Fight Games : affiche

Goon est un film réalisé par Michael Dowse (Take Me Home Tonight), sur un scénario de Jay Baruchel & Evan Goldberg inspiré du roman autobiographique de Doug « The Hammer » Smith (Goon : The True Story of an Unlikely Journey Into Minor League Hockey), avec Sean William Scott (Southland Tales), Kim Coates (Sons of Anarchy), Eugene Levy (American Pie), Alison Phil (Scott Pilgrim) et Liev Schreiber (Repo Men).

Un simplet renié par sa propre famille en vient par hasard à intégrer une équipe de hockey, composée de gros loosers. Sauf qu’il n’a pas été embauché pour jouer, il a été embauché pour défoncer la gueule de ceux qui s’approche trop près du buteur. A la force de ses poings et de sa naïveté, il va créer un véritable esprit d’équipe et souder ses compagnons pour les mener vers la gloire. Et puis il y a une jolie fille.

Honnêtement, je ne pensais pas poster aujourd’hui. Mais je viens de mater Goon (encore une fois renommé Fight Games par les glands d’une équipe marketing qui s’est dit que personne verrait qu’ils essayaient de surfer sur la vague Fight Club). Et le fait est qu’après Ghost Rider hier, Goon fait partie de ses films qui payent pas de mine, sortis direct en DTV et qui se révèlent super intéressants à regarder. En plus, j’adore les films de sports… Dont Youngblood pour le hockey. Tiens, faites-moi penser à faire une chronique sur Youngblood un jour.

Bref, c’est un film de mecs, avec de la testostérone, du sang, des coups de poing, des poils sur le torse ! Certes, ça reste un film de sports qui rappelle tous les films de sports avec les outsiders de service (The Indians me semble le meilleur exemple) mais en rajoutant un petit côté The Blind Side… qui parle aussi de sport. Comme d’habitude, quand c’est bien fait, j’ai rien de particulier contre les scénarios classiques. Celui-ci permet donc d’explorer plusieurs thèmes : amitié, esprit d’équipe, famille (qui manque d’une réelle conclusion), amour, recherche de soi… Pas spécialement au fait des techniques de hockey, j’ai donc appris qu’il y avait effectivement des joueurs dont c’était le boulot d’être le dur à cuire (goon) de service et faire régner un peu la « loi »…

Fight Games : photo

Le film est porté par un Sean William Scott impeccable en demeuré gentil, souvent très juste et très touchant dans son interprétation. Preuve s’il en était qu’avec un scénar un peu travaillé et des rôles dépassant l’abruti de service (I’m looking at you, American Pie), il est un très bon acteur (et trop sous-estimé à mon goût). Je vous renvoie à ma chronique sur Southland Tales, il me semble en avoir dit du bien. L’autre atout acteur de ce film, c’est Liev Schreiber en antagoniste routard de la baston sur glace. On regrettera que désormais Eugene Levy soit catalogué « juif de service » et qu’on lui colle des rôles au final important mais sous-exploité.

Fight Games : photo

J’ai mentionné que Alison Phil était mimi ? Non ? C’est fait?

Fight Games : photo

A côté de la tonne d’hémoglobine et de pains distribués à la pelle, le film lorgne plus côté de la comédie (avec des petites répliques qui m’ont fait rire, comme toujours elles sont dans la bande-annonce). On salue au passage la mise en scène qui va carrément dans la surenchère et renforce le côté brutal des combats au point d’en devenir jouissif. L’ambiance des arènes de hockey est très bien retranscrite et on se prendrait presque au jeu de gueuler « Doug ! Doug ! Doug ! » devant son écran. Alternant les scènes à caractère épiques patins aux pieds et les scènes nettement plus intimistes (la rencontre Glatt/Rhea, les scènes avec Allison Phil, les ambiances de vestiaires…), le film possède un rythme global bien mené et nous tient jusqu’à la fin.

Fight Games : photo

Goon est un vrai coup de coeur qui me fait prendre mon clavier alors que j’avais prévu de me coucher tôt ou de continuer à travailler. C’est un film qui tache, un film généreux, un film cool ! Pour la peine, tous les amoureux de films de sports et de hockey en particulier se doivent de le voir ! Les curieux sont également invités à sortir la tête des blockbusters de l’été et d’aller faire un tour dans les bacs à DVD. Sur ce, je vais mater La Castagne avec Paul Newman pour comparer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s