Articles Tagués ‘Mode’

GLOW – Saison 1

Gorgeous Ladies Of Wrestling ! Ou la meilleure série de l’été selon votre serviteur !

  • Argument 1 : Alison Brie
  • Argument 2 : Le reste du casting
  • Argument 3 : Les 80’s
  • Argument 4 : La musique des 80’s
  • Argument 5 : Le style des 80’s
  • Argument 6 : C’est l’histoire de la création de la première série TV sur le catch féminin !
  • Argument 7 : C’est fun, c’est drôle, c’est dramatique, c’est bien écrit
  • Argument 8 : Vous n’êtes plus mes amis si vous ne regardez pas !

5/5

Wonder Woman

Je crois que c’est officiel, les films de super-héros me gonflent. Je crois que c’est surtout parce qu’ils n’arrivent plus à me surprendre. On a fait tout un foin de Wonder Woman et au final, bah, c’est un film normal. Avec des grosses ficelles scénaristiques qu’on voit à des kilomètres (Arès…), un troisième acte ridicule, une voix-off bien inutiles, des vannes sexuelles bien lourdes… De ma fenêtre, ça finit par entacher les vraies fulgurances du film, notamment autour du personnage et des valeurs qu’elle porte, très bien retranscrites. C’est pas très difficile d’être le « meilleur » DC movie avec les casseroles que la firme se traîne, mais je trouve qu’il est toujours marqué de l’incompétence de beaucoup de personnes… Dommage.

3.5/5

Pirates des Caraïbes 5

Trop long. Trop de blabla. Trop la même recette. C’est fatiguant à la fin. Enfin, c’était tout de même moins pire que le 4.

1.5/5

After the ball

Un film calibré pour les adolescentes (je le classe dans les films « recherche pour romans » donc inutile de juger) qui aura du mal à trouver son public passé un certain age. Après ça reste mignon dans la veine de ce que pourrait produire le Disney Channel.

2.5/5

Baby Driver

Edgar Wright est l’un des rares scénaristes/réalisateurs qui fait le cinéma que j’aime regarder : le mec est un siphon à pop-culture et ça se ressent autant dans son écriture que dans la manière de filmer. C’est dynamique, c’est rythmé, c’est fun. L’écriture comme la réalisation sont millimétrée et ça se voit clairement à l’écran. Coup de coeur !

5/5

 

Preacher – Saison 2

Une saison bien moins intéressante que la première mais qui se laisse toujours regarder, surtout pour ses méchants en fait.

3/5

Killing Gunther

Très clairement inspiré de C’est arrivé près de chez vous, le faux documentaire sur les tueurs à gage ne paye pas de mine mais procure un bon divertissement, d’autant plus avec la présence de Schwarzy à contre-emploi.

3/5

Spider Man: Homecoming

Surprise, je ne me suis pas totalement ennuyé devant un film de super-héros. Preuve que Marvel n’est pas complètement encore rentré en mode automatique dans l’écriture de ses films. Après, il y a plusieurs choses qui me dérangent (l’hyper-technologie, Iron Man…) mais globalement j’ai apprécié le film. Michael Keaton campe un méchant fort sympathique et plus charismatique/profond que la moyenne.

4/5

Nana Maru San Batsu

Beaucoup se demande pourquoi regarder des anime en Japonais ? Surtout parce que si on peut critiquer l’adaptation française, on n’a aucun moyen de juger objectivement la qualité d’un doublage dans une langue aussi exotique que le Japonais. C’était avant ce Fast Finger First, qui apporte la preuve par A+B que, une mauvaise seiyu, ça s’entend même si on ne comprend pas le japonais ! L’héroïne (enfin, le faire valoir féminin) est complètement en décalage dans le son de sa voix par rapport à sa personnalité, c’est évident. Mis à part ce défaut, l’anime est un shonen bien classique/cliché qui ne sort du lot que grâce à son thème : le quizz. Ce qui permet accessoirement de se culturer.

