Archives de la catégorie ‘Au Pays des Fjords’

On est en plein milieu de la saison estivale ce qui me semble être le moment opportun pour vous parler de Drøbak, une petite ville balnéaire au Sud d’Oslo. Et si Drøbak est célèbre, ce n’est pas seulement pour son fort qui assura une victoire contre les Nazis durant la seconde guerre mondiale, c’est surtout parce que la ville accueille la maison du Père Noël !

Un bâtiment entier entièrement dédié à Noël, ouvert toute l’année ! Comme toujours, il faudra faire attention aux horaires de fermeture, toujours de bonne heure. A l’intérieur, vous trouverez tous vos accessoires de décoration hivernal, dans une ambiance chaleureuse. Du père Noël en veux-tu en voilà. Des boules, des poupées, des bibelots… Noël se décline sous toutes ses formes, preuve l’événement est marqué en Norvège.

La maison du Père Noël est entièrement artisanale, ce qui signifie que la plupart des objets que vous trouverez sur place sont faits main (avec le petit logo « fabriqué à Drøbak »). Après, en toute honnêteté, on a eu du mal à trouver de la décoration qui ne soit pas totalement moche (le style est particulier) et à des prix sympathiques.

En dehors de cette « attraction » unique, la ville est petite et ne déborde pas d’activité à faire. Les amateurs d’architecture trouveront quelques maisons typiques datant du 19e siècle qui donnent à Drøbak tout son charme.

Pour s’y rendre depuis Oslo, c’est un bus ou un bateau. Et si vous y allez, je recommande fortement un arrêt dans la boulangerie dans la rue parallèle à l’Avenue principale : ils font les meilleurs kanelboller que j’ai pu goûter depuis mon arrivée ici. Passer une petite journée sous le soleil de Drøbak est agréable et peu onéreux (160 NOK l’aller retour en bus) ; une fois le tour de la ville fait, son kanelbolle dans le ventre, il suffit de se poser sur un banc et de profiter de la vue sur le fjord avec un livre. Je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter la forteresse, ça viendra peut-être un jour.

Publicités

Une des premières choses qu’on me demande depuis que je suis arrivé en Norvège, c’est de savoir si j’ai commencé à apprendre la langue, à quoi ça ressemble et si c’est dur.

La réponse est oui. J’ai mis un peu de temps à m’y mettre, le temps de m’installer, de voir ce que je pouvais faire, à quel prix… Il se trouve en fait qu’il y a une école juste à côté du boulot, donc plus que des considérations pécuniaires, c’est surtout le côté pratique qui m’a poussé à aller chez Alfaskolen en particulier. J’ai donc commencé en Mai dernier à apprendre la langue des locaux.

En toute honnêteté, apprendre la langue n’est pas obligatoire et entraîne des investissements en temps et en argent bien dispensables parce que tous les Norvégiens parlent anglais. Tous ! Il est donc vraiment facile de communiquer avec les autochtones, même si ces derniers commencent systématiquement par vous adresser la parole en Norvégien. Ca me fascine réellement de voir que tout est capable de parler en Anglais, allez faire l’essai à Paris qu’on se marre un coup !

En revanche, s’il est possible de faire la feignasse (j’ai un collègue américain ici depuis 8 ans qui commence seulement à apprendre…), ça devient assez vite fatiguant de vivre dans un environnement où vous pigez que dalle à ce qui se raconte. De plus, je suis assez partisan de l’effort d’intégration : la Norvège est un pays que j’adore, dans lequel j’ai envie de rester, il me semble donc naturel de me sortir les doigts du fondement pour apprendre à communiquer. A noter que nombre de papiers officiels, notamment des permis de travail permanent, des permis de séjour permanent, etc. requièrent de passer un examen pour attester que vous n’êtes pas des quiches en norvégien afin d’être validés. Et puis, je fais parti de ces gens qui apprécient apprendre des langues (ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille quand j’étais plus intéressé par l’Anglais en prépa-math et par le Japonais en école d’ingé), c’est le genre de masturbation intellectuelle qui me plaît.

