Les Aventuriers du Rail

Publié: 16/02/2012 dans Jeux
Tags:, , , , , ,

Les aventuriers du rail est un jeu d’Alan R. Moon, édité sous nos vertes contrées par Days Of Wonder.

On poursuit aujourd’hui l’exploration ludothèque idéale avec l’un des grands classiques qui se vend par brouettes entières au moment des fêtes de Noël avec ce jeu de petits trains. Spiel des Jahres 2004, As d’or à Cannes en 2005 et quelques autres prix de moindre importance, inutile de préciser que nous avons à faire à un jeu connu et reconnu. D’ailleurs, à bien y réfléchir, ce n’est peut-être même pas la peine que je la prenne d’écrire un article…

En ouvrant une boîte de Ticket to Ride, vous allez trouver :

  • Un plateau qui représente un pays ou un continent avec des villes,
  • Des cartes « objectif » avec 2 noms de villes dessus,
  • Des petits wagons de la couleur que vous préférez,
  • Des cartes avec des wagons de couleurs (attention, rien à voir avec vos petits wagons en plastique).

Comment on joue ?

C’est très simple. C’est très familial. C’est pour ça que ce jeu se vend et plait à un large public. Vous allez commencer le jeu avec 45 wagons de votre couleur, choisir 2 (ou 3) objectifs parmi 3 tirés au hasard et recevoir quelques cartes « wagon ».

Durant votre tour, vous allez pouvoir, au choix et suivant votre stratégie du moment :

  1. Tirer 3 nouvelles cartes « objectif » et en choisir obligatoirement au moins une que vous ajoutez à celle que vous avez déjà,
  2. Prendre une carte « wagon » parmi les 5 cartes wagons dévoilées (qui sera remplacée aussitôt) ; si vous n’avez pas pris une carte « wagon » multicolore, vous pouvez prendre une deuxième carte « wagon » (tant qu’elle n’est pas multicolore) ; si rien ne vous intéresse parmi les cartes dévoilées, vous pouvez toujours tentez votre chance dans la pioche (et vous tomber sur une carte mutlicolore, c’est tout bénef’);
  3. Défausser un certain nombre de cartes « wagon » de la même couleur.

Cette dernière action va vous permettre de relier deux villes du plateau. Car entre deux villes, il y a des petites cases parfois colorées, parfois incolores. Vous aurez donc compris qu’il faut défausser autant de cartes « wagon » que la couleur des cases (avec ou sans carte joker multicolore) entre les deux villes choisies. Ce faisant, vous prenez autant de vos petits wagons en plastique et vous les posez sur les cases du plateau.

Un fois posés, vos wagons en plastique sont immuables. Ce qui veut dire que ce chemin entre deux villes ne pourra pas être utilisé par vos adversaires. Avec ces wagons, vous marquez une première salve de points en fonction du nombre posés.

Quand un joueur n’a plus que 2 ou moins wagons en plastoc dans son stock, il déclenche la fin de partie. Chacun n’a plus qu’un tour à jouer pour poser des wagons sur le plateau.

Quand c’est fini, chaque joueur va dévoiler ses cartes « objectif ». Si un objectif est rempli, donc que deux villes sont reliées par une chaîne de petits wagons en plastique (je précise à chaque fois pour ne pas faire l’amalgame avec les cartes « wagon »), le joueur marque le nombre de points indiqués sur la carte. Si l’objectif n’est pas rempli, il perd ce nombre de points à la place.

Sans surprise, celui qui a le plus de point remporte la manche.

Les jeux à objectifs fonctionnent très bien auprès du grand public. Personnellement, j’apprécie moyennement les Aventuriers du Rail. C’est un bon jeu, avec une mécanique huilée comme il faut, mais je trouve qu’on est trop dépendant de sa chance pour pouvoir s’en sortir honorablement sur la piste de scores.

Imaginez votre tirage de cartes « objectif ». Foncièrement, celui qui tire « Lille-Marseille » et « Paris-Lyon » comme ville à relier à plus de chance de faire un meilleur score – grâce à la synergie et la récupération des chemins tracés – que le type qui tire « Lille-Marseille » et « La Rochelle-Strasbourg »... Je préfère les jeux un peu moins aléatoires. Les fins de parties restent cependant tendues entre la surveillance du dernier tour avec le stock des autres joueurs et l’attente (aléatoire, encore une fois) de la bonne carte « wagon » pour relier ce dernier segment avant les autres et récupérer 22 points (ou en perdre 22…)

Ce qui ne m’a pas empêché d’acquérir la version pour iPhone (donc, virtuellement, on peut dire que ce jeu fait partie de ma ludothèque). Bon, j’avoue, elle était gratuite… D’ailleurs, elle l’est peut-être toujours pour ceux qui souhaiteraient tester avant d’aller sur du plateau. Elle permet de jouer en solo, en local ou online avec des inconnus. L’application tend à sérieusement ramer en solo, je ne sais pas encore ce que cela donne en multi…

Les Aventuriers du Rail, c’est un peu comme Martine. La licence est déclinée à toutes les sauces pour satisfaire au mieux la clientèle qui ne demande qu’à changer de carte une fois que les USA ont été parcourus en long, en large et en travers :

  • Les Aventuriers du Rail USA
  • Les Aventuriers du Rail USA 1910
  • Les Aventuriers du Rail Europe 1912
  • Les Aventuriers du Rail Allemagne
  • Les Aventuriers du Rail Suisse
  • Les Aventuriers du Rail Asie (dont une face en équipe)
  • Les Aventuriers du Rail Scandinavie (plus orienté 2-3 joueurs)
  • Les Aventuriers du Rail Le jeu de cartes
  • Les Aventuriers du Rail mon cul sur la commode
  • Etc.

Les Aventuriers du Rail, c’est pas le jeu que je préfère mais c’est tout de même un incontournable. Surtout si vous n’êtes pas fan des calculs à tout va et des kubambois… Ceci dit, des kubambois, c’est mieux que des wagons en plastique… On parlera de kubambois dans une prochaine session chronique de jeu de société, tiens !

commentaires
  1. Les aventuriers du rail, c’est surtout un bon jeu pour faire découvrir aux gens les jeux de société modernes.

    Avec le temps, il sort beaucoup moins de ma ludotheque (j’ai la version europe + extention 1912), mais c’est toujours avec plaisir que je m’attable devant si quelqu’un en fait la demande.

    … et vivement la prochaine chronique alors si ca parle de cubes en bois.

    • Oliver Castle dit :

      Je pense que maintenant, on va plutôt sortir un truc genre Taknoko pour faire découvrir le jeu de plateau aux néophytes. On pourrait pas vraiment leur en vouloir, entre des trains et un panda : ya pas photo !

  2. Surtout que depuis ce week end Takenoko est As d’Or a Cannes! Et il le merite, entre un matériel magnifique et une mecanique aux petits oignons plaisant a la fois aux neophytes et à des joueurs un peu plus aguerris.

    Mais bon, il restera toujours des papas qui préfèrent jouer aux ptits trains…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s