Les Mystères de l’Amour est toujours une série créée, produite et écrite par Jean-Luc Azoulay (a.k.a Jean-François Porry) toujours avec les acteurs habituels qu’on a toujours l’habitude de voir dans les séries estampillées Jean-Luc Azoulay (Hélène Rollès, Patrick Puydebat, Isabelle Bouysse, Sébastien Roch et j’en passe toujours environ une demi-douzaine…), plus des petits nouveaux pour renouveler le cheptel.

Il convient avant tout de faire un point sur la dénomination de la saison. 2.5, ça ne veut rien dire. Un peu à l’image de la communication autour de ces fameux 8 puis 9 épisodes diffusés sur TMC. On ne sait pas trop si on a affaire à une suite de la saison 2 où à une diffusion du début de la saison 3… Histoire de continuer à augmenter le bordel autour de ces épisodes et de ne faire comme personne, pour moi, ce sera la saison 2.5, dite de transition entre une saison 2 catastrophique et une saison 3 qui ne pourra pas faire pire à moins de prendre une pioche et de s’enfoncer encore plus profondément dans la nullité (honnêtement, ça me parait compliqué, pas infaisable, mais compliqué sans ruiner littéralement la série)(finalement, faîtes comme si j’avais rien dit, c’est largement faisable).

Il faut savoir que les audiences de la saison 2 ont été loin d’être aussi bonnes que TMC auraient pu être en droit d’attendre, capitalisant plus sur la fan-base que cherchant réellement des nouvelles parts de marché. L’effet que ça me fait, c’est que cette saison 2.5 a été commandée pour tester les réactions du public (et considérant la relative bonne présence de JLA sur les différents réseaux internetesques pour voir l’évolution des réactions publiques et corriger le tir au fur et à mesure, cela ne me semble pas impensable). On se retrouve donc avec une saison qui a complètement le cul entre deux chaises, chaque fesse étant posée sur 4 épisodes. 4 épisodes qui utilisent la recette de la saison 1 et 4 (5 en fait, car Mr Porry n’a pas pu clôturer son acte à la fin du huitième épisode programmé…) qui utilisent la recette de la saison 2. Comme vous n’avez peut-être pas lu mes chroniques des saisons précédents, je vous invite à le faire, histoire d’être sur la même page pour celle-ci.

Nous avons donc une saison en 2 parties.

Partie 1.

Tout va bien. On a fait une ellipse temporelle à faire tomber chèvre Sam Beckett (Code Quantum), mais tout va bien. Le trésor trouvé par hasard par l’insupportable Tim (dont on n’entend heureusement plus parlé) a permis de rincer une grande partie des frais inhérents à la récupération de la maison (oui, parce que j’ai été mauvaise langue dans ma chronique précédente ; en fait, tout est normal a posteriori grâce à la magie du CDLS) et à son retapage en maison d’hôtes. Il va sans dire que tout le monde vit dans cette villa comme un groupe hippie et retrousse ses manches pour peindre 3 volets. Mais venant d’Australie, la petite sœur d’Hélène va ramener avec elle : de la drogue, des diamants et des ennuis. Certes. Evidemment, elle va garder les diamants pour elle, donc ses employeurs ne seront pas hyper jouasses et s’en prendront aux amis de Chloe, en l’occurrence, sa sœur.

Hahaha ! Vous pensiez que je n’étais qu’un artifice ! Mais 19 ans plus tard, je reviens !

Et je suis carrément atomique ! Bon, je me drogue et vole des diamants pour les besoins d’une histoire complètement repompée sur celle de ma cousine Virginie, mais qui s’en rappelle ?

