Résumé de l’épisode précédent.

Je suis finalement arrivé en Fort d’Hiver. En passant, je suis tombé par hasard sur un statue d’Azura. Si tant est que tomber sur une statue de 15 mètres de haut surplombant la mer constitue réellement du hasard… A l’autel de la statue en question, il y avait une elfe noir qui m’a sorti son baratin de prophète de pacotille : « Tu es l’Elu, je t’ai vu dans mes rêves, le sort du monde est entre tes mains » et ce genre de conneries à coups de rayer les mentions inutiles. Pour la faire courte, me voilà à la poursuite de l’étoile d’Azura. Un peu plus, un peu moins dans mon journal de quêtes…

Les gens à Fort d’Hiver sont nerveux quand on les questionne sur la Magie. On n’aime pas beaucoup ça par ici. Déjà qu’on n’aime pas beaucoup les argoniens, j’ai préféré fermer ma gueule et faire profil bas sur mes compétences magiques… Par contre, il y a un type qui m’a tout de suite abordé : il voulait que je vole un bâton à un mage du coin. J’ai vraiment écrit « membre de la guilde des voleurs » sur mon front ou quoi ? Bon, en même temps, je porte la tenue officielle de la guilde… C’est donc un peu de ma faute si les gardes me rappellent tout le temps de garder mes mains dans mes poches. Il s’avérait que le type en question voulait le bâton pour faire croire au jarl que c’était un mage, donc quelqu’un d’important, donc qu’il fallait pas s’inquiéter s’il en branlait pas une ! Comme je connais ni ce type, ni le type à qui voler le bâton et que j’ai besoin d’argent… Bah, j’ai volé le bâton…

Je comprends aisément pourquoi on n’aime pas la magie en Bordeciel. Déjà, d’une part, c’est un pays de pécaures ! Du genre qui croient que le ciel pourrait leur tomber sur la tête s’ils pètent en se mouchant. D’autre part, il faut dire que j’ai difficilement parcouru un kilomètre sans tomber sur un nécromancien qui se mettait à ressusciter des squelettes pour m’attaquer sans raison particulière autre que d’attaquer un argonien de passage. Il faut que vu la densité de cadavres au kilomètre carré dans ce pays, pas étonnant que la nécromancie apparaisse comme une profession à la mode ! On peut pas faire deux pas sans tomber sur un fémur de vieux soldat !

On rentre pas à l’Académie des mages de Fort d’Hiver comme on veut… Non, avant, il faut discuter avec une nana à l’entrée. Elle te dit : « Toi t’as des bottes cloutées, tu rentres pas ! ». Alors il faut un peu argumenter et dire que t’es mage. Tu balances une idiotie sur une grande quête mystique qui t’habite depuis que t’as lu un bouquin poussiéreux et hop, elle te fait passer le test pour rentrer à l’académie. Le test, c’est de lancer un sort. Mais attention, c’est tellement une académie de winners qui débordent d’inscriptions à l’année qui si jamais tu ne connais pas le sort, elle te propose de te vendre le livre pour l’apprendre ! A quoi ça sert de restreindre l’accès à l’académie et de faire passer des tests si on te file les moyens de rentrer à l’Académie contre 30 pièces d’or ? Le niveau d’exigence de ce pays est vraiment en-dessous de tout. Il faut dire que le QI moyen de la population est globalement remonté par ces espèces de cétacés qui végètent sur la banquise. Des horqueurs, je crois que ça s’appelle.

Le jour où j’ai eu mon premier cours de magie sur les barrières… Notez l’air intéressé des autres élèves…

Me voilà donc étudiant de l’Académie des Mages de Bordeciel. On m’a fait visiter, donner des fringues tellement pouilleuses que j’ai déjà vu des clodos mieux habillés et on m’a dit aller à mon premier cours. Le professeur s’appelle Thofdir ou un truc du genre. Un vieux un peu gâteux qui répétait à qui voulait l’entendre que les barrières magiques, c’est très important… Ouais… Genre… J’ai jamais lancé une barrière de ma vie en combat, et statistiquement, tous les mages qui ont utilisé une barrière en combat contre moi sont morts… CQFD. Bref, il m’a choisi pour la démonstration. Il a sûrement capté dans mon regard la lueur d’intelligence qui faisait défaut aux autres élèves ! Je me demande pourquoi j’ai décidé de m’inscrire dans cette université, si tous les cours sont à la hauteur de ça, ça va pas voler bien haut comme enseignement ! Il faut vraiment que je rejoigne la Confrérie Noire !

