Dredd : affiche

Dredd est un film réalisé par Pete Travis (Angles d’Attaque) avec Karl Urban (Le Seigneur des Anneaux), Olivia Thirlby (Sex Friend), Lena Headey (Game of Thrones), sur un scénario de Alex Garland (Sunshine).

La Loi, c’est lui. Et il entend bien la faire appliquer quand une patrouille de routine dégénère et qu’il se retrouve enfermé dans une méga-tour avec la bleusaille Anderson et l’intégralité du gang de Ma-Ma la narco-trafiquante sur le dos.

Comme tout adolescent nerd normalement constitué de mon époque, j’avais aimé Demolition Man avec Sylvester Stallone. Comme tout adolescent un peu mouton de la même époque, je m’étais dit que Stallone dans un autre film de science-fiction, qui plus est adapté d’un comic-book violent, ça pouvait être que bien… Force est de reconnaître que si l’ami Sylvester possédait le physique et la carrure pour camper le monolithique Juge Dredd, le film de Danny Cannon lorgnait très largement du côté de la bouse commerciale insipide et foireuse.

Dredd : photo Karl Urban

Il fallait donc des corones en acier pour oser se lancer dans la production d’un nouveau film sur le personnage. Quinze ans après, il y a peut-être prescription, mais dans la dure loi du cinéma hollywoodien, pas sûr que Dredd puisse appliquer la sienne.

Cinq ans de production, une pelletée de scripts pondus par un Garland qui n’arrivait pas trouver la bonne recette, un réalisateur viré avant le montage et une promotion minimaliste plus tard, Dredd arrive dans nos bacs à DVD et c’est seulement avec une vague idée du pitch de base que je me suis lancé dans le visionnage.

Quelle surprise !

Dredd : photo Karl Urban

Je m’attendais à rien de particulier et j’ai été surpris par quasiment tout :

  • Karl Urban en juge très convaincant, avec seulement sa voix et son corps pour faire passer le peu d’émotion que peu ressentir son personnage (car contrairement à son prédécesseur et comme dans la BD, le juge n’enlève jamais son casque).
  • Un scénario pas débile et très bien maîtrisé dans sa construction, quelque part entre Die Hard et The Raid, qui laisse au différents personnage l’opportunité de se dévoiler et d’évoluer.
  • Un sens esthétique vraiment chiadé, parfois ultra gore, avec des ralentis à 4000 images secondes qui décalquent la rétine.
  • Des combats bien orchestrés, quoique peu variés (essentiellement du gun fight, pas de corps à corps, mais une course-poursuite dans la scène d’exposition).
  • Des punchlines qui déboitent et rappellent ce bon vieux Clint Eastwood quand il faisant parler le Python 357.
  • Cersei Lannister méconnaissable en Ma-Ma junkie tatouée et scarifié, qui garde cependant un certain sex-appeal et fait une antagoniste intéressante,
  • Le rookie Anderson n’a pas le rôle de simple faire-valoir du héros et ses pouvoirs télépathes servent autant l’avancée du scénario qu’à nous faire entre-apercevoir des morceaux de l’univers Dredd et de Mega City One.
  • Entendre le Juge Dredd balancer ses sentences comme il réciterait sa liste de courses, ça n’a pas de prix !

Dredd : photo Lena Headey

Dredd est une vraie réussite ! Certes ce n’est pas le film de science-fiction de l’année, mais il a le mérite d’avoir cette savoir indépendante, ce goût british hérité de leurs créateurs (John Wagner et Carlos Ezquerra) et un côté jouissif dopé à la testostérone.

Bien sûr, le film souffre d’une comparaison avec le récent The Raid, dont la trame général reste la même, avec son ainé pas très illustre, de son image un peu bis et finalement d’une totale méconnaissance de l’univers et du personnage (peu de traduction française de qualité, sortie DTV chez nous, marketing quasi-inexistant – j’aurais voulu une double combo livre + DVD). Mais en tant que tel, cette journée de travail du juge vaut largement la peine d’être regardée !

Dredd : photo Karl Urban, Olivia Thirlby

En d’autres termes, s’il n’y avait pas quelques allumées comme moi pour partager leurs coups de coeur, Dredd passerait un peu inaperçu et ce serait réellement dommage. J’ai aimé Dredd, je le revendique et j’invite tous les curieux, amateur de films d’action et de SF à ce pencher sur ce film. Et à croiser les doigts pour qu’une suite soit mise en chantier !

Par contre, je préviens, la bande-annonce est moisie, elle !

Publicités
commentaires
  1. […] on ne va pas faire la fine bouche ! D’autant plus que c’est avec Karl Urban (Dredd), Minka Kelly (Saturday Night Lights) et des androïdes ! J’espère une remontée dans les […]

  2. […] pour Dredd sorti plus ou moins au même moment avec plus ou moins le même pitch (ceci étant dit, j’ai toujours beaucoup d’affection pour ce Dredd que je continue de recommander). J’en profite également pour citer Attack The Block dans un autre genre mais tout aussi […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s