Oslo est une ville d’art et de culture. N’importe qui s’intéressant à l’un où l’autre aura tôt fait de passer l’entièreté de ses vacances à se balader d’un musée à l’autre. Personnellement, je pige que dalle à la peinture ; je serais incapable de faire la différence entre une toile de maître et une croûte, alors à moins de faire une visite guidée ou avec quelqu’un de calé pour m’expliquer les bases, je n’ai pas encore trouvé l’occasion de visiter un musée de peinture.

Mais j’ai eu l’occasion de faire pas mal de musées culturels, notamment historiques. Et l’un des incontournables quand on vient à Oslo est celui des bateaux vikings: vikingskiphuset.

img_1490

Ce musée est situé sur la presqu’île de Bygdøy où vous pourrez vous rendre de deux façons : le bateau ou le bus depuis Rådhuset. De toute façon, vous utiliserez votre carte de transport classique si vous l’avez chargée pour la durée de votre séjour. L’entrée adulte chiffre à 8 €, comme la plupart des musées du coin. Note : si vous êtes du genre à condenser vos visites, l’Oslo Pass est une alternative intéressante si vous estimez pouvoir le rentabiliser.

img_1377

Situé sur l’île de Bygdøy, les marathoniens des musées pourraient enchaîner avec le musée folklorique, le Fram, le Ton Tiki mais ce serait comme avaler cul sec un vin millésimé. Autant prendre son temps. A ce propos, je présenterai d’autres de ces musées dans des éditions ultérieures de « Au pays des fjords ». De plus, si vous ne panez pas l’anglais, autant vous prévenir de suite : les visites vont être compliquées puisque la plupart des panneaux explicatifs sont uniquement dans la langue de Shakespeare et de Isben. Dans le cadre du musée viking, sachez que la lecture et l’observation de tout ce qu’il y a dans le bâtiment prend au bas mot trois heures.

img_1406

Le musée se découpe en 4 parties, 3 étant dédiées à 3 bateaux, la quatrième aux objets retrouvés avec. Et la première chose qui frappe en arrivant, c’est la taille des drakkars ! Vraiment ! D’autant plus que le plus beau et le mieux conservé est mis à l’entrée, donc l’effet « wow ! » est immédiat. On ne se fait pas une réelle idée d’un bateau viking avant d’avoir été à côté ; même si vous regardez l’excellent série Viking, vous ne pouvez pas vous figurer la taille à moins de voir le bestiau de visu (plus de 22 mètres de long, plus de 5 de large).

img_1488

Vous pouvez aussi regarder la photo et faire des règles de 3 à partir de la donnée 1m82 modulo le facteur flou…

Le vikingskiphuset contient donc trois bateaux – dont deux en excellent état – qui ont été utilisés comme dernière demeure de personnages importants (probablement des rois ou chef de clans) dont une femme. En d’autres termes, les rites funéraires traditionnels pour les personnes de haut rang consistaient à se faire enterrer dans un bateau et de construire le tertre autour. Les bateaux ont été mis à jour au début du XXe siècle, soit plus de 1000 ans après les funérailles. Comme souvent dans ces cas-là, l’archéologue n’est pas le premier à passer et finalement il ne retrouve que ce que les pilleurs de tombe ont voulu laisser. En d’autres termes, point d’or ni arme mais une grande quantité d’objets de vie de tous les jours permettant de mieux comprendre la société viking (des pots, des coffres, des cuillères, etc. mais aussi des choses beaucoup plus exotiques comme des chariots ou des traîneaux). Cette fouille archéologique a permis de mettre au jour l’unique textile d’époque permettant de comprendre la façon dont ils s’habillaient.

img_1475

A noter que la boutique du musée est bien (i.e. le mieux) fourni en ouvrages littéraires pour ceux qui s’intéresseraient aux vikings (en plus de tout les trucs à touristes genre magnets et cartes postales).

De tous les musées que j’ai pu faire à Oslo, c’est indéniablement mon préféré !

Publicités
commentaires
  1. Mélanie dit :

    Il m’a l’air bien sympa ce musée ! Merci pour le partage et les photos (j’adore ces petits flous haha)
    J’ai bien envie de reprendre la série vikings du coup, je me suis arrêtée à la première saison.
    Je connais mal cette civilisation, il faudrait que je me cultive un peu.

  2. Kramer dit :

    J’ai vu des restes de Drakkar dans la Somme, à Samara. On se rend bien compte du côté inconfortable de la chose, et de la modestie des « raids » viking par rapport aux « missions de maintien de la paix » modernes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s