Comme n’importe quel apprentissage de langue une fois que vous êtes sortis du cadre scolaire, votre progression est découpés en niveau : A1, A2, B1, B2, B3, C1, etc. Plus vous grimpez dans les niveaux, plus on rajoute des couches de complexité. Les fameux examens sus-nommés nécessitent au moins du B2 si ma mémoire est bonne. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ai achevé A2. Ce qui me permet de baragouiner des trucs basiques comme commander un billet de train. Sauf qu’on commande les billets de train avec des bornes automatiques… Mais là n’est pas la question !

Je fais deux fois deux heures par semaine, sans compter les exercices à faire à la maison. L’école propose également des sessions par semestre pour avoir plus de jours par semaine. Vous apprendrez la même chose, mais sur un rythme moins intense sur une durée équivalent et pour un peu moins cher. Je paye entre 350 et 450€ chaque session de 5 à 6 semaines. C’est une école privée, donc assez chère. Après, et malheureusement, les tests que l’on passe ici ne sont pas des pré-requis pour passer au niveau supérieur, ce qui peut impliquer des gens qui n’ont pas nécessairement le niveau pour vous accompagner.

Autre point noir, je trouve certains groupes trop nombreux (>10) pour être réellement efficaces, en dépit des petits jeux de rôle pour nous faire parler.

Alors, la question qui tue : est-ce que c’est dur ?

Et bien, c’est moins dur que le Japonais, pour sûr. Et c’est moins dur pour moi que ça peut l’être pour des Indiens par exemple. En fait, si vous vous débrouillez en anglais et grâce à votre connaissance de la grammaire française, vous vous en sortirez par effet d’analogies. Après, cela dépendra essentiellement de votre faculté d’adaptation et de votre motivation.

Finalement, la prononciation des lettres norvégiennes n’est pas si éloignée du français, comparée aux diphtongues de l’Anglais qui nécessitent une patate chaude dans la bouche pour être proches du correct. Un u se dit « u », un o « ou », un a « a », un e « é/è »… Après, il y a des sonorités pas faciles à appréhender, comme le i et le y. Techniquement, les deux ont même son « i » ; le premier nécessite de le faire avec le sourire, le deuxième avec les lèvres en avant… Une subtilité qui échappe à mon oreille pas musicale pour deux sous. On vire aussi les trucs un peu inutiles genre « -que », les sons de ce type étant remplacés par des k. Les trois lettres exotiques sont å, ø et æ, respectivement prononcées « o », « eu » et « a », mais pas le même « a » que le a…

Après, les profs ont tendance à dire que vous prononcez ce que vous voyez, a contrario du français qui rajoute des trucs qui se disent pas. Les fameux « -que », x et s des pluriels, « -eau » et j’en passe. Ceci étant, plus vous avancez, plus vous constatez que c’est un peu la poêle qui se moque du chaudron, le norvégien ayant lui aussi tendance à ne pas prononcer certains d, certains g ou à changer la prononciation de k en « gue »…. Par exemple, le « fjord » que j’utilise pour titrer cette série d’articles se prononce « fiorde » à la française ; à la norvégienne (donc techniquement la vraie prononciation parce que des fjords, on n’en trouve qu’en Norvège) ça se prononce « fiour »…

Bref, tout ça pour dire que oui, j’apprends le norvégien et que non, ce n’est pas hyper compliqué. Et puis en fonction des professeurs on fait des trucs marrants et on reçoit des Kinder si on travaille bien…

img_0954

Il est temps de faire un point bouffe sur la Norvège. L’autre pays de la pizza.

En Norvège, on bouffe mal. Point barre. Pizzas, hamburgers, hot-dogs, tacos… Si c’est de la junk food, ça finira probablement dans votre estomac si vous vivez là ou passez en touriste. Vue la dose de sport qu’ils font, ils peuvent se le permettre sans mal.

