Résumé de l’épisode précédent

Me voilà donc en route pour un tertre quelconque à la recherche d’une corne quelconque pour des vieux qui préfèrent mettre à l’épreuve l’Elu plutôt que de déplacer leurs miches dans le monde réel. Je me demande s’ils n’ont pas de sérieux problèmes d’adaptation sociale, à pas sortir et pas parler… Bref ! J’aurais dû me douter que quelque chose ne tournait pas rond dans ce caveau modèle géant. La plupart des cadavres que j’ai croisés restaient morts. D’habitude, ils se relèvent tous pour aller taper sur l’argonien. Là, rien. En fait, c’est parce que quelqu’un était passé avant moi ! Du coup, il avait déjà buté tous les zombies. Et il en a profité pour prendre la corne et laissé une petite note à mon attention. Du genre « Salut, fils de Dragon, je voulais te parler, j’ai pris la corne, comme ça t’es forcé de ramener tes fesses. Rendez-vous, ce soir, à la taverne de Rivebois. Un ami. » C’est dans ces moments-là que je me dis qu’avec des amis comme ça, je ne m’étonne plus de n’avoir que des ennemis en Bordeciel…

Durant tout mon trajet vers Rivebois, je n’ai pas arrêté d’y penser ! Si on voulait vraiment me voir, hein, ça n’aurait pas été plus simple de faire comme moi et de se frapper les 7000 marches pour aller voir les Grises-Barbes et m’attendre là-haut ??? Après tout, tout le pays est au courant que je me rends voir les vieux ! Mais non ! C’est tellement plus simple d’aller affronter de dangereux zombies dans un tertre pourri et de laisser une note sibylline plutôt que de faire ce que des gens civilisés auraient fait dans un pays civilisé !

Il se trouve que c’était la tavernière qui voulait me parler. Et que, dans une chambre, il y a une cache secrète où elle élabore des plans tordus comme parcourir des cimetières pour retrouver le plus simplement du monde l’Elu. Donc elle m’explique qu’elle est la dernière représentante des Lames, un groupe d’agents secrets au service de l’Empereur qui n’existe officiellement plus depuis des années. Elle me dit aussi que, avant, il y a très très longtemps, les Lames étaient en fait des tueurs de Dragons. Bah voyons ! Comme de par hasard, durant la crise d’Oblivion, tout le monde s’en battait l’oreille de savoir que les Lames buttaient des dragons à tour de bras. Maintenant que des dragons refont leur apparition, c’est de nouveau leur job. Et je vous le donne en mille, cette pauvre tavernière veut qu’on aille buter un dragon tous les deux ! Parce qu’elle est plus maligne que les autres, elle a compris le schéma de renaissance des dragons et sait que le prochain dragon à apparaître le ferait au bosquet de Kyne. Alors d’un, je ne tue pas de dragon pour le plaisir, ils ne m’ont personnellement rien fait (je ne peux pas en dire autant des Nordiques qui m’attaquent littéralement à vue !) ; de deux, je n’accompagne pas les fous qui veulent tuer des dragons ! Un dragon, c’est dangereux et je suis à peu près sûr que si mon père avait su, il m’aurait dit avant de partir : « Un dragon, c’est dangereux ! Laisse les gardes les tuer pour toi ! »

Donc, j’ai laissé la folle qui se prend pour une Lame aller au bosquet de Kyne et moi, je suis retourné voir les vieux moisis. J’ai rendu la corne, ils étaient contents. Ils m’ont dit : « Va tuer des dragons pour le bien de Bordeciel ». C’est une marotte ou quoi ? Et ça ne choque personne que celui que l’on dit « Fils de Dragon » doit aller occire du dragon à tour de bras ? Moi, j’ai plutôt l’impression que le fils de dragon devrait aider les dragons à mettre à feu et à sang tout ce pays d’arriérés !