Et c’est parti pour un festival de n’importe quoi ! Encore une fois, le grand méchant de l’histoire est un gros pervers libidineux qui ne pense qu’à s’envoyer en l’air avec son otage. Visiblement, c’est la seule caractérisation possible pour un méchant estampillé JLA : Mr Barnier, Virgile, Eve et j’en passe. Et quand on voit à quel point Hélène est particulièrement idiote, je n’ai qu’une chose à dire : elle mérite d’être séquestrée ! Exemple ? Elle est gardé dans le fond d’une cour, le méchant vient la voir pour la draguer, il reçoit un coup de téléphone et se retourne littéralement (Wait ? What ? sic !). Il y a des bûches à un mètre d’Hélène. Un mètre ! Croyez-vous qu’elle les prendrait pendant qu’il a le dos tourné pour lui mettre un coup sur la nuque ? Noooooon, ce serait trop simple (c’est aussi accessoirement l’exemple d’un manque de détails dans la description des scènes dans le script et un scripte pas très alerte à corriger certaines aberrations). Autre exemple ? Ils sont tous les deux dans le salon, le méchant s’excuse encore pour un coup de téléphone (sic), elle se retrouve seule. Elle se lève et essaie d’ouvrir la porte d’entrée discrètement. Elle est bien évidemment fermée, patate. A un mètre de cette porte, un mètre !, il y a une fenêtre tout ce qu’il a de plus classique, impossible à verrouiller et qui donne sur la rue. Croyez-vous qu’elle essaiera de l’ouvrir pour s’enfuir avec un sprint derrière ? Noooooon, ce serait trop facile ! Moralité, si elle se fait droguée, c’est un peu de sa faute en définitive. Heureusement la cavalerie (Nico, Cricri et José) va arriver et la sortir du débarras, à deux doigts du viol.

C’est le grand méchant foireux du premier arc, mais ses sous-fifres ne sont pas mieux ! Tous des incapables ! Ils ont des guns et réchignent à s’en servir sous prétexte que le boss a dit qu’il fallait blesser personne. C’est pourtant pas compliqué de faire un coup de semonce dans le mur pour asseoir son autorité et être pris un peu au sérieux. Mais non ! Depuis quand la galanterie l’emporte sur des millions d’euros quand on est truand ? Ça réagit comme des crétins et au final ça se fait mettre en déroute par un pot de fleur… (sic) On retrouve les malfrats en carton de la première saison, sauf qu’ils sont allemands, pas colombiens. L’incompétence est donc internationale. Et encore une fois, Jeanne sauve le monde en capitalisant sur ce potentiel d’incompétence…

Que faut-il retenir de ces quatre premiers épisodes ? Sur le fond. Rien. On a fait revenir une petite sœur, ça fait plaisir aux fans. On a montré un caméo de Mr Girard, ça fait plaisir au fans. On a montré un caméo d’Annette qui drague ouvertement Mr Girard, ça fait carrément malsain… Sur la forme, Jean-François Porry ne sait pas écrire d’histoire policière ni des antagonistes qui soient suffisamment crédibles pour que les héros se sentent menacés. C’était ridicule. Quand bien même, c’est une série un peu légère, mettre un peu de tension avec des histoires de drogues et de vol de diamants ne devrait pas faire de mal. Mais comme c’est très mal écrit et exécuté, il va falloir s’abstenir ou trouver un scénariste capable de gérer les choses de façon un peu plus réaliste…

Partie 2.

Après un premier arc tellement mou du genou qu’un épisode de Derrick avec une course de déambulateurs aurait pu passer pour réalisation de Michael Bay, la deuxième partie délaisse les mystères pour se consacrer à l’amour. José est en taule parce que visiblement la police n’a pas assez de preuves pour la légitime défense (y compris les seringues de GHB dans le tiroir…). Notons au passage qu’à son sortir du coma, plutôt que de nier en bloc et s’assurer les services d’un avocat – je rappelle que son organisation dealer des diamants, l’argent ne devrait pas poser de problème – il avoue tout… WTF, j’ai envie de dire. Donc, José sort et se remet avec Béné. Oui. Encore. Comme à la grande époque. Mieux, il la demande même en mariage suite à une épiphanie (« c’est la femme de ma vie, blablabla », j’ai déjà fait état du caractère peu cohérent du personnage de José dans une chronique précédente, on est en droit de s’attendre à un futur « oups, j’ai glissé » pour justifier un prochain adultère). Béné+José : check.