Le vieux Thofdir nous a dit de nous rendre sur un site archéologique pour faire des fouilles. J’ai pris mon temps pour y aller, histoire de faire connaissance avec le reste de la population d’une académie qui m’a l’air d’être encore bien plus incompétente que les gars de la guilde des voleurs. Tout le monde me dit qu’il fait des recherches très importantes, mais dans les faits, je les vois toujours en train de pioncer ! Ne parlons pas de l’archimage, il m’a l’air complètement à l’ouest. L’envoyé du Thalmor me fait l’effet d’un rat… Je sais pas pourquoi, mais ma tête à couper que lui aussi je devrais le buter à un moment ou à un autre. Ne serait-ce que pour ce ton conscendant avec lequel il s’adresse à moi… Seul le bibliothécaire orc a l’air efficace. Il m’a dit d’aller lui récupérer des bouquins (efficace certes, sauf quand il faut se bouger l’arrière-train jusque dans un donjon !). Le coursier Vane Khrimson est toujours aux services de tout le monde, de toute façon. J’aurais bien un trou dans mon agenda pour lui retrouver ses vieux livres. C’est au moins la troisième personne qui me demande de lui retrouver un bouquin. Les gens ont vraiment du mal avec les biens culturels en Bordeciel. Pour manier de la hache à deux mains, je peux vous assurer qu’on en trouve du barbare en slip ! Mais dès qu’il s’agit de littérature, ya plus personne.

Bon, le vieux qui me parle de visiter des ruines, ça me dit trop rien. Je commence à les connaître les ruines du pays. Je vais encore me faire agresser par des zombies ! Non merci ! Ca attendra ! Je pense qu’il est temps que j’aille m’acheter une maison, maintenant que j’ai deux vrais métiers. Mon père m’avait dit : « Gagne ta vie honnêtement, achète une maison et prends une femme. » Je suis sûr qu’il aurait rajouté : « Bute le plus de nordiques xénophobes que tu peux et laisse tranquille les dangereux dragons ! » J’entends bien suivre ses conseils. Mon père a toujours eu des bons conseils à me donner avant que je parte à l’aventure. Direction Solitude.

Le jour où j’ai contrôlé mes pulsions meurtrières… Et pourtant, quoi de plus facile que d’écraser des fourmis !

Aujourd’hui, je n’ai tué personne. J’ai passé de longues heures à réfléchir sur le sens de la vie en regardant des fourmis s’affairer sur un tronc d’arbre. Oui. Des fois, il faut savoir revenir à des choses plus terre à terre. Ca m’a détendu. C’était fascinant de regarder ces bestioles à la queue-leu-leu trimer pour ramener je-sais-pas-quoi à une reine qui doit être aussi active que les jarls de ce pays…

Je suis tombé sur un vieil orc qui voulait mourir. Il disait qu’il était trop vieux pour vivre, prendre femme et ce genre de choses. On voit qu’il n’a pas eu un père comme le mien, sinon, il n’aurait pas tenu des propos aussi déprimants. Je lui ai bien conseillé de regarder des fourmis travailler sur une souche, que ça remettrait sa vie en perspective, mais il ne voulait rien savoir ! Il voulait juste mourir honorablement au combat. Tant que je peux rendre service… Par contre, je ne sais pas si mourir au combat des mains d’un argonien qui tranche des gorges par derrière avec un sort d’invisibilité était vraiment honorable pour ce crétin d’orc…

Je suis arrivé aux portes de Solitude aujourd’hui. J’étais pas encore rentré dans la ville qu’un dragon a fait son apparition. Comme je le disais, je n’ai rien de particulier contre les dragons. Ils sont en haut de la chaîne alimentaire, ça me semble bien normal qu’ils se mettent à attaquer où bon leur semblent pour becqueter un paysan. Ou plus vraisemblablement un nécromancien, puisque c’est la première classe socio-professionnel de Bordeciel. Tout ça pour dire que j’ai laissé les gardes faire, comme d’habitude. Ils se sont vachement bien débrouillés les gardes de Solitude ! Des vrais pros. Mais tout aussi aussi débiles que les autres : ils n’arrêtaient pas de me dire « C’est vous qui avez tué le dragon ? ». « J’étais dans la tour en train de forcer votre coffre-fort pendant que vous vous battiez comme des glands » avais-je envie de leur répondre. Mais j’ai rien dit. J’ai pris l’âme du dragon et je suis allé voir le jarl du coin. Encore un gros nordique boursoufflé d’égo sans aucun doute…

Encore une pauvre bête attaquée et massacrée par des humains stupides… Un dragon de glace. Elle est belle l’humanité !

Publicités
commentaires
  1. […] Journal en Bordeciel #6 […]

  2. […] j’ai décidé d’en finir avec cette quête qui traînait dans mon journal : récupérer l’Etoile d’Azura. J’ai dû trouvé un certain nombre d’experts en la matière, détrousser quelques […]

  3. […] allé dans ma caverne intérieure et j’ai pensé très très fort à des trucs sympas, comme des fourmis sur une souche d’arbre ou Muiri. Il s’avère que Cicéro a sérieusement un grain mais qu’il est plutôt […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s