Itinéraire Bis

Publié: 29/02/2012 dans Cinema
Tags:, , , , , , , ,

Itinéraire Bis est un film réalisé par Jean-Luc Perreard, avec Fred Testot (Au bistrot du coin) et Leïla Bekhti (Tout ce qui brille), d’après un scénario de Marie Weinberger.

Jean est corse. Il n’a jamais quitté son île, il vit chez sa mère, il est empoté, il est naïf, il est coincé dans une vie dont il voudrait sortir. Un jour il rencontre Nora. Nora est une jeune femme au caractère bien trempée qui vient de se faire littéralement jetée à la mer depuis le bateau de son petit ami (oui parce que on part dans une course de bateaux, on emmène sa petite amie… logique – on va dire que c’était pour lui donner une excuse pour la jeter). Pour Jean, Nora est synonyme d’aventures… et d’ennuis !

Heureusement que personne n’impose aux blogs tenus par des Français de parler de productions françaises, je serai bien en mal de tenir les quotas ! Mais bon, comme Omar Sy a gagné le césar du meilleur acteur, je me suis dit que j’allais regarder un film son compère Fred… Cherchez pas, c’est logique dans ma tête. Mon choix s’est donc porté sur Itinéraire Bis, marketé comme une comédie romantique. La bonne nouvelle, c’est que ça rentre dans la catégorie romcom ; la mauvaise, c’est que c’est loin d’être ouf !

Attention : je vais encore spoiler le film de bout en bout pour les besoins de ma démonstration. Mais comme le film est pas ouf, disais-je, c’est pas grave !

Commençons par la réalisation. D’après ce que j’ai pu voir, c’est le premier long métrage de Jean-Luc Perreard, plus habitué aux réalisation de making-of. On pourra apprécier les paysage de la Corse, un peu. A part ça, ça se révèle souvent indigeste à base de cuts assez violents dans un montage clipesque entre-coupés de plans filmés caméra à l’épaule sans grand intérêt.

Le duo d’acteurs est somme toute pas trop mauvais. Fred Testot est plutôt sympathique en gentil benêt un peu gamin tandis que Leïla Bekhti réussit bien à faire ressortir tout le côté chiant de son personnage. Malheureusement, on ne voit pas de réelle étincelle se créer dans le couple, hormis celle imposée par la magie du scénario.

Parlons-en du scénario ! En général, quand je réserve cette partie pour la fin, c’est parce qu’il va en prendre pour son grade ! Déjà les personnages. Ils ont eu l’avantage d’être plutôt simplets dans leur caractérisation, donc facilement exposables dans le premier acte. Malheureusement, leur évolution se limite au strict minimum. Pire, elle est carrément incomplète au regard du passé des personnages :

  • Jean était coincé dans un boulot dont il ne voulait pas mais jamais on aura le droit à une scène où il dit « non, ça suffit »,
  • Jean était coincé chez sa mère mais jamais on aura le droit à une scène où il dit « non, ça suffit »,
  • Jean était coincé tout court mais jamais on aura le droit à une scène où il dit « non, ça suffit »,
  • Nora était une jeune femme pétrie de défauts en tout genre mais jamais elle ne se remettra en question…

En gros et pour faire simple, Jean est un personnage soumis qui ne dépasse jamais sa propre condition (et ne me sortez pas l’histoire qu’il se force à aller à l’eau alors qu’il ne sait pas nager, hein, c’est juste une façon un peu sympa de dire « je t’aime » à Nora d’une façon bien plus forte qu’avec des mots). Idem avec Nora, qui reste chiante. En plus de ça, elle pollue en jetant des déchets par la fenêtre de la voiture (ce qui, personnellement, m’a choqué).

Partant du principe que les personnages ne se donne aucune chance de réellement évoluer, l’essentielle de l’intrigue est donc focalisé sur la romance entre eux. Autant dire une succession de scène sans revirement émotionnel, donc sans intérêt. J’ai bien noté l’incident déclencheur (Jean rencontre Nora, normal), la fin du premier acte (Jean prend la décision de lui-même accompagner Nora), le milieu du deuxième acte devait être Nora qui apprend la vérité sur Jean (c’est un gros mythomane, en fait) et la fin du deuxième acte devait être Jean et Nora qui couchent ensemble. Ce qui me semble être un bon climax, c’était ce que le public attendait de toute façon.

Comme vous avez tous lu ma chronique de One Day, vous connaissez à présent la théorie de la fin de deuxième acte. Nora et Jean ayant le droit à une conclusion positive à la fin du second acte implique une fin où ils ne sont pas ensemble. Haha, oui, mais non ! Ils finiront ensemble ! Dans une conclusion bien naze ré-exploitant une scène déjà vue plutôt dans le film ; celle qui fait suite au milieu du deuxième acte où Nora met à l’épreuve Jean en lui demandant de se baigner, chose qu’il fait parce que l’amour donne des ailes… Ah non, c’est le Red Bull ! L’amour donne des nageoires, en fait. La même épreuve attend Jean à la résolution du 3ième acte et on sait qu’il plongera de toute façon. Donc, la fin du film est pourrave, CQFD.

Pour avoir un film nettement plus réussi (enfin, au moins dans sa construction, il y a trop de boulot pour en faire un film réussi tout court), il aurait fallu :

  • Que Nora accepte de connaître Jean en acceptant ses mensonges mais sans le mettre à l’épreuve avec la nage (milieu de deuxième, note positive pour le couple)
  • Que Nora et Jean s’embrouille bien comme il faut, ce qui est arrivé dans le film quand les mensonges de Jean lui explose à la gueule MAIS il n’aurait pas fallu que Jean retourne dans la chambre de Nora (fin de deuxième acte, note négative pour le couple et accessoirement Jean qui prend une vraie décision, c’était aussi l’occasion pour résoudre des sous-intrigues avec un Jean remonté qui dit non à sa mère et non à son boulot !)
  • Au matin suivant, on ré-embraye sur le troisième acte tel qu’il est, avec l’épreuve du climax : Jean ne sait pas nager, va-t-il se jeter à l’eau (littéralement) pour chercher Nora (qui sait en secret à propos de son manque de compétences en natation).

Et voilà, c’est déjà un peu plus dramatique comme construction ! C’est tout de même pas compliqué de faire des comédies romantiques pas très originales certes, mais qui fonctionnent ! (On aurait pu garder la fin de deuxième acte positive pour faire en sorte qu’ils ne finissent pas ensemble, mais cela aurait impliqué qu’ils aient chacun grandi au contact de l’autre, ce qui n’arrive pas…)

A part ça, la bande son est composée de chansons plutôt sympathiques… Histoire de finir sur une note positive.

Toujours est-il que Itinéraire Bis est vraiment pas terrible du tout et que vous pouvez vous largement en passer pour aller mater un autre film au choix en cliquant sur le tag « romcom » de mon blog !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s