Ca se voit pas, mais c’est un aéroport parisien… Je crois que même celui de Love Island était plus bondé…

Depuis la saison 2, Fanny harcèle Nico. Evidemment, fallait pas coucher avec, gros gland ! Même juste une fois. Et comme la petite est envahissante et qu’il est incapable de s’affirmer ou de bloquer son numéro de téléphone, finalement Jeanne se casse ! Ca devait arriver. Elle part donc en Suède. Pendant un instant, je me suis demandé si c’était la Suède ou la Normandie (je rappelle que JLA souhaite faire du low-cost…) Il s’avère que c’est bien la Suède (ça mériterait d’être encore plus exploité, c’était sympa de voir des paysages exotiques). Jimmy et Jeanne vont donc jouer au chat et la souris. Bon, ils finiront par coucher ensemble, hein ! Mais ça veut rien dire car Jeanne est toujours amoureuse de Nico… Et puis, Jimmy va encore être papa…

Et oui, car Laly est enceinte ! Pendant un moment, on a fait croire que François pourrait être le père (parce que dans les MDLA, quand on couche avec quelqu’un on ne se protège pas, les maladies sexuellement transmissibles ne sont qu’une légende urbaine…). Mais bon, visiblement, Jimmy est bien le père. Mais Laly ne va pas se remettre avec lui. La question n’a même pas été évoquée. J’avais mentionné qu’il serait appréciable de parler des grossesses tardives ; ça aurait été appréciable de le faire avec la moins irresponsable du groupe et d’éviter des explications totalement aberrantes vis-à-vis de son premier fils Diego (limite borderline « je le connais pas parce que mes parents l’ont élevé à ma place, donc, c’est pas vraiment mon fils »). A part ça, Laly perd son téléphone portable dans les frigos…

Fanny va finalement comprendre que Nico ne veut pas d’elle. Heureusement, Christian va voler à sa rescousse et lui balancer un « j’ai craqué sur toi dès que je t’ai vu ». Tu veux dire à l’époque où tu venais de sortir de ta relancer de 3 ans avec Angèle via un texto moisi ? L’époque où tu aurais dû être effondré et te remettre à picoler si ça avait été normalement géré ? Donc Christian va se mettre avec la chieuse. Elsa Esnoult a le mérite de plutôt bien jouer son personnage. Mais c’était sans compter sur le retour du personnage d’Angèle. Comment ? Vous croyiez que Christian et Angèle étaient de nouveau ensemble à la fin de la saison 2 ? Non non non. Angèle déstabilisée par son séjour à la ferme bio, se réfugie chez Ingrid. Personne l’a prévenue qu’Ingrid était ultra-louche, il lui vient absolument pas à l’idée que Ingrid connaissait Virgile et que c’était suffisant pour ne plus s’approcher d’elle… Non, il faut bien se réserver des occasions de faire des trames scénaristiques abracadabrantesques. Et si Ingrid se mariait avec Angèle pour récupérer un héritage d’un oncle qui a fait fortune avec une mine d’or (CDLS, sic et WTF pas forcément dans cet ordre-là) ? Je vous passe les détails mais au final on réussira à sortir Angèle des griffes d’Ingrid à la fin du 9ième épisode. Elle avait mis les moyens en soudoyant un éminent psychiatre qui n’a aucune étique professionnelle, en employant encore Tonio et ses traceurs infaillibles et en usant de plans retords. Mais tel est pris qui croyait prendre et à la fin tant va à la cruche que la charrue est mise avant la peau de l’ours. Un truc du genre. Tout ça pour dire que si Christian est pour le moment avec Fanny, il est plutôt entre deux feux amoureux. Notez qu’il a dit que Angèle était de l’histoire ancienne (on sait jamais, je prévois déjà les incohérences de ma chronique de la saison 3…) (et puis, on est pas à l’abri du retour de Johanna)(encore).