2.5/5

Dirty Dancing

La mode est aux remakes et comme je suis un peu masochiste sur les bords, j’ai décidé de m’attaquer à celui de Dirty Dancing. Car l’air de rien, j’aime bien la version de 1987. La nouvelle version est produite en téléfilm, diffusé sur ABC. Honnêtement, quitte à faire du neuf avec du vieux, autant y apporter un peu de nouveauté soit en mini-série de 4-6 épisodes, soit en faisant des trucs un peu fous-fous comme l’a fait Grease (prestation live). Le nouveau Dirty Dancing est littéralement un copier-coller de l’original (on croirait J.J. Abrams à l’écriture…) auquel on a ajouté des scènes inutiles autour des parents et donné un air de musical, à savoir les acteurs chantent, sans raison particulière. Ça renforce le côté cheesy à la fois du scénario, mais aussi des personnages. Et bien sûr, ça chante sur des réinterprétations des musiques originales, histoire de pisser sur le premier film au passage. Les acteurs ont 0 alchimie, voire 0 charisme dans le cadre de Johnny. La seule bonne idée du film s’appelle Abigail Breslin (la petite de Little Miss Sunshine) parce qu’elle a un côté « girl next door » qui colle au personnage de Baby. L’actrice a des proportions corporelles normales et une démarche un peu empotée vis à vis de la danse qui marchent… au début. Quand on a l’impression qu’elle a un balai dans le fion durant la scène finale, ça la fout un peu mal… et on ne peut être que gêné pour le film. Bref, ce téléfilm est une véritable catastrophe à tous les niveaux, un suicide artistique dont la seule valeur est de nous rappeler qu’on ferait mieux de revoir le film avec Jennifer Grey et Patrick Swayze.

0.5/5

Twin Peaks – Saison 3

Je ferai sûrement un article dédié plus tard. Il faut la digérer longuement cette nouvelle saison…

4.5/5

Publicités

Mr. Right

Sam Rockwell est probablement l’un des acteurs les plus sous-estimés d’Hollywood. L’un des rares capable de porter un film tout seul (Moon) ou de sauver un film du naufrage total (Iron Man 2). Bref, un acteur que j’adore. Mr. Right fait partie de ses films complètement décomplexés qui font mouche. C’est drôle, rafraîchissant, explosif ! Un vrai coup de cœur. Le film repose sur des personnages tout plus déjantés les uns que les autres, un scénario pas prise de tête et on passe un agréablement moment. Si vous avez kiffez American Ultra par exemple, je recommande Mr. Right. Et vice versa. De toute façon, c’est par le même scénariste Max Landis, un gars qu’il est bien et qui redonne des lettres de noblesse aux comédies d’action sans passer par la case débile ! Coup de coeur !

5/5

Numb

On peut dire que l’après Friends est délicat pour Matthew Perry. Ses séries peinent à décrocher une première saison complète et sa présence dans les salles obscures frôle le néant. Il faut dire aussi que s’il prenait soin de choisir ses scénarios, on n’en serait peut-être pas là. Numb fait partie de ses films qui ne savent pas exposer personnages et situations sans avoir recours à une voix-off (bien souvent équivalente à un cache-misère). Il en résulte une comédie romantique d’une incroyable longueur et téléphonée de tous les côtés au point de sortir les clichés par paquet de douze. Aucun intérêt sinon celui de se rappeler que des meilleurs films existent dans le genre, y compris avec des personnages en souffrance psychologique ou physique.

1/5

The Graduate

Face à la déception des films récents, il convient parfois de se tourner vers des classiques. Il se trouve que hormis les westerns, j’ai finalement vu assez peu de films qui remontent avant les années 80. Le Lauréat était sur ma liste depuis un moment et honnêtement j’aurais dû le voir il y a bien longtemps (imaginez que ça faisait prêt de 20 ans qu’une des scènes de fin de Wayne’s World 2 me passait au-dessus du cigare par manque de culture ciné pré-70’s !). Le film souffre un peu du poids des âges, ce qui le rendait outrageux  en 1967 passe nettement mieux 40 ans plus tard (surtout qu’on a vu nettement plus sordide depuis…). Le film vaut surtout pour le personnage principal, à la fois anti-conformiste et borderline antipathique quand on y réfléchit bien. Il faut surtout réfléchir en terme de musique, qui permet de décrypter des clés de lecture du caractère du protagoniste (et notamment comprendre la fin qui pourrait laisser des spectateurs sur le carreau). Musique de Simon & Garfunkel qui a grandement participé au succès du film, et vice versa. En 2016, regarder Le Lauréat relève plus de l’exercice de style ou d’une soirée thématique sur Arte que d’une soirée cinoch’ détente pop-corn. Ce qui n’enlève rien à la qualité du film, hein, juste que ça ne plaira pas à tout le monde !

