Articles Tagués ‘Vote’

Democracy 3 est un jeu de simulation de Positech Games sur PC, Mac et tablettes.

Vous vous plaignez de votre pays ? Vous pensez que le président fait n’importe quoi ? Que ses ministres sont des gros branleurs ? Alors prenez en main la destinée de la France et sortez-la de la merde !

Democracy 3 est donc un jeu de simulation de président/1er Ministre. A la tête d’un pays (France, Allemagne, USA…) et d’une mouvance politique, votre boulot est de modifier les lois en cours, d’en proposer des nouvelles, de gérer les crises du pays, d’avoir une balance financière saine, des ministres qui travaillent bien et fidèlement, de satisfaire vos électeurs et d’en récupérer pour vous assurer une victoire au prochaine élection et continuer votre boulot !

En d’autres termes : diriger un pays, c’est moins facile que ça en a l’air ! Pour ce faire, vous devez gérer 6 grands axes : Taxes, Economie, Transports, Loi et Ordre, Politique Extérieure et Social. Chacun a son lot de lois dont il faut définir un budget qui agira plus ou moins positivement/négativement sur un nombre de variables qui agiront plus ou moins positivement/négativement sur un nombre de données. Pour faire plus simple, prenons un exemple basique :

Moi Président, je décide d’introduire un nouvel impôt sur le revenu parce que mes caisses sont vides ! Ce nouvel impôt, je vais définir combien je souhaite qu’il rapporte à mon budget. Evidemment, plus je veux sucer les salaires de mes concitoyens, plus ceux-ci vont tirer la gueule. Surtout les classes sociales les moins riches et les capitalistes. En revanche, les socialistes vont me kiffer et un tel impôt renforcera le sentiment d’équité en France.

Donc, j’aurais plus d’argent pour mettre en place d’autres réformes (genre des Tasers pour mes policiers, ou bien financer ma conquête de Mars, ou bien interdire les écoles privées, ou bien augmenter les pensions retraites), les socialistes seront contents de ma politique, les autres tireront la gueule et risqueront de ne pas voter pour moi.

Vous devez faire du macro-management (votre budget, votre ensemble de loi, vos électeurs) et du micro-management (un budget alloué à telle loi, un sous-groupe particulier de vos électeurs comme les automobilistes ou les écologistes). Bien sûr, ça ce complique quand vous vous rendez compte que satisfaire les capitalistes et les socialistes, les conservateurs et les libéraux, les riches et les pauvres, etc. impliquent de prendre des décisions radicalement opposées. Donc qu’il est difficile de récupérer les voix de tout le monde.

Vous aurez des points d’action grâce à vos 6 ministres, qui représentent chacun des groupes d’électeurs particuliers. Si vous ne faites pas assez de réformes pour ces groupes, vos ministres commencent à tirer la gueule et menacent de démissionner…

Et comme si gérer un pays n’était pas assez difficile, des crises vont éclater, souvent en rapport avec vos propres décisions. C’est sur que légaliser les drogues dures rapportent de l’argent, mais en même temps, ça fait grimper le crime et créer une situation de crise avec le grand banditisme. Que faire maintenant ? Interdire les drogues ? Réintroduire la peine de mort pour dissuader les criminels ? On va plutôt mettre en place une carte d’identité obligatoire et un contrôle des frontières. Ce qui augmente les tensions raciales, et crée une nouvelle crise, les ghettos…

Bref, vous l’aurez compris, Democracy 3 est un simulateur de pays assez complet et réaliste qui couvrent une très large portion des responsabilités inhérentes à l’exercice du pouvoir. Libre à vous de gérer votre pays comme vous l’entendez et de faire du mieux qui vous pourrez. Les possibilités sont variées, encore plus si vous rajoutez les DLC.