Jeanne étant écartée de la « Villa Bonheur », l’heure est au rapprochement entre Hélène et Nico. Ouais, ils vont s’embrasser. Et ça va faire un pataquès. Honnêtement, je n’ai pas d’avis sur quoi que ce soit et sur les couples idéaux. Tout ce que je note c’est que personne n’arrive à rester constant dans ses décisions et son comportement ! Nico est très clairement amoureux des deux, et finalement, il ne met sa langue que dans la gorge de celle qu’il a sous le coude… Il serait bon qu’il prenne le temps de faire le point, loin. Très loin. Un peu comme Jeanne, mais sans coucher avec Jimmy. Histoire qu’il se case avec une personne, qu’on en parle plus et qu’on avance un peu. Après je comprends bien que les tensions amoureuses entre Jeanne et Hélène sont au cœur du débat, mais rappelez-vous, à l’époque des Vacances, quand tout le monde glandait à la plage, Nico n’était qu’avec Jeanne en dépit de la présence d’Hélène et ça se passait très bien pour la qualité globale de la série… Donc il est avec Hélène, mais au retour de Jeanne, il a l’air de se remettre tacitement avec Jeanne (tu m’étonnes que la blonde soit mal à l’aise ensuite…). Un nouveau bordel en perspective. Un bordel à l’image de la vie de Jeanne dont on en apprend plus à chaque épisode (danseuse, drogué, famille à rallonge, karaté en prison, piratage d’iPhone quand ça l’arrange… elle devrait probablement aussi avoir reçu un prix Nobel de Biologie quand elle avait 12 ans…)

Avant, j’étais crédible. Mais ça, c’était avant…

Chloe va se mettre avec Antoine qui a voulu se suicider après le départ de Fanny (quitte a faire du grandiloquent, autant se suicider). Mais avant elle était avec son boyfriend australien, celui à cause de qui elle s’est drogué et fait du trafic de diamants. Evidemment, elle fait partie des gentils, c’est pas de sa faute en définitive… En fait, le gars en question, tout ce qu’il voulait, c’était les diamants. Il va se faire gauler avec comme un abruti en prenant l’avion (oui, parce que vous ne le saviez pas, mais Laly a des contacts à la douane qui l’ont arrêté… la magie des Deus Ex Machina made in Porry ne cessera jamais de me surprendre). Il ne pouvait pas savoir, hein… La prudence lui aurait sûrement commandé de se mettre au vert quelques temps avant de retourner en Australie, mais bon…

Reste que pour compléter ces 9 épisodes, 17 devrait débouler à la rentrée prochaine. Quel bilan tirer de cette 2.5 ? Bah, que c’était pas terrible au cas où mon résumé n’était pas assez flagrant. C’est souvent du n’importe quoi qui ressemble à du bricolage pour faire plaisir aux fans sans réellement s’attarder à la qualité intrinsèque de la série. L’acteur qui jouait Philippe réclamait un vrai scénariste aux commandes, je ne peux que plussoyer. Encore. On notera que la bande à Hélène sont toujours une belle bande de branleurs et que, comme toujours, personne ne travaille. On va bien rire quand il va falloir nourrir une huitaine de personnes sur les seuls revenus d’une maison d’hôtes dans le 78. Même Rudy avec son taxi, je me demande comment il fait pour joindre les deux bouts en passant son temps a trimballer Jeanne partout. Bah, il y aura encore un loto ou un héritage pour leur permettre de vivre sans trop se poser de question.

Taxi-driver à Paris, un métier usant mais qui doit rapporter un max pour se prendre des pauses/vacances quand on veut…

J’avais aussi décrié le rythme de la saison 2. Je vais me plaindre de celui de la 2.5, encore bien floue et sans cohérence. C’est ainsi qu’en un épisode, on apprend qu’il s’est passé 9 jours (depuis le départ de Jeanne). C’est absolument pas retranscrit dans la série et on a l’impression que c’est 9 épisodes couvrent au mieux 5 jours. Quand on fait des ellipses de temps dans l’épisode-même ou que la seule façon de juger du temps reste l’avancement des travaux, inutile de dire qu’on ne juge de rien du tout ! Au moins, on a arrêté de mettre la table ou de prendre un apéro pour un oui ou pour un non !