4/5

The Final Girls

Malin Akerman (The Proposal) est vraiment une actrice que j’adore ! Et pourtant, c’est un peu par hasard que je suis tombé sur ce film : si vous êtes un peu comme moi, vous regardez une bande-annonce sur youtube, qui vous en propose ensuite une autre assez proche, puis une autre, puis un autre… Bref, c’est avec ce genre de téléphone arabe moderne que je suis tombé sur The Final Girls, un film tellement méta dans le méta-concept que je devais le regarder. L’histoire d’une fille d’actrice de séries Z qui se retrouve catapultée par le truchement du scénario actrice du film dans laquelle jouait sa mère, aux côtés d’icelle. Au final, ça donne un film barré qui explore le genre slasher tout en surfant sur les codes établis. C’était rigolo, pas prise de tête et intelligemment foutu ! Une très bonne surprise que je conseille et qui ravira les fans de films genre Tucker & Dale fighent le Mal.

4/5

10 Cloverfield Lane

Comme je disais dans un précédent billet, j’ai regardé Cloverfield dans l’attente de sa « suite ». Il s’avère que si le film fait bien partie d’un univers partagé, le lien entre les deux Cloverfield est toutefois tenu : l’un comme l’autre pouvant s’apprécier sans avoir vu le reste de la franchise. Complètement différent, 10CL n’en est pas moins intéressant. Au contraire, ayant un peu ma claque des film-footage, le huis-clos psychologique était fort bienvenu. Mary Elizabeth Winstead fonctionne bien avec John Goodman, très imposant dans son rôle. Pas de déluge d’effets spéciaux, une ambiance pesante, un film sorti un peu de nulle part, une production qui montre qu’on n’a pas forcément besoin de beaucoup, encore moins du marketing pompeux, pour réussir un blockbuster ! Que du bon !

4.5/5

One Punch Man – Saison 1

Je précise saison 1 car la probabilité d’une future saison 2 est quasiment certaine face au succès de l’anime. Le succès n’est clairement pas volé ! C’est fun, vif, drôle, punchy ! Ca fight dans tous les coins avec une énergie folle qui n’est pas sans rappeler des plans barrés de Fuli Culi. Les personnages sont attachants, tous à leur manière, mais ce qui fait le plus plaisir, c’est de regarder un shônen de baston qui s’affranchit des entraînements pour devenir plus fort. Ici, Saitama est déjà le plus fort, le type qui terrasse n’importe qui en un seul coup de poing ; du coup, la dynamique de l’anime se situe ailleurs. Le concept était casse-gueule mais il s’en sort avec brio. La musique de Jam Project dépote. Bref, regardez One Punch Man ! Vous êtes obligés !

5/5

Macross – Do you remember love?

La licence Macross est largement dans mon top 5 des animes que je préfère toutes catégories confondues. La première série en dépit de ses 30 ans tient toujours la route, Zero est top, Frontier est fantastique. Il n’a pas une série que je n’aime pas. Pour les films, le constat est un peu plus mitigé. On a eu du bon, et du très mauvais. Plutôt que de remater pour la n-ième fois la première série avec « Rick Hunter », je me suis dit que j’allais regarder le résumé, à savoir le film Do You Remember Love?. Durant toute la durée du film, j’étais tiraillé entre mon amour pour la série et le ridicule du film. C’est bien simple, il y a des incohérences partout ! Des trucs totalement improbables à mettre sur le dos des raccourcis que le créateur s’en sentit obligé de faire pour caler 36 épisodes de 20 minutes dans un long de 90. Le plus triste dans l’histoire, c’est que le film est devenu canonique et toutes les séries post-84 se raccrochent au film et non la série (parfois, elles se raccrochent un peu aux branches en citant le film comme étant un film dans la série). Il prend même des libertés étranges sur la mythologie. Sauf le film n’est pas à la hauteur de la série, alors épargnez votre cerveau et regarder plutôt la série originale à la place (Macross, hein, pas le découpage moisi américain appelé Robotech!). Vous aurez alors un 5/5 !

