Waitress est un film écrit, réalisé et joué par Adrienne Shelly (Trust Me), avec Keri Russell (Mission Impossible 3), Nathan Fillion (Super), Jeremy Sisto (Suburgatory) et Cheryl Hines (Suburgatory aussi).

Jenna fait des super tartes. C’est son boulot et tout le monde reconnaît que si la fabrication de tartes était une discipline olympique, Jenna aurait l’or sans problème. Tout le monde reconnaît aussi que niveau cœur, Jenna aurait aussi l’or pour avoir sélectionné le mari le plus abominable qui soit (égoïste, possessif, crétin, borné, violent… bref, un gros beau gland). Là où ça va se compliquer, c’est que Jenna va tomber enceinte de lui (la bonne vieille ficelle de la soirée trop arrosée) et qu’elle est décidé à le garder ce bébé. Là où ça se complique encore plus, c’est quand elle va tomber amoureuse du nouveau gynécologue et entretenir une torride liaison avec lui…

Encore un film que, en temps normal, je n’aurais jamais regardé. Mais là, je cherchais un film avec un diner américain pour étoffer mes références sur la chose (costumes, décors, etc.). Dans celui-ci, il y avait Nathan Fillion et une affiche rétro sympa, ça m’a suffit pour me convaincre de le regarder sans avoir lu le pitch. Au final, si je pensais vaguement avoir affaire à une comédie romantique, il n’en est rien (ou presque rien).

Car le thème principal reste l’évolution du personnage de Jenna, la façon dont elle va se prendre en main, vivre sa grossesse et dépasser ses peurs. Bref, c’est un film sur une femme enceinte. Je suis pas vraiment dans le cœur de cible, du coup. Doutes, interrogations, détermination, etc. vis-à-vis du petit bout à venir… autant de choses qui sont perçues au travers du regard de la maman (parce que je le répète, le papa est un gland dans l’histoire). Et j’avais pas spécialement vu de films sur la chose depuis Allô maman ici bébé… (‘tain, la référence qui tue quoi !) Il n’empêche que c’était plutôt intéressant à regarder, plutôt rigolo et plutôt bien écrit ! Il faut dire que Adrienne Shelly s’est inspirée de sa propre grossesse pour écrire le scénario, d’où une certaine justesse dans son traitement.

Il faut dire aussi que la brochette d’acteurs qui sert dans ce petit film tend aussi à niveler par le haut mon appréciation globale : j’adore Mr Fillion – toujours parfait -, Jérémy Sisto est délicieux en mari crétin et Keri Russell nous campe une trentenaire crédible, globalement dépassée par la situation, désabusée de son quotidien et passionnée dans sa liaison (et accessoirement un plus esthétique à l’écran pour la gent masculine). Et puis, c’est toujours rigolo de voir des têtes d’acteurs de séries TV regroupées ensemble dans un film. C’est genre Felicity qui trompe le Détective Lupo avec l’écrivain Castle en racontant ses malheurs à Cheryl David…

Reste le cas à l’étude de Cheryl Hines. J’arrive toujours pas à me décider si elle fait partie des actrices sans retouche ou objectivement botoxées de tous les côtés au point d’en défier l’Uncanny Valley pour les humains…

Au niveau de la réalisation, c’est un film qui donne faim avec toutes ses incrustations de plans de fabrication de tartes en fonction de l’humeur de la protagoniste. Tarte au chocolat, tarte à la guimauve, tarte aux fruits… Il y en aura pour tous les goûts !

Au final, c’est bien que ce que je pensais, je n’ai pas grand chose à en dire de ce petit film obscur. C’était sympa à regarder mais objectivement pas ma came. Mais il y aura sûrement un amateur du genre parmi les lecteurs de ce blog. Sinon, vous pouvez toujours attendre que je mate Rise of the Apes et que j’en parle…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s