The Killing (Forbrydelsen) Soren Sveistrup est une série créée par Sofie Grabol, Lars Mikkelsen et plein d’autres acteurs scandinaves avec des noms qui finissent en « -sen ».

Qui a violé et tué Nanna Brik Larsen, une jeune femme de 19 ans ? A Copenhague, la commissaire Sara Lund n’a que peu de temps pour résoudre cette affaire avant d’être mutée à Stockholm. Sauf qu’on est pas en train de mater un épisode de CSI: Miami et que l’enquête va aller de rebondissements en complications tandis qu’elle semble impliquer le favori pour les élections municipales.

J’ai commencé à mater the Killing avec le remake américain. C’était plutôt idiot et je ne me souviens plus ce qui a motivé une telle décision. Le fait est que j’avais décroché avant le dixième épisode tant c’était mou du genou, peu intéressant et somme tout moyennement bien joué. Comme je suis un mouton et que tout le monde s’est plus ou moins extasié devant le génie de cette série il y a 3 ans, j’ai décidé de remettre le couvert avec la version originale, made in Danemark.

The Killing : photo Bent Mejding, Lars Mikkelsen

Et bien, ça n’a rien à voir. Enfin, pas complètement. La version US est une vulgaire copie bas de gamme de ce qu’avait fait les Danois. Pire, à un moment, je me disais que c’était tellement du copier-coller que j’en venais à me demander à quoi ça servait réellement d’investir autant de pognon pour transposer la même intrigue à Seattle… J’ai fini par me dire que c’était culturel et que les Américains pouvaient pas comprendre une série étrangère s’il fallait lire des sous-titres. Il n’y a pas d’autres explications.

Là où j’ai vite renoncé avec le remake, j’ai été happé par la version danoise, matant en moins de 10 jours les 20 épisodes de la série. Chaque épisode couvrant a peu près une journée d’enquête, nous avons donc 20 jours de rebondissements dans tous les sens, de fausses pistes et autres faux témoignages qui s’accumulent pour découvrir qui a buté cette Nanna et surtout pourquoi ! Chaque épisode également se termine sur l’indispensable cliffhanger de fourbe qui vous pousse à mater un épisode de plus sur la galette dans le lecteur.

L’intrigue est donc riche est bien menée pour cette série venue du froid. Personnellement, je l’ai trouvé 2 ou 3 épisodes trop longues, mais on ne va pas faire la fine bouche. De toute façon, c’était très bien maîtrisé en terme d’écriture et c’est le plus important ! C’était également rafraîchissant de voir à l’écran des têtes d’acteurs qu’on n’a jamais vues, ça change des américains qu’on voit d’une série sur l’autre et pour lesquels on finit par passer plus de temps à se demander dans quel autre show on l’a déjà vu qu’à réellement mater la télévision.

The Killing : photo Marie Askehave

Il était également sympathique de voir une intrigue à Copenhague. Ca fait presque exotique comme destination…

Par certains aspects, The Killing rappelle un peu Twin Peaks. Evidemment, le côté « on recherche qui a tué une jeune lycéenne qui a plus de vies qu’un avatar de jeu vidéo » aide beaucoup à faire une telle comparaison. Personnellement, j’ai préféré l’enquête de Dale Cooper. Mais l’intéressant dans The Killing, c’était d’observer en marge de l’enquête les implications d’un tel drame sur la famille concernée et sur une vie politique souillée malgré elle. Trois points de vue différent autour d’un crime sordide.

Un chose qu’on n’a pas l’occasion de voir dans les Experts, c’est la façon dont une enquête peut réellement consumer les personnes de la brigade criminelle impliquées dans l’enquête, comment un boulot peut tourner à l’obsession. Et pour cela, l’actrice principale porte bien les pulls requis à un tel rôle.

The Killing : affiche

Par contre, la VF n’est pas des plus brillantes ni des plus convaincantes. De toute façon, j’ai fait une croix sur trouver un jour une adaptation potable.

The Killing est réellement une série policière vraiment prenante, loin du formatage qu’on voit actuellement sur TF1 ou les réseaux américains. Mon conseil date peut-être de quelques années, mais foncez la regarder !

Publicités
commentaires
  1. Alain dit :

    Mmhh ! Ton commentaire donne envie… Et à ça « …c’était très bien maîtrisé en terme d’écriture et c’est le plus important », je ne peux que souscrire.

    • Oliver Castle dit :

      Ouais, c’était vraiment une bonne série. Pas la plus meilleure de l’univers, mais assurément une série très bien maîtrisée. De toute façon, si l’écriture est nulle, tout est nul et je me gène pas pour le crier haut et fort !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s