1.5/5

Zoolander 2

Il est des films qui vont tellement loin dans le débile qu’il en deviennent géniaux ! Zoolander fait partie de ceux-là. C’est vraiment très, très, très con. Et c’est en cela que c’est génial ! Derrière les vannes parfois haut perchées se cachent un fond de vérité ironique qui donne au film un autre degré de lecture derrière la dérision. Après, on va pas se leurrer, il faut être dans le trip et avoir vu le premier. Si vous avez aimez, vous apprécierez le second opus. Sinon, vous détesterez tout autant !

4/5

Pride and Prejudices and Zombies

Je pense qu’il est raisonnable de dire que Jane Austen n’est pas ma tasse de thé. Du coup, aucune chance que je lise ou regarde un film Pride and Prejudices. Oui, mais si on balance des zombies dedans, hein ? Et bien vous avez toute mon attention. Alors, c’est pas le film de l’année, loin de là. C’est pas un bon film de zombies, c’est pas un bon film romantique, c’est pas un bon film d’époque, mais c’est un bon film bien foutraque qui mélange tout en balançant des acteurs de Doctor Who et Game of Thrones dans le tas pour lui donner du cachet victorien. Le méchant est méchant, les gentils font des trucs au ralenti comme des poseurs, ça se prend pas au sérieux à l’image du pitch de base « et si on mettait des zombies chez Jane Austen ? ».  Bref, c’est pour les amateurs de zombies qui ont déjà fait le tour de la question et qui cherche un nouveau concept idiot pour passer une soirée. Je travaille moi-même sur un nouveau concept idiot pour me faire des tunes sur la vague de la mode : Pride and Prejudices and Sharks !

3/5

Shigatsu wa Kimi no Uso (Your Lie In April)

Deux séries animées dans le même mois, il faut croire que j’avais pas grand chose à faire ! Complètement différente du shônen présenté un peu plus haut, Your Lie in April s’adresse plutôt aux amateurs d’anime type Golden Time et autre romcom. Tiré d’un manga, on suit la vie assez déprimante d’un jeune pianiste brisé qui va tomber sous le charme d’une violoniste un peu fofolle. Il va falloir aimer la musique classique, les scénarios cousus de fils blancs, les personnages qui chialent à tous les épisodes (tous !), des bricolages un peu forcés sur les relations entre les personnages pour apprécier cet anime. J’aurais pu largement descendre la note à cause de tout ça, mais comme je l’ai binge watché comme une brute ce serait comme mentir. Bref, c’est pas l’anime du siècle mais certains épisodes, dont le dernier valait le coup d’oeil.

2.5/5

The Fault In Our Stars

Enchainer Shigatsu wa Kimi no Uso avec The Fault In Our Stars n’était probablement pas la meilleure des idées. A moins de vouloir se taper un weekend top dépression ! La bonne nouvelle, c’est que peu d’histoires arrivent réellement à me surprendre ; du coup, dès le premier quart d’heure, j’étais mentalement préparé au grand huit émotionnel du dernier acte. Le sujet du film est dur, surtout pour un film estampillé Young Adult comme l’est le roman originel. Heureusement, le scénario comme les acteurs et la réalisation ont le bon goût d’éviter le pathos pour finalement délivrer un message positif sur la vie et l’amour. C’est un film que je recommande chaudement, même si vous n’aimez pas les romances, mêmes si vous n’aimez pas les films pour ados et même si, comme moi, vous n’aimez pas les films qui traitent de maladies et d’hôpitaux !

4.5/5

Zootopia

Passer après Vice Versa aurait été un défi pour n’importe quel dessin animé, Disney ou pas. Zootopia avait un lourd héritage à assumer et c’est l’échec : long, pas hyper bien écrit, avec des personnages pas super attachants, des musiques pas géniales (Shakira ? Erk…), un univers particulièrement hermétique (sérieusement, une scène d’exposition pour expliquer pourquoi des animaux vivent comme des humains ? On n’avait pas besoin de ça dans Robin des Bois et c’était mille fois mieux).

0.5/5

Man Up

Je fais mon résumé mensuel en fin de mois, pour éviter de faire une critique trop à chaud (en bien comme en mal). Mais pour ne pas en oublier, je fais la liste au fur et à mesure. Et quand j’ai relu le titre « Man Up » pour faire l’article, bim, le blanc. Ce qui en dit assez long sur le caractère ultra-générique du titre et de cette rom-com. Honnêtement, ça cassait pas trois pattes à un canard. Le quiproquo de base est intéressant, avant de retourner sur le chemin ultra-balisé de la rom-com façon hollywood avec les clichés du genre « ils se détestent », « il veut faire rager son ex », « je cours à la fin pour la rattraper »… blablabla. Vite vu, vite oublié, malgré la présence de Simon Pegg.