Niveau graphisme, autant dire que c’est pas la panacée. C’est même plutôt moche. Moins qu’une simulation d’un manager de foot ou qu’un tableur Excel, mais bon…

Democracy 3 The Ultimate Political Strategy Game

Vous aimez les graphiques ? Mmmmh, toutes ces courbes…

La durée de vie est finalement assez courte. La France étant limitée à deux mandats par exemple, la partie se claque en 2-3 heures. Et sur des mandats illimités, l’aspect répétitif du jeu se fait cruellement ressentir. Cela est dû à une difficulté assez mal équilibrée : soit vous vous faites rouler dessus parce que le pays que vous choisissez est particulièrement dans la mouise au début du mandat, soit parce que vous roulez rapidement sur les autres partis, vous assurant ainsi des réélections faciles.

Astuces ! Pour vous assurez une partie facile et des réélections gagnées d’avance, voici le mode d’emploi :

  1. Mettez en place les réformes qui plairont aux électeurs potentiels (celles avec une grosse barre vertes de popularité)
  2. Mettez en place des réformes pour gérer les crises en cours
  3. Virez une fois par trimestre seulement le ministre dont la fidélité est dans le rouge (s’il y en a deux, attendez le trimestre prochains) pour en prendre un plus proche de vos actions
  4. Ne jouez pas sur tous les tableaux en même temps et concentrez vous sur des aspects bien particuliers (régler le crime, régler le chômage…)
  5. Micro-gérez vos réformes, surtout au début en ne mettant surtout pas les curseurs à fond.
  6. Ayez tout le temps un œil sur votre budget et équilibrer vos réformes et vos taxes de façon à toujours être dans le positif (crée x réformes, introduisez une taxe, x réformes, 1 taxes, x réformes, etc.), quitte à vous mettre à dos une partie des électeurs

Avec ça vous devriez vous en sortir correctement et être réélu à 97% tout le temps, jusqu’à ce qu’un groupe de mécontents vous assassine…

Le jeu est intégralement en Français, ce qui est assez confortable. Bourré de fautes, mais confortable. Les DLC ne sont pas traduits. Le jeu est disponible pour 23 €. Ce qui est complètement abusé ! Les DLC vous coûteront 5 €. Ce qui est encore plus abusé ! 38 € pour un jeu complet assez moche, mal ou pas traduit et à l’équilibrage pas spécialement fin ; c’est vraiment, vraiment, vraiment trop cher et je vous incite à passer votre chemin ! MAIS, en ce moment c’est les Soldes sur Steam. Le jeu sans extension est à moins de 8€, le pack complet à moins de 10€. Je l’avais récupéré encore à moins cher lors d’une vente flash mais bon 8/10 euros, ça reste raisonnable pour peu que vous décidiez d’appliquer mon ratio 1€/heure sur la rentabilité minimum d’un jeu.

Democracy 3 est un petit jeu de simulation sympathique qui vous divertira une petite dizaine d’heures avant que vous décidiez de passer à autre chose. Ce n’est pas la simulation du siècle, mais c’est toujours rigolo de se dire que si on était président, on aurait remis la France d’aplomb en 10 ans. A se procurer uniquement en promo !

Ce jeudi 30 octobre s’est lancée sur internet une initiative intéressante de la part de France 4 : anarchy.fr. France 4 qui, notons-le au passage devient de plus en plus un laboratoire de la télévision qui explore de plus en plus de pistes fraîches pour sa programmation, notamment de par ses programmes « éducatifs » (quoi qu’étrangement dérangeant quand on pense qu’ils filment des adolescents saouls pour leur montrer preuve à l’appui que « tu t’es vu quand t’as bu »).

Anarchy est, pour faire simple, une politique-fiction dans lequel la France sort du jour au lendemain de la zone euro pour revenir au franc. L’expérience invite les internautes à s’immerger dans cette France alternative et à créer des personnages, des situations, des témoignages, etc. de façon à construire pendant 7 semaines une fiction de toute pièce. Je suis curieux, je me suis inscrit pour voir ce que ça donnait. C’est commencé depuis trois jours et je peux déja voir de grandes tendances. Certaines intéressantes, d’autres plus dérangeantes (et pourtant aucun ado n’est bourré, enfin je pense).

