Journal d’un Expat’ à Dubaï #1

Publié: 07/05/2013 dans Cher Journal..., J.E.D.
Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

Cher Journal,

Puisque j’écris ce premier numéro, cela veut dire que je n’ai donc pas péri en d’atroces souffrances durant mon voyage. Ce qui est plutôt une bonne chose. C’était la première fois de ma vie que je prenais l’avion. J’ai pris le train, j’ai pris le bateau, j’ai pris une douche, mais j’avais jamais pris l’avion.

Mon premier avion qui ne soit pas un Lego

Un voyage de plus de 10 heures modulo les retards. Car finalement, même si les films tendent a légèrement exagéré la réalité, la SNCF n’a pas spécialement à rougir face au transit aérien. Départ depuis Charles de Gaulle, anciennement Roissy. Un aéroport qui fleure bon les années 70. 22kg dans une valise, 17 dans l’autre, 7kg dans le bagage à main. Je pars sûrement avec trop de trucs inutiles mais mieux vaut prévenir que guérir. Au moins partir à Dubaï est moins compliqué que dans d’autres pays. Pas de vaccin, pas de prévention particulière… Dubaï est riche et accueille ouvertement ses touristes.

Des révisions pour occuper le trajet

Comme c’était la première fois que je prenais l’avion disais-je, Hermes a été sympa avec moi et m’a placé à côté du hublot, de façon à ce que je puisse jouir du paysage, des nuages et de tout ce qui fait le charme du touriste innocent qui se prend à photographier tout et n’importe quoi. Surtout si ça fait ultra-cliché !

Photo cliché numéro 1

A l’arrivée au Caire, je prends la pleine mesure du choc des cultures. Rien qu’avec la douane, je peux juger à quel point les Egyptiens n’en ont rien à branler de la sécurité. Ca fait un peu club med. Honnêtement, j’aurais même pu passer trois grammes de coke dans mes mouchoirs. L’anecdote me marque parce que le douanier me demande ce que j’ai dans les poches, je réponds des mouchoirs en lui montrant les tissus usagés. Par excès de zèle, il les prends pour les tripoter sans chercher plus loin. J’aurais peut-être dû déclarer mes microbes à la douane…

De la place pour les jambes et une sortie rapide en cas de pépin…

J’ai moins de chance dans le deuxième avion. Si j’ai toujours l’opportunité d’étendre mes jambes, je n’ai plus le hublot pour espérer voir mon premier Dubaï by night from sky. On a eu le privilège du retard et de légères turbulences. Je m’étonne de voir à quel point je suis resté zen dans cette situation. Alors que mon voisin de droite était cramponné à siège et récitait doucement une prière en arabe, je me disais qu’il fallait faire confiance à la science et à l’industrie française (Airbus A320) et que ce serait vraiment pas de bol de nourrir les statistiques d’accident d’avion. Surtout au premier voyage !

Deux plateaux repas ont été distribués pour les deux avions. Ce qui fait qu’en mangeant à 17h et minuit, j’avais déjà niqué mon rythme de bouffe et mon rythme de sommeil.

Oui, je partage aussi des photos de bouffe comme sur instagram si je veux

L’avion s’est posé à 4:30. Une demi-heure de retard. Avec la SNCF, j’aurais reçu un petit papier. Première constatation : il fait chaud. J’arrive dans la phase ascendante des températures estivales et ont frôle déjà les 30°. Deuxième si l’aéroport de Paris était très typé 70’s, celui de Dubaï est flambant neuf.

Tout le monde se presse vers l’enregistrement des visas. Des écrans géants vous souhaitent la bienvenue et vante la candidature de Dubaï à l’expo universelle de 2020. Le temps de changer mes euros (125€ contre 565 AED) et me voilà en train de faire la queue. Devant moi, une Hongroise se fait gentiment dragouiller par Indien débonnaire. Je suis décalqué et en manque de sommeil, j’ai juste envie d’avancer mais la situation m’amuserait presque.

Comme je suis d’abord là en tant que touriste (ma nouvelle entreprise doit faire les démarches nécessaires pour le visa travail… pratique, si je conviens pas, je me ferais simplement expulser…), je n’ai pas le droit à la petite photo qui vous taggera dans tous vos déplacements grâce aux caméras. Je réserve ma première impression sur la population locale avec l’employé d’accueil pour un autre journal.