1/5

Geek Charming

Si le sujet de The Fault in Our Stars est trop lourd pour vous mais que vous voulez satisfaire votre soif de films Young Adult tirés de romans, Geek Charming est à l’autre extrémité du spectre (vous savez, le côté niant-niant bisounours). Il faut aussi préciser que c’est un téléfilm pour le Disney Channel. Mais comme c’est de la YA et que j’ai pas le temps de lire tous les romans du genre pour nourrir un cerveau qui a envie d’écrire un roman du genre, bah je regarde les adaptations. Donc globalement, c’est pas terrible, l’acteur principal a le charisme d’une moule, l’humour bon enfant est à l’image du network de diffusion, ça suit un chemin classique pour le genre, il y a des parti-pris de narration étranges et ça a son lot de raccourcis et d’incohérences mais ça fait exactement le boulot qu’on attend d’un téléfilm sur Disney Channel. Si vous n’aimez pas le genre, si vous n’avez pas 15 ans ou si vous n’avez pas envie de proposer une oeuvre pour les ados, vous ne regarderez pas de toute façon… Moi, je rêve d’écrire un truc du genre !

3/5

Avatar

Croyez-le ou non, mais je n’avais pas encore vu Avatar. La faute à la hype et mon côté rebelle qui refusait de regarder. La faute à mon côté plein de préjugés sans fondement (« olala, mais on dirait l’histoire de Pocahontas », « olala, ça pique les yeux tout ce bleu-vert-violet »). Du coup, j’ai fini par m’y intéresser un peu parce que je ne savais pas quoi regarder. Le verdict est somme toute assez simple : bien mais pas top. Le film souffre d’un scénario carrément passe-partout avec des personnages bien stéréotypés (le méchant capitaliste, le vilain militaire bornée, le gentil samaritain, le faux antagoniste, etc.) qui m’ont fait régulièrement décrocher durant les trois heures de film. Si Avatar a réussi à faire le carton plein à sa sortie, c’est – à mon avis – à cause de sa révolution technologique (aujourd’hui encore ça reste impressionnant mais le côté fake ressort clairement sur certains plans). Ca reste un film qui brasse des idées très génériques, que j’oublierai d’ici deux mois à l’exception de scènes vraiment intéressantes mais qui aurait pu être traitées dans un western avec des indiens ou un documentaire sur l’Afrique Noire (je parle du côté shamanique des Na’Vi, ce qui m’a le plus plu). Le véritable point positif d’Avatar du film s’appelle James Cameron, et c’est surtout grâce à lui que le cinéma franchit certains caps, notamment technologiques…

3/5

Tous les dimanches, je mets en ligne une source d’inspiration pour l’écriture de mon roman Lithium Breed. Ca peut être une photographie, une chanson, une phrase… Par contre, je dis pas pourquoi ou pour quoi ça m’a parlé et la façon dont c’est digéré dans l’écriture : c’est juste pour le plaisir des yeux et/ou des oreilles (et vilement faire revenir les habitués aussi le dimanche !).

C’est parfaitement inutile, donc parfaitement indispensable.

Aujourd’hui : How to marry a millionnaire, et plus particulièrement une des robes de Marilyn Monroe.

Je continue ma série d’articles sur le personnage de Tiama, Point d’Eliza Cassan cette fois, mais une robe. En effet, dans une des scènes, Tiamat s’est choisi une tenue particulière, celle que portait l’actrice dans le film sus-nommé.

Et en images animées, parce que les gifs animés, c’est toujours de bon goût sur un site web.

Alors à quelle occasion Tiamat porte-t-elle cette robe ? Pour quelles raisons ? Il faudra s’armer de patience pour le découvrir.

