De l’autre côté du périph’

Publié: 30/01/2013 dans Cinema
Tags:, , , , , , , , , , , , ,

De l'autre côté du périph : affiche

De l’autre côté du périph’ est un film de David Charhon, avec Omar Sy (Intouchables), Laurent Lafitte (de la Comédie Française… c’était précisé dans les crédits, je suppose qu’il est de bon ton que je le précise aussi…) et Sabrina Ouazani (La source des femmes).

Le cadavre de la femme d’un grand patron est retrouvé dans la banlieue parisienne. Un flic de Bobigny va devoir collaborer avec un col blanc du 36 quai des Orfèvres. Le choc des cultures aidera-t-il à résoudre l’enquête au plus vite ?

La réponse est oui. Si au Danemark on résout les affaires de crimes impliquant le gratin de la société en 20 jours, en France, on boucle ça en 2 jours, avec un nombre incalculable d’approximations et de procédures irrecevables dans un tribunal ! En fait, pour être tout à fait exact, l’enquête, on en a un peu rien à branler ! Ce que veut le public, c’est voir Omar Sy danser.

Tirer sur l’ambulance est toujours un peu facile, d’autant plus facile quand il n’y a pas moins de 10 personnes différentes créditées dans la section « scénario » de la page allociné du film. Le scénario en question, il est épais comme une serviette en papier avec du gras de frites dessus. En France, on a qu’une seule recette pour faire un film qui rapporte des brouzoufs, et ça les producteurs l’ont bien compris : le conflit social sur fond de clichés.

Bienvenue chez les Ch’tis ? Conflit franco-Nord-Sud. LoL ? Conflit générationnel. Intouchables ? conflit jeune de cité/riche bobo handicapé… Tout ce qui brille ? Banlieue-Paris. Neuilly-sa-Mère ? Banlieue 13 ? Idem et itou. La banlieue parisienne, on en fait des films à la pelle. D’ailleurs, c’est bien simple, à ce tarif, DLACDP pourrait être un film Europa Corp. Je comprends bien, on fait plaisir au spectateur, on lui ressert des thématiques qu’il connaît, on joue sur les clichés mais trop sans se moquer parce qu’on fait des films consensuels pour mass-market, on prend l’acteur bankable du moment et c’est parti !

De l'autre côté du périph : photo Laurent Lafitte, Omar Sy

Donc, oui, il y a bien un meurtre mais il est résolu en deux coups de cuillère à pot sur un twist bien expédié façon Dulcolax. Oui, on ne cogne pas que sur les clichés de la banlieue et on tape sur le bobo parisien et le grand patronat. Mais au final, on a quoi ? En vrai, on a :

  • Une Arme Fatale franchouillarde ratée.
  • La confirmation qu’il est nettement plus rentable de revoir une nouvelle fois Le Flic de Beverly Hills ou Le Professionnel.
  • Quelques mots d’esprits et gags sympathiques ça et là (matez la bande annonce, comme d’habitude).
  • Des scènes bouche-trou sans intérêt pour laisser carte blanche aux têtes d’affiches.
  • Un plan sur les fesses de Sabrina Ouazani (parce que La Gaule aime ce genre de choses).
  • Des méthodes policières particulièrement risibles, peu enclins à donner une image juste du métier.
  • Des intrigues introduites et non résolues, parce qu’on sait jamais, on pourrait faire un 2…
  • Des caractérisations pas super épaisses et des personnages qui n’évoluent pas de toute façon (non, juste à la fin ne compte pas, d’autant plus que c’est fait entre deux scènes).
  • Des conflits d’intérêts somme toute bidons.
  • Des voitures de police bousillées… Sans rire, on devrait faire un bingo avec les moments indispensables d’un film français.
  • En fait, c’est la suite d’Intouchables pour Omar Sy, c’est ça ? Non, parce qu’il parle pareil… et danse pareil… et agit pareil…

Je vais pas m’éterniser, De l’autre côté du périph’ ne vaut pas tripette et rejoint tous ces films français sans âme produits sur une idée copiée-collée et balancée comme une blague à un déjeuner entre producteurs. Un gâchis d’argent à la production et au moment de payer sa place au cinoch’, m’est avis. Si le cinéma français, c’est ça, je suis pas prêt d’avoir mon scénario de comédie adolescente sur les grands écrans…

L’avis de mon père:

Quelle connerie !

Publicités
commentaires
  1. Jessica dit :

    L’avis de ton père est très clair et très concis 🙂 J’aime bien.
    Sinon, moi, ça fait looooongtemps que je ne regarde plus les films français (et même si les films de super héros c’est toujours bourrés de clichés, au moins les acteurs sont mignons…), pour toutes les raisons que tu as évoqué dans ton article. Du coup, j’admire ton acharnement pour regarder toute cette culture française.

    • Oliver Castle dit :

      Je suis peut-être un peu trop ouvert d’esprit ou trop optimiste. Ce doit être mon côté Jean-Jacques Rousseau qui pensait que l’homme était naturellement bon par nature, des fois je me dis que tout ne peut pas être mauvais dans le cinéma français…

      • xalendar dit :

        Rousseau avait tord, l’homme est fondamentalement mauvais, la preuve dès que tu lui lache la bride ça devient très moche. Du coup, je pouvais te dire que le film était commercial à souhait et dénué d’intérêt dés l’annonce.
        Mais bon, tu pousse le zèle (le masochisme ?) jusqu’à regarder et évaluer les productions AB. Des gens qui ont élevé le copier-coller de scénario remaché au rang de modèle économique. Du coup tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, je suis sur que tu aimes ça (maso… non, je l’ai déjà dis).

      • Oliver Castle dit :

        Nan, mais j’irais pas voir les trucs commerciaux un peu nazes, je passerais à côté de perles comme Battleship ou Ghost Rider 2… Et là, ce serait la qualité générale de mon blog qui en pâtirait ^__^

  2. Jessica dit :

    Pardon, « bouse » est le mot qui m’est venu après le mot « culture », mais j’ai déjà validé mon commentaire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s