19545160.jpg

The Nines est un film écrit et réalisé par John August (Big Fish), avec Ryan Reynolds (The Proposal), Hope Davis (Real Steel) et Melissa McCarthy (Life As We Know It).

Comment la vie d’un acteur, scénariste et game designer de jeux vidéo peuvent s’imbriquer les unes dans les autres ?

C’est tout l’intérêt et rentrer dans les détails, c’est spoiler le film. Contentons-nous de ça pour le pitch. Disons simplement que c’est particulièrement perché et que ça mérite le coup d’oeil en dépit d’une résolution bizarre (sur le pourquoi du comment, pas sur les conséquences… disons que ça repose sur un phénomène d’addiction pour le moins fallacieux…)

18803082.jpg

Je n’avais jamais entendu parler de ce film avant que John August en parle sur son blog au détour d’un article lui-même autour d’un autre article sur « 50 films totalement sous estimés ». Le genre d’articles qui pourrait parler à loisir de Primer, par exemple. John August faisant tout de même office de grosse référence dans le milieu du scénario, je me suis dit que ce serait intéressant de se pencher sur un de ses films sous-estimés, comparé à tout ce qu’il peut produire pour son pote Tim Burton… C’est pas son meilleur scénario, fort heureusement, c’est loin d’être le pire !

Donc, non, je ne cherche pas spécialement à me farcir la filmographie complète de Ryan Reynolds, c’est juste un concours de circonstances. Mais puisqu’on en parle, encore une fois, quand on lui met entre les pattes un bon scénario et de bonnes répliques (ce qu’on est globalement en droit d’attendre de John August), il fait un excellent travail d’acteur et montre la réelle étendue de ses talents ! Il est accompagné par Melissa McCarthy (elle aussi trop souvent sous-estimée) et Hope Davis qui servent des prestations de second rôle assez juste. Bon, comme d’habitude, il faudra se farcir la scène torse-poil, mais ceux qui ont l’habitude de Ryan Reynolds savent que c’est un passage obligé…

19871503.jpg

L’intérêt de ce film, c’est aussi pour la nature des rôles. J’aime bien la façon dont Hollywood utilise généralement le personnage du scénariste. Et c’est une occasion de voir encore l’envers du décor, un peu à la manière d’un Episodes. C’était aussi l’occasion de voir un rôle de game designer au cinéma, chose rarement exploitée à ma connaissance (ou alors en gros cliché à deux balles, quand il n’y a pas carrément des amalgames avec d’autres professions du milieu). L’ensemble tient la route, c’est intéressant à regarder et à essayer de comprendre l’issue finale avant qu’elle arrive. Ça mange pas de pain d’essayer car, comme je disais, c’est vraiment perché !

Car tout tourne autour du chiffre 9. Et les films avec des chiffres, une chance sur deux : mauvais (Le nombre 23) ou bon (PI). Coup de chance, il fait partie de ceux plutôt bons ou la paranoïa autour du 9 ne finit pas en eau de boudin. Pas trop… parce que quand même…

The Nines ne payait pas de mine, mais l’article avait raison, c’est une curiosité sous-estimée ! Après, il y aura deux écoles : ceux qui apprécieront, ceux qui détesteront. Moi, j’ai apprécié.

Publicités
commentaires
  1. […] aussi tiens) est la meilleure, mais elle a le mérite d’être proche de celle de John August (The Nines, Big Fish), scénariste reconnu au pays de l’Oncle Sam. Imaginez maintenant un épisode […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s