien notée sur allociné et avait reçu de bonnes critiques de manière générale. J’ai coupé le film au bout de 26 minutes après une succession de scènes sans fin ni but et à l’humour catastrophique. Il faut savoir que je n’arrête jamais un film que j’ai commencé, par principe. Les fois où c’est arrivé de mon propre chef se compte sur les doigts d’une main.

Les « unrated », c’est le mal !

Le pire, c’est que, d’après ce que j’ai pu voir dans les rayons DVD, la version pourrie vient parfois purement et simplement se substituer à la version de base (c’est rare, mais ça arrive… heureusement la plupart du temps, c’est un autre disque qui la propose) ! Scandale ! Bon, en même temps, ceux qui achètent American Pie 6 unrated l’ont bien cherché… De là à dire que le « unrated » ne s’adresse qu’aux fans hardcore d’un film, il n’y a qu’un pas que j’aurais dû franchir bien avant pour faire plus court…

Pour conclure cet article bien trop long au regard de la teneur débile de l’unrated : n’achetez pas de version « unrated » et ne les regardez qu’en connaissance de cause (et jamais pour un premier visionnage) ! C’était un message à caractère informatif. Me voilà maintenant bien informé, on ne m’y reprendra plus !

Et puisque je parlais de l’avertissement de Sex Drive qui devrait s’appliquer à tous les unrated,  le voici (NSFW!) :

Publicités
commentaires
  1. […] cinéma, avec ce que j’en ai vu et compris. A priori, on pourrait classer cette version en unrated, celle où le réalisateur se fait plaisir et décide de montrer tous les trucs inutiles […]

  2. […] on Le Grand BleuLe chevalier au taur… on Le Grand BleuLe Grand Bleu … on Les versions “Unrated…Wysiwyg on Journal en Bordeciel #26Oliver Castle on Code QuantumJessica on […]

  3. […] Les versions "Unrated", ce mal ordinaire… (1 243 vues) : La surprise de l’année, d’autant plus que l’article date de début 2012… […]

  4. Gosse dit :

    Ben je peux comprendre cette prise de gueule sur le unrated. Mais as-tu au moins essayé avec des bons films au départ ? Pourquoi tu te mange un unrated de films que tu considères déjà médiocres ?

    • Oliver Castle dit :

      J’ai essayé avec quelques supposés bons films, comme Bridemaids…
      Je suis assez partisant qu’un film est construit de façon cohérente dès le départ. Ou il est R-rated (Deadpool), ou il est pas et faire du bricolage au montage casse tout…

  5. […] Dans ma grande quête de mater tous les films typés comédie romantique et ados pour nourrir un futur roman, celui-ci était passé entre les mailles du filet. On a pourtant l’icone du genre des années 80 dedans. Une agréable surprise, moins datée que ce que je pensais en voyant la bande annonce. L’un des premiers road-trip romantique à la sauce ado si je ne m’abuse. A réserver aux ultras fans du genre, ceux qui n’ont pas peur de mater des choses un peu désuètes mais qu’on ne trouve plus sur le marché (à moins de taper dans le très bas de gamme). […]

  6. MarcoEspania dit :

    Ca depend un UNRATED peut aussi être intéressant pour les grosses productions, les franchises dont on est fans. Après avoir vu l’oeuvre originale, parfois c’est intéressant de découvrir des scènes cachés. On en trouve souvent dans les dvd en bonus. il y a aussi des UNRATED qui ne dénature pas le film, faut pas généraliser

    • Oliver Castle dit :

      Je n’ai rien contre les Unrated pour les fans hardcore, je râle surtout contre les versions unrated en premier visionnage, ou contre les DVD qui ne proposent que cette version…

  7. […] la CIA compte tenu de son caractère obsessionnel intrinsèque. A noter que je suis tombé sur une version unrated malgré moi, donc plein de blagues improvisées par les acteurs et de plans inutiles, alourdissant […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s