Certes. Mais qu’en est-il de leurs plats typiques ? De trucs bien de chez eux ? Et bien c’est le drame. Il n’y a rien. Pire, ici, la bouffe semble être considéré comme un simple moyen de remplir les besoins essentiels en calories. La cuisine n’est pas un art et la recherche gustative se limite à bien peu de choses, en dépit d’un festival de la bouffe qui s’est tenu début septembre. Leur R&D gastronomique se limite aux saucissons, saumon fumé et aux glaces.

En dehors de ça, ne demandez pas un norvégien de cuisiner, il vous sortirait une casserole pour faire bouillir votre entrecôte !

Vous croyez qu’on ne pourrait pas descendre plus bas ? Erreur ! J’ai trouvé les plus infâmes aberrations culinaires qu’il vous sera donné de voir dans un super-marché : le fromage en tube !

fromage en tube 1

Un peu de bleu ? Du fromage avec 50% de bacon peut-être ?

fromage en tube 2

Fromage au piment ? De l’emmental ? Non ? Même pas celui goût crevette ?

Quand je disais qu’il n’y avait pas de plat typique, j’ai largement exagéré pour les besoins de mon propos. On peut facilement trouver du renne surgelé, à vous de vous débrouiller pour lui éviter la bouillante.

Mais surtout, il y a la baleine. Oui, olala, de la baleine, bouh, c’est mal, et pourquoi pas du phoque pendant qu’on y est ! Désolé, j’ai pas encore trouvé de phoque à Oslo, faut sûrement aller plus au nord… Quant à la pauvre baleine, je suis sûr qu’elle a eu une meilleure vie que la vache qui finit régulièrement dans votre assiette (j’ai d’ailleurs sérieusement réduit ma consommation de viande rouge depuis que je suis arrivé en Norvège, mais c’est un autre débat). Alors comme je suis tombé sur de la baleine et que j’en avais jamais mangé, j’ai goûté ! Et c’était vachement bon !

Il est super dur de trouver un restaurant typiquement norvégien. Celui qui s’en rapprochait le plus alors qu’on cherchait au hasard de quoi se sustenter à l’occasion de l’anniversaire de ma maman s’est trouvé à Aker Brygge. Le Lofoten. Chic (en accord avec l’environnement du port et du nouveau quartier environnant), un peu cher évident, la carte propose majoritairement des produits de la mer aux touristes de passage. Et du steak de baleine ! Ce qu’on a tous pris, parce qu’on veut pas mourir idiot dans la famille.

img_2223

Ca se mange comme un steak et bien saignant (plus vous faites cuire, plus vous aurez l’impression de bouffer de la semelle). Le goût est puissant et marin, très intéressant, a fortiori pour les amateurs de viande rouge. Car oui, la baleine est un mammifère, donc sa viande est rouge. Je n’en mangerai pas tous les jours, par respect pour les baleines, ni même tous les mois, mais je persiste à dire que pour une fois qu’il existe un plat typiquement norvégien, il serait idiot de se priver d’une telle expérience gustative si vous passez dans le grand nord !

Oslo est une ville d’art et de culture. N’importe qui s’intéressant à l’un où l’autre aura tôt fait de passer l’entièreté de ses vacances à se balader d’un musée à l’autre. Personnellement, je pige que dalle à la peinture ; je serais incapable de faire la différence entre une toile de maître et une croûte, alors à moins de faire une visite guidée ou avec quelqu’un de calé pour m’expliquer les bases, je n’ai pas encore trouvé l’occasion de visiter un musée de peinture.