Aéroport de Dubai, prêt à accueillir des tonnes de touristes !

Après 5 minutes devant un tapis tournant qui ne correspondait pas à mon vol (oui, j’étais défracté), il est presque 6 heures du matin quand je quitte la climatisation de l’aéroport et prenne ma première bouffée d’air dubaïote...

Publicités
commentaires
  1. samael dit :

    bon courage, je reviens des philippines, je suis arrivé à paris le 1er, mes bagages ont été zappés en Chine…
    La chaleur ça fait mal la première fois, surtout avec la fatigue.

    C’est pas trop rude le changement de mentalité ?

    • Oliver Castle dit :

      Hello Samael et bienvenue !

      Pour l’instant, j’ai pas eu le temps de bien voir la mentalité locale. C’est surtout la chaleur. En fait, non, c’est pas la chaleur, c’est la conséquence de la chaleur : la climatisation. Les chocs thermiques sont vraiment brutaux !

  2. Jessica dit :

    Passionnant comme première page de journal! Les turbulences, dans un avion, en fait c’est rien; moi ce qui déclenche des crises de panique c’est quand des abrutis profonds (et je reste polie) se mettent à crier pour de micro trous d’air. Là, une machine à claque à répétition serait très utile.
    Vivement le deuxième numéro de ton journal!
    A bientôt Olivier, on pense bien à toi ici 🙂

    • Oliver Castle dit :

      Merci Jess ! C’est vrai que les micro-trous d’air avaient tendance à déclencher non pas des petits cris mais une certaine tension chez mon voisin… Je comprends pas, c’était assez rigolo.
      Je pense bien à vous d’ici aussi 🙂

  3. Naja dit :

    Woa…

  4. kiliad dit :

    Et t’as pas peur que ton futur employeur lise ton blog ? :p
    le pire que j’ai eu c’est 54° à l’ombre à Seville, autant dire qu’on est resté dans des lieux climatisé ce jours là xD

  5. JB dit :

    Le mille-feuille du plateau repas fait envie ! 😛

    • Oliver Castle dit :

      C’était pas un mille-feuilles ! C’était deux tranches de génoise sèches avec un bout de crème au milieu et un glaçage camouflage ninja mille-feuilles dessus.
      C’était particulièrement dégueu !

  6. samael dit :

    La bouffe dans les avions est toujous dégueu…
    Surtout quand tu essaie de manger, et bam trou d’air !
    Et quand tu as 18 heures d’avion, tu n’as qu’une envie, envoyer valser le plateau^^

    • Oliver Castle dit :

      J’ai été agréablement surpris par le poulet au curry. C’était moins dégueu que ce que je me figurais en le regardant 🙂

      • JB dit :

        J’ai pris l’avion il y a 20 ans et je vois qu’il n’y a pas eu beaucoup de progrès depuis …
        J’espère que la gastronomie locale est plus réconfortante, je compte sur ton journal (que je dévore avec grand plaisir) pour nous en parler 😉

      • Oliver Castle dit :

        Pour l’instant, j’ai encore rien gouté de typiquement local…

  7. […] Quand j’étais à Dubaï, dans un appartement sans internet (vive le moyen-âge quoi !), je me suis retrouvé à mater la télévision. Passée la tristesse de devoir regarder TV5 Monde et ses programmes qui fleuraient bon la France, je me suis naturellement tourné vers les chaînes américaines. Moi qui ne supporte pas la publicité au milieu d’un film, j’ai dû apprendre à composer avec des réclames toutes les 10 minutes. En dehors d’éprouver votre force mentale déjà bien affaiblie par votre quotidien dans une ville surréaliste, s’affliger un tel supplice doit vraiment valoir le coup. […]

  8. […] devenu le moment incontournable pour les gens du milieu. Comme cette année je n’étais pas perdu à Dubai, j’étais donc dans les clous de la deadline pour poser ma candidature […]

  9. […] et ma famille) une trace de mes aventures dans le grand Nord. Un peu comme si mes « Journal d’un Expat’ à Dubaï » rencontrait mes « Journal en […]

  10. […] aussi que j’étais curieux de voir le traitement réservé à la ville de Dubaï. Après tout, j’ai vécu là-bas ! L’expérience était donc différente à un certain niveau pour moi. Après, on regrettera […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s