The Hunger Games est un film adapté du roman éponyme de Suzanne Collins, écrit et réalisé par Gary Ross (Pleasantville), avec Jennifer Lawrence (Le complex du castor), Josh Hutcherson (Zathura), Liam Hemsworth (Triangle), Woody Harrelson (Friends with benefits), Stanley Tucci (Julie & Julia) et Elizabeth Banks (Definitely, Maybe) (Oui, je mets plein d’acteurs pour mettre plein de rétroliens pour que vous alliez lire d’autres chroniques écrites avec amour et un peu de bile. Honnêtment, je ne sais même plus où elle apparaît Banks…)

Dans le futur, on force des jeunes éphèbes à s’entretuer pour une raison qui, finalement, m’échappe. Il paraît que c’est une espèce de devoir de mémoire pour rappeler à la plèbe qu’on se rebelle contre le Capitole sans s’en prendre une en aller retour. Admettons… Bref, c’est littéralement sans importance. Au début, Katniss se retrouve à participer à ces jeux télévisés. Au milieu, elle s’entraîne et dort dans des arbres. A la fin, elle gagne.

Voilà, voilà.

A l’origine, The Hunger Games est un roman pour adolescent à succès. Pas du Twilight-succès mais du succès tout de même. Autant dire que j’ai jamais eu l’occasion de poser mes yeux dessus et que ça m’intéresse pas des masses (même si j’ai prévu d’écrire un livre du genre si un jour je réussis à placer Lithium Breed, par exemple). Le film n’avait pas de raison de m’intéresser non plus. Mais comme Twilight, je suis curieux, alors je regarde. Et puis, l’air de rien, dans les arguments positifs que tout le monde met en avant, j’entends « c’est comme Battle Royale« .

Oui, mais non. Mettre des jeunes en lieu clos avec pour unique règle celle d’Highlander ne suffit pas à dire « c’est comme Battle Royale« . Pour être plus juste, il faudrait dire « c’est comme le mythe de Thésée… en moins bien ». Amateur du chef-d’oeuvre de Kinji Fukasaku, passez votre chemin, vous serez déçu. Limite, retournez voir Battle Royale 2 et vous n’aurez toujours pas l’impression de perdre votre temps (et là, j’ai un peu tout dit…).

Le scénario du film – donc du livre puisque visiblement Suzanne Collins a aussi gonflé son compte en banque en y participant – se base sur une dystopie avec des districts spécialisés (agriculture, minier, etc) qui se son visiblement rebellé contre un dictateur et depuis il y a les fameux jeux où le Capitole demande des jeunes vierges à sacrifier au minotaure. Les vierges, on doit les avoir puisque le Capitole ne demande que des ados inexpérimentés en tribut ; le minotaure, c’est l’audience télévisuelle. Genre « je dénonce en même temps la télé-réalité dans mon script trop innovateur ».

Katniss est une jeune fille rebelle, elle a l’air grave amoureuse d’un bogoss du village, elle sait déjà tirer à l’arc et survivre en forêt. Gros avantage pour l’histoire. Sauf que c’est sa soeur qui est choisie. Katniss décide d’y aller à sa place (en même temps sa soeur à 10 ans ou presque). Evidemment, ça fait tout un pataquès. Le bogoss pourrait aussi dire j’y vais aussi, histoire d’avoir une vraie tension dramatique, mais non. Le hasard décidera que c’est l’amoureux secret de Katniss qui l’accompagnera, Peeta…

Katniss va être une espèce de grosse asociale antipathique les trois quarts du film. Jennifer Laurence et son charisme d’huître névralgique n’aideront en rien à s’attirer la sympathie du spectateur moyen (moi, en l’occurence). Peeta est aussi intéressant qu’une moule sur son rocher avec son jeu tout en subtilité. On pourrait donc croire qu’il se produirait une alchimie entre les deux fruits de mer. Et bien non ! Et, c’est peut-être le seul truc assez bien foutu du film, à savoir comme des jeunes qui ne s’aiment pas vont faire un peu semblant pour s’attirer les faveurs du public. En gros, même les fleurs bleues seront déçus.

Bref… Revenons-en à Katniss ! Elle est choisie, amenée à la Capitale, rencontre les autres tributs, rencontre un mentor alcoolo (mais c’est Harrelson, donc c’est cool) et Lenny Kravitz en designer de mode qui lui fait des robes qui s’enflamme. Ca sert à rien, c’est moche à l’écran mais comme visiblement tout le monde dans ce futur à des goûts de chiotte en matière de mode, ça passe. Ensuite, elle s’entraîne.

