Dans l’épisode précédent…

De retour au Sanctuaire, Astrid me lâche froidement que si j’entends des voix, j’ai qu’à aller au rendez-vous et m’en occuper. Alors je suis reparti du Sanctuaire… Franchement, j’ai déjà fait étalage de l’approximation des services postaux en Bordeciel, mais plutôt que de me faire voyager pour des prunes, ce serait bien de me prévenir !

Le rendez-vous a lieu dans un tertre lambda. De toute façon, les rendez-vous sont toujours dans des tavernes ou dans des cimetières dans ce pays ! Et ne vous méprenez pas, les plus densément peuplés ne sont pas ceux que vous croyez. Avant le rendez-vous, j’en ai profité pour nettoyer le tertre de ses habitants moisis. Aucune obligation, juste pour le sport et l’envie de massacrer des choses mortes pour calmer mes nerfs après qu’Astrid m’ait carrément pris de haut alors que je fais tout le boulot dans cette confrérie à la noix.

Cette expédition m’a permis de réaliser une chose : les architectes Nordiques étaient tout de même pas la moitié d’un gland ! Peu importe la taille de la sépulture, peu importe le nombre de couloirs, de chambres, de caveaux, vous ne vous perdrez jamais ! C’est toujours tout droit ! Systématiquement ! Même pas besoin de réfléchir. Le chemin est tout tracé.

De plus, si jamais vous avez peur de vous enfoncer dans les méandres et les profondeurs de la terre, si jamais vous avez peur de déboucher sur une impasse et de devoir vous farcir tout le chemin à l’envers (et peut-être par là même, mourir de faim faute de vivres suffisantes), n’ayez crainte ! Une fois que vous serez dans la chambre funéraire principale (aisément reconnaissable au grand coffre ou au mur qui parle dans un coin), il y aura une petite porte discrète qui vous ramènera à l’entrée du tertre ! Ma théorie est, qu’à l’époque, la Guilde des Pilleurs de Tombes était si puissante qu’elle imposait aux architectes des plans de caveaux qui iraient vers la simplicité !

Vous serez toujours le premier explorateur de la tombe, peu importe la tombe choisie aussi. Je suppose qu’avec la montée de la Guilde des Nécromanciens, la Guilde des Pilleurs de Tombes est tombée en désuétude et a disparu faute de nouveaux morts à enterrer et perpétuellement ressuscités… Donc, vous ne trouverez jamais de cadavres d’explorateurs vous précédant, les urnes seront toujours plein de deux ou trois piécettes et, pour peu que vous soyez argonien, les zombies vous attaqueront personnellement.

De plus, en dehors des habituels zombies expédiés en deux coups de dagues pour les plus mauvais des assassins, vous aurez régulièrement l’occasion de tomber sur des pièges : fils tendus, plaques au sol, objets sur un socle déclencheur… Une fois activé, le piège sera de nature différente selon la situation : flammes, fléchettes empoisonnées, éboulis, portes à piquants… Encore une fois, n’ayez crainte ! Aucun de ces pièges n’est mortel ! Au pire vous aurez un peu de couture à faire sur l’entaille dans votre vêtement. Mais en général, les flammes vous passent un bon mètre au dessus de la tête, les fléchettes se déclenchent un mètre devant vous, l’éboulis vous passe à côté… Sérieusement, tout ce pays est une vaste blague…

Mais fermons la parenthèse « l’exploration de caveaux nordiques pour les nuls » pour retrouver mon client.

Déjà il a pas l’air à l’aise. J’avais bien envie de lui dire que c’était normal vu le lieu de rendez-vous, que les cris qu’il a entendus c’était moi qui faisait le ménage dans les cadavres ambulants et qu’il n’y avait plus rien à craindre désormais. Mais j’ai rien dit. Le type me file le contrat et j’ai failli éclaté de rire. Le type veut qu’on tue l’Empereur en personne !

J’ai pris les sous et je suis retourné au Sanctuaire. Astrid m’a dit qu’elle allait réfléchir, encore, et je suis parti… Encore.

J’ai fait deux-trois rapines pour la Guilde des Voleurs, et je suis revenu. Comme de par hasard, Astrid avait décidé que la Confrérie Noire allait assassiner l’Empereur. Et que cet insigne honneur devrait revenir non pas au chef de la Confrérie (elle), ni au plus vieux, ni au plus expérimenté, mais au bleu de service (moi)…

Publicités
commentaires
  1. […] Journal en Bordeciel #15 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s