Mass Effect: Paragon Lost est un film d’animation réalisé par Atsushi Takeuchi et écrit par Henry Gilroy, deux relicats de la série animée Star Wars: The Clone Wars.

Mass Effect 3 introduisait un nouveau personnage, James Vega (bizarre, j’ai naturellement envie d’écrire Vincent Vega…). Ce film propose au fan hardcore de la série de découvrir qui était ce tas de muscles avant d’entrer au service du Normandy. Le choix est plutôt judicieux : il s’agit d’un humain, on ne savait pas grand chose de lui dans ce troisième opus et on me l’avait un peu imposé alors que j’en avais rien à carrer puisque j’avais déjà Ashley dans un rôle similaire au gameplay dans mon équipe.

Mais bon… Choix judicieux mais facile.

Ce Paragon Lost se veut donc être une préquelle de Mass Effect 3, sauf que le film est sorti fin 2012 aux States (pas avant Mars 2013 en Zone 2) et qu’il met en scène des personnages dans une situation temporelle datant même d’avant Mass Effect 2. D’où ma question première : quel intérêt ?

Honnêtement… Aucun, sinon continuer de faire vivre une licence désormais « en pause » pour un certain nombre d’années et satisfaire les fans qui continuent de se délecter des DLC qu’on leur pond régulièrement pour le multi-joueurs du dernier opus. L’histoire développée n’apporte rien de nouveau pour ceux qui ont déjà fait les jeux et c’est bien dommage (et le film n’a aucun intérêt si on ne connaît pas du tout l’univers). On aurait mis ce film en production bien avant et sorti – comme de juste – avant ME3,  mon avis aurait été largement différent. J’aurais même pardonné cette direction artistique des plus moches et ce mélange 2D et 3D assez cheap. Comme quoi le savoir-faire des Japonais commandé par des Japonais, ça ressemble à  un sushi moisi.

Mass Effect: Paragon Lost : photo

Reste un final plutôt intéressant, des batailles sympatoches et le point de vue d’une colonie au moment d’une attaque de Récolteurs. C’est peu pour me satisfaire pleinement. Autant cette histoire aurait pu passer en fill-in de comic-books, autant Mass Effection: Evolution aurait mérité sa place en adaptation animée. Reste aussi le doubleur officiel de James Vega, Freddie Prinze Jr, qui fait largement mieux que sa prestation dans Elle est trop bien (tiens, j’ai pas de rétroliens pour ce film… tant pis, j’en mets un vers un autre tout aussi nul) et s’en sort très bien dans son rôle.

Mass Effect: Paragon Lost reste très clairement un produit au fan-service assumé, limite bas de gamme, dont l’intérêt n’est que de tirer un peu plus sur le pis des joueurs. Un amateur de l’univers moins exigeant que moi y trouvera sûrement son compte pour 80 minutes. Mass Effect est pourtant ma licence préférée, qui aime bien, châtie hyper bien ! Je suis tout de même un peu triste de voir qu’elle n’arrive plus à atteindre un niveau de qualité égal au premier opus.

Publicités
commentaires
  1. xalendar dit :

    Au moins maintenant on connait l’origine des tendances suicidaires de Vega.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s