  1. Anarchy, c’est avant tout un flot d’info continu sur lequel les inscrits sont invités à réagir à propos des événements faisant suite au retrait de l’euro. Ca va du « postez une image » au « répondez à un sondage ». Il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’état actuel de ce flot d’information et la façon dont les propositions d’internautes sont prises en compte. A mon avis, on est encore dans le script des auteurs et rien ne s’emballe trop. En effet, l’univers se met en place et seules les contributions en rapport avec la fausse actu (cadavres de distributeur, file d’attente…) sont prise en compte. La où ça va être intéressant c’est quand on va commencer à sortir des sentiers battus (i.e. élection d’un nouveau ministère, débat politique, intervention de l’UE, etc.) pour aller sur de la création générée par les internautes.
  2. Les internautes ont en effet la possibilité de créer jusqu’à huit personnages et ils les font vivre dans cette nouvelle France au travers de textes relatant leur vie au quotidien. Dans quelle mesure, ces vies vont intervenir sur la fausse actualité, c’est encore une fois trop tôt pour le dire. Pour l’instant, il faut imaginer ça comme un grand jeu de rôle où les personnages d’un joueur peuvent interagir avec les personnages d’un autre joueur. Alors comment le boucher des Sables d’Olonne risque d’intervenir dans l’actualité, c’est encore un peu flou. Honnêtement, j’hésite à créer un personnage jouer pour aller tuer d’autres personnages et voir si je peux finir dans l’actu… Mais ce serait s’attirer les foudres de la communauté. J’ai donc décidé de ne créer qu’un seul personnage et mon objectif n’est rien de moins que de profiter du bordel pour que la Bretagne, d’une façon ou d’une autre gagne son indépendance !
  3. La dernière façon d’interagir dans le monde d’Anarchy se fait via un cadavre exquis de 5 personnages fixes sur lesquels n’importe qui peut proposer d’écrire sa journée actuelle au milieu du bordel ambiant autour du nouveau franc. Ces personnages avaient une situation initiale, un mode de pensée, des envies, des défauts. Chaque jour, la meilleure contribution est sélectionnée par la rédaction et devient canonique pour le jour suivant. De mon point de vue d’auteur, c’est ce qui m’intéresse le plus.

Enfin, on enrobe tout ça d’un jeu où plus on participe, plus on gagne des points. Plus on a de points, plus on a de chance de repartir avec une caméra GoPro et pour le premier un stage d’écriture au CEEA. Bon, je ne vais pas vous la faire à l’envers, même si ça me semble compliqué de tenir 7 semaines, je ne cracherai clairement pas sur un stage au CEEA !

En marge du projet fictionnel sur le web, France 4 produit également une série tv hebdomadaire créé en flux tendu, notamment à partir des créations des internautes. Je ne sais pas trop encore si la série télé ira chercher des personnages dans ceux créés par les internautes ou dans les cadavres exquis. D’après ce que j’ai rapidement lu, les oeuvres utilisées tombent sur le droit de la création commune mais rémunérée par le droit d’auteur. Un truc que j’ai pas spécialement regardé et qui viendra à n’intéresser que ceux dont les textes finiront dans la série de toute façon (plus d’infos ici).

Passons maintenant en revue les points positifs :

  • L’équipe de CM/journalistes/auteurs fait tout de même un boulot appréciable : jusqu’à présent, le niveau d’écriture est globalement très correct, et ce n’est pas la foire aux SMS
  • Cette même équipe est assez prompte à la sélection des textes, leur refus, la discussion,etc…
  • Le calendrier est tenu (journaux live à heure fixe, sélection des textes à heures fixes, etc.)
  • La communauté est elle aussi relativement saine et propose des interactions logiques et adultes en personnage
  • Globalement, c’est marrant pour le moment. Je suis de nature très curieuse.
  • Et ça me force à écrire alors que je m’enlise dans les structures et fiches personnages de 3 romans différents (sic!)

