Superman/Tarzan: Sons Of The Jungle est un comic-book écrit par Chuck Dixon, dessiné par Carlos Meglia (Superman: Infinite City) et mis en couleur par David Stewart.

Lord Greystoke aurait dû être débarqué dans une jungle sauvage avec sa femme enceinte (une histoire de mutinerie, je vous passe les détails), mais l’arrivée d’un météorite lui sauve la peau in extremis. La météorite en question, c’est la capsule de Superman, qui va être trouvé par des gorilles et être élevé comme Tarzan…

Voici le point de départ de ce « elseworld » (ou monde alternatif, un peu comme le Red Son de Superman) dans lequel Chuck Dixon réinvente les origines de Tarzan en le remplaçant par l’homme d’acier. L’histoire est passée très vite à mon goût, en usant d’un artifice de bad guy pour esquiver la partie « découverte » entre l’homme singe venu de l’espace et Lois Lane (qui fait pseudo office de Jane). Bref, j’attendais mon « Moi Lois, toi Argozan » (oui, dans la langue des singes, on dit Argozan, pas Tarzan… une sombre histoire d’étymologie). Au final, l’aventure prend un peu son temps pour s’installer avant de très (trop) vite se dérouler dans le dernier tiers.

Hormis cela, c’était très plaisant à lire. D’autant plus plaisant que j’ai mis près de 10 ans (!) pour retrouver le fascicule qui me manquait. Publié en 3 parties, il me manquait la dernière, que j’ai pu récupérer via un incroyable coup de chance en fouillant dans les étalages d’un comic-book shop parisien. Je n’ai pas caché mon plaisir en découvrant une obscure histoire d’un obscur cross-over entre le personnage de Joe Shuster et Jerry Siegel et celui de Edgar Rice Burroughs (à noter pour les amateurs d’anecdotes de machine à café que le dessinateur du héros blasonné était fan des aventures de l’homme à peau de bête et de ses parutions en strip pulp).

Je ne connais pas vraiment Tarzan, ni sa mythologie. Mes références culturelles en la matière se limitant à la série télé des années 60 qui passait le dimanche matin sur la 5 dans les années 80.

Et ça, c’est cadeau.

Le fait est que c’est un elseworld, peu importe la mythologie ou la connaissance que l’on peut avoir d’un personnage, on découvre avec une innocence virginale une histoire nouvelle et on la prend pour sa qualité intrinsèque (seuls les vrais hardcores pourraient noter les réelles différences ou adaptations, et pour le personnage de Superman, c’est très superficiel, pas la peine d’avoir un doctorat DC pour tout piger). L’histoire incorpore des petites touches d’humour ici ou là (via la truculente Lois Lane) et permet d’explorer les notions de déracinement et de recherche de soi (ouais, bon, ça reste aussi présent qu’un string sur les fesses de Pamela Anderson, je disais ça pour donner un peu de prestance psychologique à mon article…).

Les dessins sont signés Carlos Meglia, un artiste dont j’apprécie énormément le style cartoon et stylisé (son Infinite City était superbe !) mais fauché bien trop tôt. Et sans aller à faire de la mauvaises langue, j’aurais préféré qu’il continue les comics plutôt que de perdre son temps avec Canales… Si vous aimez le style Humberto Ramos, Bruce Timm, Disney et consorts, vous serez aux anges. En parlant de Humberto Ramos, il signe également de très jolies couvertures.

A noter que les trois fascicules furent reliés en album unique et en français aux éditions Soleil. Très honnêtement, j’ignore la réelle rareté de la chose, autant en français qu’en vo, mais j’ai dans l’idée que ça doit être plutôt délicat à se procurer.

J’aurais mis 10 ans pour découvrir ce Superman/Tarzan: Sons of the jungle. L’attente fut longue mais la lecture en valait la peine (et surtout la peine de persévérer à trouver le feuillet manquant !). L’histoire est malheureusement trop courte et j’aurais grandement apprécié une mini-série en 5-6 épisodes. Mais ne boudons pas notre plaisir et recommandons à tous les amateurs de Superman ou de Tarzan de découvrir quelque chose de nouveau et de très joli à l’œil !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s