Depuis la fin de l’écriture de Teenage Riot, les choses sont plutôt calmes. Je devrais normalement me mettre à la n-ième réécriture de Réveils mais la tâche a cela d’intimidant que j’ai perdu le fil du nombre de fois où je l’ai fait et que les derniers retours de beta-lectures laissent entrevoir un texte moins propre que dans mon souvenir… Pour Lithium Breed, l’intimidation est face au 1000 pages de documentation à lire qui m’attendent sagement dans ma tablette.

Pour l’instant donc, je reste focaliser sur les prochaines nouvelles à paraître : La Zone et Dolmen. L’une et l’autre étant finies, il ne reste plus que la phase mise en ligne à faire. Donc retourner sur les interfaces de Kobo et d’Amazon et affronter le spectre du prix gratuit. Et oui, car si actuellement le débat fait rage entre Hachette et Amazon au sujet du prix minimal du livre (qu’Amazon aimerait fixer par défaut à 7.5€), c’est une guerre qui ne touche pas vraiment les auteurs indépendants. Ceux-ci mènent d’autres batailles, au quotidien. De préférence contre des moulins à vent !

Il me semble déjà avoir pesté contre la politique d’Amazon, notamment sur mon blog pro. Pour ceux qui ne liraient mes tribulations d’éditeurs que d’un oeil demi-attentif, petit rappel des faits. Amazon ne propose pas du tout d’options dans son interface moisie pour fixer le prix à 0. Si vous mettez 0, l’idiote d’interface aura tôt fait de vous signaler que le plafond minimal du prix est de 0.99$ pour une redevance à 35% et 2.99$ pour celle à 70%. 0 n’est pas assez cher mon fils.

Kobo de son côté, il s’en fout. Vous mettez 0 ou 23659874, il accepte et n’embête personne.

(J’en profite également pour souligner que Kobo vous demande le prix en euros TTC, tandis que Amazon vous demande de rentrer un prix en dollars US sans les taxes… La plupart des auteurs ne sont pas des experts-comptables et ne bitent rien aux chiffres, ou comme moi ont la flemme de chercher à comprendre et préfèrent pester contre l’idiotie des personnes qui conçoivent les services et les interfaces chez Amazon. Rappelons le mot d’ordre que je lis partout sur l’internet quand il s’agit de s’auto-publier : « c’est facile et c’est fait en deux clics ! »)

Pour avoir son ebook gratuit chez Amazon, il faut donc feinter et avoir de la patience. Explications :

  1. Mettez le prix à 0€ sur Kobo
  2. Attendez que votre livre soit en ligne.
  3. Allez sur Amazon et faites de même avec 0.99$.
  4. Quand les deux livres sont en ligne, envoyez un mail (en anglais, même s’il est possible que dans un élan de bonté, un community manager vous redirige ensuite vers la bonne branche linguistique du SAV) pour signaler la différence de prix entre le même livre sur deux plateformes différentes (liens à l’appui) et faire jouer la politique d’alignement des prix sur celui le plus bas.
  5. Ensuite, vous patientez. En termes rôlistes, vous lancez 1D10 et le résultat indique le nombre de semaines pour le traitement de la demande.

Pour Le Tabouret, ça a pris 6 semaines ! Sachant que je suis un inconnu total dans le milieu de l’édition littéraire, proposer mes nouvelles gratuites était le moyen idéal pour me faire connaître. Une stratégie win-win puisque je propose des trucs gratuits à des lecteurs qui ne veulent pas payer tout en espérant qu’une portion congrue de ceux-ci auront la curiosité d’aller acheter Sol Sunburst. Si je devais faire le bilan de ma stratégie, c’est environ 1 achat depuis la sortie du Tabouret

Sachant que le bouche-à-oreille ne fonctionne pas vraiment non plus, autant dire que c’est compliqué pour Sol Sunburst de se faire un nom pour le moment.

Mais comme visiblement ma stratégie du « je file des trucs gratuits aux gens parce que ça me fait plaisir et que sur un malentendu, ya moyen de conclure » est foireuse, Amazon a  dû décider de lui-même d’annuler la gratuité de ma nouvelle ce week-end ! En dépit du fait que Le Tabouret est toujours gratuit sur Kobo, bien sûr ! Ma nouvelle est désormais disponible pour 1 euros, chose qui m’exaspère parce que je VEUX la donner gratuitement ! Ca veut donc dire rebelotte mail pour l’alignement des prix et rebelotte pour le D10 ! En attendant, mon support de promo gratuite a disparu et sa visibilité aussi puisqu’il y a fort à parier au moment de sa remise à 0€, il n’apparaisse plus aussi bien classé dans les tops.

L’avantage de toute cette histoire pourrie, c’est que ça m’a permis d’analyser les conséquences directes du prix sur l’acheteur. Depuis qu’il était gratuit, Le Tabouret était modestement aux alentours de la place 70 du top 100 des ventes gratuites, dans les 50 premiers du top sentimental et 5ième du top SF. Inutile de dire que depuis son passage à 1 euro, il est désormais 8000 et quelques. Gratuit, il s’en écoulait en moyenne 15 par jour. A 1 euros, 0.

Ceci reflète donc la dure réalité du marché pour un auteur indépendant inconnu, sans budget de communication, qui ne compte que sur la reconnaissance de son style et de ses histoires pour essayer de se faire se faire un nom. Et ce qui est symptomatique pour Le Tabouret à 1 euro se répercute avec un facteur 10 pour Sol Sunburst à 4 euros. Si personne ne veut engager 1 euro, pourquoi en mettrait-il 4 ?

Et donc j’en suis rendu là, avec mes nouvelles que je ne peux pas distribuer comme je l’entendrais et mon livre de SF loin de son public, à la recherche de l’illumination pour marketer mes livres et en vendre des caisses…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s