Les points négatifs :

  • Ca bug. En deux jours, j’ai reçu nombre incalculable (15) de mails des CM indiquant que mes articles n’étaient postés au bon endroit, pour la bonne catégorie, etc. en dépit du fait que je suivais scrupuleusement la méthode. Verdict : c’était bien chez eux le problème mais c’est réglé (normalement)
  • C’est. Le. Bordel. Le flux des personnages est continu, illisible, inbitable et inavigable. Sachant que l’expérience jeux de rôle est au coeur de l’expérience participative, c’est moche.
  • 8 personnages, c’est très clairement de trop ! Quand on sait qu’un MMO classique limite ses slots à 4 voire 5, c’est surestimé le potentiel d’écriture de chaque participant et c’est aussi augmenter le bordel susnommé. Et puis, c’est ultra-chronophage !
  • Le système de points… Très clairement le point noir, surtout comparé  à la récompense « stage d’écriture » qui tente à appâter ceux avec une fibre littéraire. En gros, avoir un texte sélectionné dans un cadavre exquis, c’est 200 points. S’allier à quelqu’un, c’est 20 points. Faites un rapide calcul. Comme sur tout réseau social, la quantité prime sur la qualité et c’est dommage. Après, sur la durée, la tendance viendra peut-être à s’inverser… (doutitude : rien que 2000 comptes en 2 jours, c’est donc déjà un minimum de 40000 points potentiels ; 1 cadavre exquis sélectionné par jour quand t’es balèze et assidu, c’est donc 10000 points potentiel au maximum pour les 50 jours…)
  • Il manque des fonctionnalités de mon point de vue essentielles pour ce genre de jeu : outils de recherche, notifications…
  • Au regard des différents points déjà abordés, je pense qu’un game designer chargé de faire quelques tableaux excel pour régler le système de récompenses et points sur les sept semaines à venir (déjà, plus de 3 niveaux et 2 badges, ça aurait été sympa). Il y aurait pu également en avoir un autre pour s’occuper de pondre une UI plus ergonomique et des features en plus…
  • Il parait qu’un roman s’écrit aussi jour après jour par un professionnel. Honnêtement j’ai essayé de le commencer, mais le format web n’est clairement pas adapté pour. A voir si leur final sera disponible en format numérique ou papier.
  • La série télé. J’ai regardé le premier épisode. Et force est de constater que c’est très particulier, notamment sur le parti pris humoristique, et que je suis à la fois curieux et inquiet de voir comment les auteurs vont réussir à lier la série qui a pris un cadre particulier pour ce pilote avec le bordel des personnages créés par les joueurs. En l’état, c’est très bizarre.
  • Je suis encore circonspect sur la règle qui valide tout automatiquement à minuit si rien n’est fait. Je veux dire… vous les sentez les assassinats surprises à 23h59 ? Je suis aussi circonspect sur le choix de montrer les délations négatives par vote (non, parce que je vois qui vote contre moi hein, c’est pas cool ni totalement justifié…).
  • Après, pondérons tout ça par le fait que je ne suis pas dans les petits papiers de la création et que, comme dans tout projet, il a sûrement fallu faire des choix par rapport au temps, au budget…

C’est tout pour mes premières impressions. On verra bien comment celles-ci et l’expérience globale évolueront. Comme je le disais, je vais me concentrer sur l’indépendance de la Bretagne côté jeu de rôle avec un personnage trouble et sur deux cadavres exquis (3 textes sélectionnés en 2 jours, c’est plutôt un bon départ). Si vous êtes sages et intéressés, je vous ferai un debrief sur cette partie spécifique de l’aventure.