Mais j’ai eu l’occasion de faire pas mal de musées culturels, notamment historiques. Et l’un des incontournables quand on vient à Oslo est celui des bateaux vikings: vikingskiphuset.

img_1490

Ce musée est situé sur la presqu’île de Bygdøy où vous pourrez vous rendre de deux façons : le bateau ou le bus depuis Rådhuset. De toute façon, vous utiliserez votre carte de transport classique si vous l’avez chargée pour la durée de votre séjour. L’entrée adulte chiffre à 8 €, comme la plupart des musées du coin. Note : si vous êtes du genre à condenser vos visites, l’Oslo Pass est une alternative intéressante si vous estimez pouvoir le rentabiliser.

img_1377

Situé sur l’île de Bygdøy, les marathoniens des musées pourraient enchaîner avec le musée folklorique, le Fram, le Ton Tiki mais ce serait comme avaler cul sec un vin millésimé. Autant prendre son temps. A ce propos, je présenterai d’autres de ces musées dans des éditions ultérieures de « Au pays des fjords ». De plus, si vous ne panez pas l’anglais, autant vous prévenir de suite : les visites vont être compliquées puisque la plupart des panneaux explicatifs sont uniquement dans la langue de Shakespeare et de Isben. Dans le cadre du musée viking, sachez que la lecture et l’observation de tout ce qu’il y a dans le bâtiment prend au bas mot trois heures.

img_1406

Le musée se découpe en 4 parties, 3 étant dédiées à 3 bateaux, la quatrième aux objets retrouvés avec. Et la première chose qui frappe en arrivant, c’est la taille des drakkars ! Vraiment ! D’autant plus que le plus beau et le mieux conservé est mis à l’entrée, donc l’effet « wow ! » est immédiat. On ne se fait pas une réelle idée d’un bateau viking avant d’avoir été à côté ; même si vous regardez l’excellent série Viking, vous ne pouvez pas vous figurer la taille à moins de voir le bestiau de visu (plus de 22 mètres de long, plus de 5 de large).

img_1488

Vous pouvez aussi regarder la photo et faire des règles de 3 à partir de la donnée 1m82 modulo le facteur flou…

Le vikingskiphuset contient donc trois bateaux – dont deux en excellent état – qui ont été utilisés comme dernière demeure de personnages importants (probablement des rois ou chef de clans) dont une femme. En d’autres termes, les rites funéraires traditionnels pour les personnes de haut rang consistaient à se faire enterrer dans un bateau et de construire le tertre autour. Les bateaux ont été mis à jour au début du XXe siècle, soit plus de 1000 ans après les funérailles. Comme souvent dans ces cas-là, l’archéologue n’est pas le premier à passer et finalement il ne retrouve que ce que les pilleurs de tombe ont voulu laisser. En d’autres termes, point d’or ni arme mais une grande quantité d’objets de vie de tous les jours permettant de mieux comprendre la société viking (des pots, des coffres, des cuillères, etc. mais aussi des choses beaucoup plus exotiques comme des chariots ou des traîneaux). Cette fouille archéologique a permis de mettre au jour l’unique textile d’époque permettant de comprendre la façon dont ils s’habillaient.

img_1475

A noter que la boutique du musée est bien (i.e. le mieux) fourni en ouvrages littéraires pour ceux qui s’intéresseraient aux vikings (en plus de tout les trucs à touristes genre magnets et cartes postales).

De tous les musées que j’ai pu faire à Oslo, c’est indéniablement mon préféré !

Quoi de mieux pour reprendre mes récits d’aventure dans le grand nord que l’un des plus gros événements sportifs de l’automne ? En effet, le 17 septembre 2016 avait lieu le marathon d’Oslo, auquel j’ai participé.

oslomaraton2016

Pour la petite histoire, je ne savais même pas qu’il y avait ce genre de course à Oslo. De toute façon, à part celui de Paris ou New York, qui sait où se tiennent les marathons dans le monde, hein ? Il se trouve que chaque année, des collègues font un pari sur « qui va perdre le plus de poids » juste après les fêtes de Noël pour se motiver à évacuer les graisses. Cette année, le gagnant de leur concours serait exempté de courir le semi-marathon. Il se trouve également qu’un autre collègue avait prévu de courir le semi avec sa mère. Ca faisait donc 3 collègues participants à la compétition. Voulant me trouver une excuse motivante pour me remettre à courir, j’avais décidé de le faire également, ce semi marathon.