Elle s’entraîne, oui oui. Le Capitole réclame des vierges et il passe deux semaines à les nourrir, loger, blanchir et entraîner en vue du spectacle. Sachant que la moitié des participants mourront dans les 3 premières minutes de jeu, le Capitole n’a visiblement pas la notion de l’argent pour son budget d’état. Et puis, pour le spectacle, c’est nul ! Tout l’intérêt de Battle Royale, c’était de mettre 30 collégiens qui ne savait pas se battre du tout, avec un collier explosif autour du coup, devant un fait accompli : tue ou meurt, mais décide-toi dans la seconde !

Commence donc le jeu. C’est une boucherie au début et puis des ados se regroupent pour traquer les plus faibles… Je suis pas sûr qu’on leur ait expliqué les règles à eux… Katniss va avoir des relations fusionnelles avec des arbres, se lier d’amitié avec d’autres… Mais naïvement, pas comme l’autre film que je n’arrête pas de citer. En d’autres termes, on n’a jamais l’impression que les ados vont mourir.

C’est à ce moment-là que les règles changent et que finalement, c’est deux vainqueurs du même district qui pourraient gagner. Comme par hasard. Ce qui rappelle que le Capitole a tous les pouvoirs et que la télévision fait un peu ce qu’elle veut. On apprend aussi que la technologie du Capitole est capable de modifier l’environnement du jeu comme elle veut, apparition de boule de feu et de gros chiens baveux en sus. Avec ce genre de technologie, je suis pas persuadé que le Capitole ait réellement besoin de jeux complètement artificiels  pour appuyer sa supériorité militaire ou économique sur les autres districts… M’enfin, on est plus à ça près, hein.

Je vous passe les détails du massacre. C’est très inintéressant et globalement très mou du genou. La tension dramatique reviendra quand Peeta et Katniss se retrouveront. Peeta sera blessé gravement et ne pourra plus bouger. Une personne logique se dirait :

Mmmh, j’ai retrouvé mon copain d’infortune et on peut gagner ensemble. Tout ce que j’ai à faire, c’est le planquer dans un coin et aller buter de loin, à l’arc tous les autres. Ce devrait être facile, j’ai montré dans le début du film que j’étais une brute à l’arc. C’est l’histoire d’une demi-journée si je me débrouille bien. En plus, ils sont que 4.

Katniss se dit :

Je vais sauver Peeta, écouter les conseils de mon mentor, embrasser Peeta pour faire croire que j’ai des sentiments pour lui alors que j’en ai rien à branler, rester planquée dans ma grotte avec lui en attendant que les spectateurs s’ennuient et que le réalisateur corse le jeu avec des chiens enragés. Ce ne seront que des chiens après tout, ils pourraient créer des dragons, mais non, avec des clébards, on aura encore une chance de s’en sortir, même avec un Peeta boiteux. Tout est sous contrôle. Et puis j’en ai marre de me pieuter dans les arbres.

Arrivent donc les chiens magiques… Et le vaisseau qui ramènera le vainqueur. Non parce que c’est bien joli cette télé-réalité, mais il faudrait pas que ça dure 10 semaines non plus. Le grand vilain va mourir comme un abruti alors qu’il est déjà sur le vaisseau et qu’il doit juste se débrouiller pour que l’huître altruiste et la moule boiteuse se fasse bouffer par des chiens…

Oui, Woody Harrelson regarde aussi The Hunger Games…

Restent Peeta et Katniss. Les règles changent encore, plus qu’un seul vainqueur maintenant. Super ! On s’y attendait pas du tout, n’est-ce pas ? Katniss décide de se suicider avec Peeta en mangeant des baies mortelles délicatement introduites dans le script 10 minutes plus tôt. Les règles changent encore et les deux gagnent… Sérieusement… Je n’invente rien.

Fin du film. Félicitations, vous avez perdu 2 heures de votre vie !

Vous aurez compris que le scénario est une suite de ficelles grossières et de collages artificiels pour mettre une adolescente dans des situations qui semblent cools sur le papier mais qui se révèlent au final particulières chiantes et idiotes ! Si les personnages avaient un tant soit peu de jugeotes, il agirait comme dans Battle Royale., mais là, ils préfèrent dormir dans des arbres et faire du camouflage à base de décorations de gâteaux (sic). Les jeunes acteurs semblent constamment figés dans une catalepsie faciale et la réalisation est molle. En plus, la direction artistique est vraiment moche.

J’en rajoute une couche ou vous avez compris ?

Et parce que les bandes annonces, c’est que du marketing et que parfois, ce serait bien de dire la vérité :