Journal d’un Expat’ à Dubaï #5

Publié: 17/05/2013 dans Cher Journal..., J.E.D.
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Cher Journal,

Avant de passer à la partie proprement touristique de l’expatriation, je voulais revenir un peu plus en détail sur le métro dubaïote. En effet, quiconque possède des habitudes parisiennes bien ancrées (ou d’une autre ville avec un métro ou un tramway) tendra à se réfugier vers le confort connu d’un mode de déplacement qui en rappelle un autre.

Comme je disais dans un autre journal, le métro ne possède que deux lignes. La verte souterraine et la rouge, aérienne. La verte tourne dans le quartier historique, la rouge traverse 52 kilomètres de ville et permet d’apprécier dans une large mesure l’architecture urbaine. En gros, c’est pratique mais pas hyper efficace.

Pour prendre le métro, il faut demander une carte. Celle-là même à un guichet.

Vous la demandez d’ailleurs avec un billet de 20 AED pour la charger. Vous pourrez ensuite la recharger à coups de 20 ou 50 AED sans problème. La ville est divisé en zone, voyager dans la même zone coût quelque chose comme 3 AED, compter environ le double ou le triple pour les changements de zone.

Le métro et sa voie aérienne

Le métro est une création française (Thalès) et n’est pas sans rappeler la ligne 14. Tout est automatisé, et ça va vite. Il est à noter que tout est propre (prends ça dans ta gueule Paris !), avec un certain goût du luxe à la Dubaï-style, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des stations. De toute façon, la ville est globalement très propre, il faut dire que la loi est assez sévère pour les pollueurs qui se font choper et que les clochards n’existent pas (« Pas de boulot ? Veuillez nous suivre à la frontière s’il vous plait ? » en légèrement moins poli je pense).

100 euros le papier jeté à côté de la poubelle…

Donc, disais, des stations classes, propres, sans infiltration d’eau, sans crasse, sans déchet, sans mec relou avec sa guitare, sans type qui cuve sur un banc…

Station de Sharaf DG

Station de Al Raz

Attention cependant ! Il faut se rappeler que Dubaï est une ville gigantesque et s’y déplacer est une plaie sans nom (Pestilence, Famine, Guerre, Mort et Déplacement à Dubaï). Même si vous prenez le métro, vous ne serez pas à destination ! Dans le cas de la station Burj Khalifa, en sortant du métro, vous serez quasiment obligé de prendre un taxi pour vous rendre au pied de la tour éponyme ou à Dubaï Mall. (Oui, ça m’énerve !) Après, vous êtes libre de marcher sous un soleil de plomb pendant des plombes !

Autre petite chose à noter pour le touriste de passage, le métro possède des « classes ». La classe du peuple, la classe Gold (en tête de trains pour les détenteurs de la carte idoine) et la classe « femmes ». Et oui, dans les métros comme les bus, une section est strictement réservée aux femmes et les porteurs de pénis sont priés d’aller ailleurs. C’est culturel… Ca pourrait faire sens, genre « on laisse les nanas entre elles à parler chiffons tandis que les hommes iront péter et parler courses de chameaux ensemble ». En fait, ça en dit encore assez long sur le statut de la femme au Moyen-Orient… Cela dit, je suis persuadé que certaines apprécieraient grandement le wagon réservé aux femmes dans le RER parisien…

Pour tordre le cou à un a priori tenace, Dubaï est le plus laxiste des émirats. La ville sait pertinemment qu’elle doit une partie de son pognon à tous ces touristes friqués en recherche de hype branchouille. De facto, vous (mesdemoiselles) pouvez tranquillement vous baladez en jupe, voire mini-jupe/mini-short sans trop choquer la morale bien pensante et la rigueur normale. Bon, après, il est recommandé de garder une certaine mesure dans le choix des vêtements et de ne pas se promener en bikini ! Vous côtoierez de la burkha intégrale et finalement personne ne fait réellement attention à qui porte quoi (même si ça m’empêche pas personnellement de profiter des mini-shorts, hein !)

Le métro, tout comme le taxi, permet d’observer à loisir la ville et son architecture raffinée… Et la première constatation, vous êtes à Playmobil-Land. La plupart des buildings font toc et irréels. La plupart sont aussi très moches ! En fait, Dubaï, c’est comme une espèce de SimCity géant géré par des gens avec des goûts de chiottes et un sens très approximatifs des réels besoins de la population (« Tiens, je vais foutre un méga centre commercial ici, à côté de cet autre méga centre commercial ! Là, je vais mettre une tour de bureaux vides ici, à côté de l’autre tour vide. Oulala, j’ai plein de touristes, et si je créais une île articielle ? Je pourrais sûrement y mettre un centre commercial… »)

D’ailleurs, pour le prochain journal, on ira dans un centre commercial tiens !

commentaires
  1. Naja dit :

    J’avais ce cliché en tête d’une ville où on doit sortir voilée ! Une bonne nouvelle que ce soit erronée. Enfin, pour toi, c’est une bonne nouvelle :p
    Par contre, le cliché « Ville en toc », je l’avais aussi : toutes les descriptions de Dubaï donne une impression d’irréalité. C’est vraiment une drôle de ville. ça ne rend l’expérience que plus intéressante, non ?

    • Oliver Castle dit :

      Il y a du voile, mais c’est pas si choquant même si j’aime pas. J’avoue, j’ai du mal avec la burka… Comme je disais, il y a plein de touristes. Donc finalement, c’est très cosmopolite et chacun tend à respecter les traditions culturelles et vestimentaires des autres.
      Après, la vie est vraiment en toc et c’est pas ce que je préfère comme milieu de vie (sûrement mon côté born & raise in province). Et puis, il y a même pas la même impression qu’à New York ou tout semble plus condensé. Ici, pour donner des indications, on parle en kilomètres « Chouette appartement, à seulement 2,8 kilomètres du centre commercial le plus proche ! »). C’est vraiment la ville de jeu vidéo pour touristes, globalement sans intérêt architectural. Le fait qu’elle soit pas finie avant 2020 et que plein de chantiers ont été arrêté en plein milieu suite à la crise de 2008 n’aide pas non plus.
      Je pense que pour réellement apprécier Dubai il faut être de passage et alterner plage, hotel 5 étoiles et night clubs. J’aurais surement l’occasion de revenir sur le caractère plein de vide de cette ville.

  2. […] Journal d’un Expat’ à Dubaï #5 […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s