Maintenant, on bricole ! Et on va faire des courses au Castorama à peu près tous les trois épisodes ! Et c’est important de le montrer, comme toujours.

Que sommes-nous en droit d’attendre pour la saison 3 ?

  • Un imbroglio avec les histoires de cœur de Nico
  • Idem avec celle de Christian
  • Un mariage, avec possibilité d’annulation à cause d’un « oups, j’ai glissé » de José
  • Le retour de Tonio et des plans à la noix d’Ingrid pour s’occuper (franchement, j’espère pas, elle est très clairement grillée auprès de toute la bande… il est temps d’introduire un nouvel antagoniste un tant soit peu crédible)
  • Le départ sans explication de personnages secondaires
  • Des nouvelles apparitions de vieilles têtes (genre Manuela ou Cynthia)
  • Un nouveau tube made in Christian
  • Peut-être que Nico arrêtera d’avoir son permis quand ça l’arrange
  • Le retour de Marie Girard ?

Mais si vous voulez réellement apprécier la saison à venir, le mieux, c’est encore de ne rien en attendre et de se laisser surprendre par la magie JLA productions, par les incohérences en pagaille et les retournements de situation de derrière les fagots. Après l’espoir fait vivre… Bref, il est encore trop tôt pour juger de la saison 3 (dont la 2.5 est le début en fait), mais je me répète encore : il y a encore du boulot pour (re)mettre à flots cette série !

Je serais toutefois curieux de mettre la main sur un script d’épisode et le retravailler à ma sauce. Histoire de voir…

Publicités
commentaires
  1. wrct dit :

    Après une telle description une question me vient à l’esprit. Pourquoi regardez-vous une séries que vous dénigrez en 8 page avec photo ?

    Je suis Fan des premières séries et pourtant je suis incapable de regarder un seul épisode des mystères de l’amour sans avancer l’épisode. Votre description est tout à fait juste sa tourne en rond avec encore et toujours les mêmes scénario à quelque détail près . Par compte Hélène n’y est pas pour grand chose, elle ne fait que suivre le scripte même si ce dernier est vraiment tiré par les cheveux et c’est le cas pour tout les acteurs.

    Vous paraissez détesté la séries, mais vous continuez apparemment à regarder. Bravo

    • Oliver Castle dit :

      LA fameuse question ! Pourquoi ? C’est le côté hypnotique de la télévision et de ses productions : on sait que c’est de la bouse, mais on n’aime bien quand même. Je ne déteste pas les séries, j’adore leur nullité. C’est différent.
      Et puis, pour être honnête, je regarde surtout pour écrire mes articles sur ce blog (comme je le fais avec mes « Journal en Bordeciel »). Je sais que je prendrais du plaisir à écrire mes articles et que ceux qui liront s’amuseront en le faisant ! En plus, ça fait partie des mes articles les plus populaires. En soi, je fais comme JLA, je surfe sur la vague de la nostalgie à moindres frais :).

  2. […] Hélène et les Garçons est une série produite et écrite en grande majorité par Jean-Luc Azoulay/Jean-François Porry avec à peu près tous les acteurs qu’on retrouvera vingt ans plus tard dans les Mystères de l’Amour. […]

  3. […] saison 3 comporte comme 17 épisodes (auxquelles on ajoutera ou non, les 8 de la bâtarde 2.5). Comme d’habitude, elle s’étale sur une période temporelle assez restreinte couvrant […]

  4. […] qualité générale médiocre. C’était vrai à la saison 1, c’était encore vrai à la 2.5 et c’est toujours vrai celle-ci. Reste le plaisir malsain de regarder pour voir à quel […]

  5. […] Les Mystères de l’Amour – Saison 2.5 (359 vues) : … […]

  6. […] difficile tant certaines saisons sont inutiles (la 4) ou carrément hors compétition (la 2 et son extension qui s’assume pas). Certes ! Mais pour rendre à César ce qui appartient à Jean-Luc Azoulay, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s