Bon, 21 kilomètres, c’est pas facile. C’est même carrément dur. C’est d’autant plus dur que systématiquement, après une heure de course, j’ai mal au genou. J’ai donc décidé de me rabattre sur une compétition à ma portée qui avait également lieu durant les 42 km du marathon, « 10 for grete » soit seulement 10 km. Un truc que je n’ai jamais fait, mais que je sentais à ma portée. Même – et surtout – avec mes entraînements en dents de scie.

Je n’avais jamais participé à une compétition de ce genre, je n’ai donc aucun point de comparaison. Mais de mon point de vue, le marathon d’Oslo est à l’image de la Norvège : sympathique et familial. Bien sûr, c’est avant tout un événement pour les vrais sportifs qui s’entraînent pour de vrai. Mais en marge de ça, c’est le festival de la bonne humeur et de l’événement pour tous. Les petits peuvent courir 3 km (oui, ici, tu es sportif de naissance) et les personnes d’un certain âge (le troisième) sont tellement vertes qu’elles participaient à la même course que moi (voire au semi), parfois même en courant. Même des handicapés participaient. Le sport ici, c’est une vertu pour tout le monde et il n’y a pas de discrimination. Je n’ai pas spécialement les chiffres, mais entre ceux qui participent, ceux qui encouragent, ceux qui déambulent… il y avait beaucoup de monde, surtout sur la ligne de départ.

départ10k

Au départ du groupe 5, le dernier et le mien.

Avant la course, j’ai récupéré mon numéro et un T-Shirt commémoratif. C’est l’occasion de passer au milieu de stands de sponsors qui font la réclame pour leur nouvelle paire de pompes ou la boisson énergétique ultime. Moi je cours en Décathlon, façon joggeur du dimanche. Je ne m’étais pas spécialement fixé l’objectif de « performer », juste de faire moins d’une heure et dix minutes. Quant à mes collègues ? Ceux du pari ont lâchement abandonné. L’autre était dans un groupe de semi avec sa mère. Il l’a d’ailleurs fini en 2h03 en tenant la main de cette dernière pour la ligne d’arrivée.

Bref, j’ai couru 10 kilomètres sans m’arrêter dans ce qu’on pourrait qualifier au final de « belle balade, quoique un peu dure sur la fin ». Nous avons longé le port et la côte un moment, avec une vue imprenable sur le fjord d’Oslo par beau temps, avant de reboucler dans le centre-ville et l’incontournable Karl Johans Gate. Cette bâtarde de rue principale est d’ailleurs en pente, ce qui est assez fatal dans les deux derniers kilomètres…

En franchissant la ligne d’arrivée, on reçoit immédiatement la médaille de participation, quel que soit son temps. On a aussi le droit de boire des hectolitres de flottes (ou de Red Bull, au choix) tranquillement. Parce que boire en courant le verre qu’on rattrape à la volée aux kilomètres 4 et 8 n’est pas une simple histoire (j’ai failli me noyer avec la flotte qui m’est rentrée dans le nez…). On reçoit également un sac avec un pansement contre une ampoule, des bouteilles de thé glacé, des bananes, des boller (leur brioche). Et un Mars au beurre de cacahuètes.

packmaraton

Le pack du participant. J’ai mangé la banane et le boller.

medaille maraton

Et la médaille…

Au final, j’ai fait un temps de 1 heure et sept minutes, auquel il faut probablement déduire une minute de marche au départ tellement il y a avait de monde qui s’élançait en même temps. Sans surprise, je suis plutôt dans le bas du tableau des participants, mais ça n’a pas d’importance. L’important était de participer et créer un précédent personnel. Un temps de base dont le nouvel objectif est de l’améliorer. On notera tout de même ma grande régularité sur chaque segment de 5 km (les deux strictement égaux à 6.44 km/h) ; et grâce à ça, je pourrais lâcher un « HA-AH ! » victorieux à tous mes profs de sport de collège qui nous faisaient courir comme des glands autour d’un stade en répétant « l’important, c’est de garder le même rythme pendant 20 minutes ».

Résultat 10k 2016

Ce qui est sûr, c’est que je le referai l’année prochaine !

castlemaraton

10k: Check!