Dans l’épisode précédent…

Me voilà donc au pied des remparts de Vendeaume, en train de tenir un siège que j’avais pas vraiment vu venir. Il faut croire que l’armée impériale à vaguement été efficace tandis qu’elle m’envoyait libérer des prisonniers de guerre dans des forts moisis. Le légat Rikke est parée pour l’assaut final et Caius Anus fait son petit speech de motivation qui ressemble fort à « beaucoup d’entre vous vont crever pour une cause que vous ne pigez pas, mais dites-vous que c’est pour la liberté ».

J’ai eu envie de gueuler « Pays de Galles indépendant ! » sans raison particulière à la fin du discours, mais encore une fois, je me suis retenu… Franchement, elle a bon dos la liberté.

Visiblement Ulfric Sombrage – qui a, je le rappelle parce qu’on a tendance à oublier pourquoi on veut le buter, tué l’ancien haut-roi de cette province gelée de l’Empire dont tout le monde se fout – s’est terré dans son château à Vendeaume. Comme la plupart des monarques, il affronte son destin le front haut et avec l’arrogance de croire qu’il va s’en sortir vivant. Le fou…

Et puis on y est allé. Comme des glands. En gueulant et en espérant tous que les flèches qu’on nous balançait finirait plutôt dans le râble des copains devant que dans le nôtre. Inutile de dire que je me suis pas spécialement précipité en première ligne, tirant quelques flèches de loin pour faire style. Jusqu’à ce que je me rende compte que les copains devant, derrière et sur les côtés savaient à peine manier une arme et qu’à ce rythme là, dans 3 mois on y serait encore. Evidemment, ça n’est venu à l’idée de personnes d’aller un bac d’eau pour éteindre le feu de la première barricade pour aller en ligne droite et directement vers le château ! Non, il a fallu qu’on se tape toute la ville pour arriver à 15 mètres de là où on est partis.

 

Il n’est pas venu non plus à l’idée de Caius Prépus de m’envoyer tranquillement devant avec mon invisibilité pour trancher proprement la gorge sur chef des Sombrages. Non, il voulait un bain de sang, il a eu son bain de sang ! Rikke et Caius étaient en première ligne à essuyer les coups tandis que je snipais tout ce qui portait du bleu à vue. Les deux blaireaux qui m’accompagnaient sont morts et ressuscités un nombre incalculable de fois. Sans cette capacité spéciale particulièrement suspicieuse (serait-ce des vampires ?), ce siège et cet assaut auraient fini dans l’Histoire comme la plus grosse blague de cet ère !

Je sais pas qui est le type en peau de bête avec un marteau à deux mains… probablement le barde d’Ulfric…

Une fois dans le palais, tout fut extrêmement courtois avec un Ulfric Sombrage qui ne s’est pas spécialement défendu. Pour dire la vérité, on a même eu le temps de tirer à la courte-paille qui aurait l’insigne honneur de l’envoyer ad patres. J’ai gagné. D’un coup d’un seul, j’ai vengé l’humiliation subie par mes frères et soeurs de couvée sous le joug de ce tyran. J’en tire pas vraiment de satisfaction. Avec la Confrérie Noire, ce contrat m’aurait rapporté un max de thunes. Là, j’ai fait ça pour la liberté… Donc pour des prunes !

Concours de politesse pour le coup final. Tous des hypocrites car on rêvait tous de le porter !

Heureusement que ma femme Muiri travaille pour subvenir aux besoins du foyer car je ne peux pas compter sur l’Armée Impériale pour me rapporter une solde, ni sur mon statut d’Archimage de l’Académie de Fort d’Hiver, ni sur les pauvres piécettes que je glane pour la Reine de la Nuit… Finalement, pilleur de tombe, c’est encore le plus rentable en Bordeciel ! Je crois qu’il va falloir que je retourne à la Guilde des Voleurs si ça continue…

Mais je suis d’abord retourné voir Muiri. Elle m’a donné l’argent qu’elle avait gagné grâce à sa boutique. 700 pièces. A 100 pièces la journée… 7 jours… Il m’a fallu 7 jours pour remettre ce pays à flot en m’engageant dans l’armée ! 7 jours ! (SIC) Ca faisait des mois que la situation était enlisée avec Ulfric et les Sombrages et, moi, 7 jours et je change la face de cette province de merde ! Quand je dis et je répète qu’il n’y a que des incapables en Bordeciel et que si je fais rien, rien n’est jamais fait ! 7 jours ! On se fout vraiment de la gueule du monde ! Ah pour jeter des pierres sur un dragon, il y a du monde ! Mais pour faire quelque chose, on attend surtout qu’un argonien débile décide de s’y mettre !

Publicités
commentaires
  1. Wysiwyg dit :

    C’est fini, l’histoire s’arrète là? Dommage, je suivais l’aventure avec intérêt, c’est rare une histoire de Skyrim qui se démarque des autres, qui plus est, j’aurais bien aimé ton point de vue sur la suite de la Quète principale.

    • Oliver Castle dit :

      Hello Wysiwyg ! Nan, l’histoire ne s’arrête pas là ! J’ai effectivement la quête principale et cette merveille qu’est la guilde des voleurs à écrire. Le blog est en vacances pour le moment mais ne t’inquiète pas, les journaux en Bordeciel vont revenir 🙂

  2. […] Rider: Spirit of Ve…Battleship « O… on The A-TeamOliver Castle on Journal en Bordeciel #25Wysiwyg on Journal en Bordeciel #25Oliver Castle on Code QuantumEmilie Uyttersprot on […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s