Le jour où j’ai médité aussi comme un gland…

Sinon, j’ai fait comme les Grises-Barbes. J’ai médité de façon extatique devant des pots de fleurs desséchés sur ma vie et ma présence dans ce pays. Quel est le sens de ma vie ? Et finalement, le sens de ma vie, je l’ai écrit dans le paragraphe juste avant. Je vais remettre ce pays d’équerre d’une façon ou d’un autre. Et je n’ai pas peur d’emprunter la voie du sang s’il le faut. Mieux, ça ne me dérange absolument pas. Tout le monde m’attaque sans raison parce que je marche sur un sentier en cueillant des fleurs ! Désormais, je vois un type, je ne me pose pas de question : je le tue avant qu’il ne me voit. Bordeciel, c’est tuer ou être tué ! Je vais devenir le plus grand assassin que Bordeciel ait connu ! Je vais leur montrer qui est le Fils de Dragon ! La magie d’illusion est ma plus grande force : elle me permet de calmer des ennemis qui m’oublient de suite, je n’ai plus qu’à m’approcher derrière et leur trancher la gorge ! Bientôt, je pourrais devenir invisible, ma tâche n’en sera que plus facile ! La magie de conjuration me permet d’invoquer des épées et des arcs, c’est encore ça de moins à porter. Ils vont voir, tous, tous ces abrutis qui est le plus dangereux en ce pays, les dragons ou l’argonien qui ressemble à un dragon !

Mais bon, en attendant faut bien bouffer. Je me suis dit qu’il serait peut-être temps de trouver un vrai métier. Car non, explorer les tombes pour piller des cadavres n’est pas un métier. Mon père me l’aurait dit sinon ! Le mieux, ce serait que je rencontre la Confrérie Noire, rapport à mon plan de carrière. Mais c’est pas évident, avant il suffisait de buter un inconnu et il prenait contact, maintenant, je sais pas trop. Compte tenu de mes aptitudes naturelles, je suis allé à Faillaise. Il paraît que c’est là-bas que zone la Guilde des Voleurs…

Le jour où j’ai commencé ma nouvelle carrière d’assassin silencieux !

Des gardes ont essayé de m’extorquer un droit d’entrer dans la ville ! Mais où va le monde ! Des gardes ! J’ai failli leur trancher la gorge à eux aussi… mais un peu d’intimidation les a calmés. A l’intérieur, il suffit de parler de la guilde des voleurs pour qu’elle vous contact. Un type m’a approché en me disant « vous n’avez pas acquis tout ça légalement, n’est-ce pas ? ». Non mais de quoi je me mêle ! Je fais les poches de qui je veux. Mais bon, j’ai bien fait de pas le tuer pour le simple outrage de sa remarque, il m’a donné un travail. Il fait distraction, je vole un truc dans une échoppe et je le place sur un clampin quelconque. J’en ai profité pour voler toutes les échoppes…

Le type en question s’appelait Brynyolf ou un truc du genre. Une huile de la guilde des voleurs. Si je veux le retrouver, je dois aller à la Souricière en passant par les égoûts. Ca me semblait louche. Mais bon, j’y suis allé. Il y avait du monde dans les égoûts. Je me suis pas posé de questions, je les ai butés avant qu’ils ne me voient. C’est nettement plus facile ainsi. Marre d’essayer de parlementer pour me faire charger par un balèze avec un marteau à deux mains dont la communication se limite à des mots monosyllabiques ! Là, c’est fait en douceur… Ce sort Calme est vraiment très efficace contre tous les simples d’esprits (il n’y a pas l’air d’y avoir autre chose dans ce pays de toute façon). Je calme, je tranche la gorge. Je calme, je tranche la gorge. Je calme, je tranche la gorge… Au final, je suis arrivé à la Souricière… c’est la que j’ai réalisé…

Le jour où j’ai réalisé que je m’embarquais encore dans une aventure de loosers…

La Souricière, c’est le quartier général de la Guilde des Voleurs. Le QG de la guilde, c’est une taverne miteuse dans les égoûts ! C’est la-men-ta-ble… J’aurais pas autant besoin d’argent, je les aurais tous laissés dans leur médiocrité et leur misère. La guilde des voleurs dans les égouts ! Dix personnes à tout casser ! Elle est belle la guilde ! Encore un ramassis d’incapables, j’en suis sûr !

Qu’est-ce que je disais ! Que des incapables ! Je suis à peine entrer dans la Souricière que j’avais une liste de tâches longues comme le bras dans mon journal : extorsion, falsification, vol, destruction de bien public… c’est bien simple, il semblerait que je doive TOUT faire pendant que les autres restent à la taverne pour picoler ou s’entraîner à tirer à l’arc. Ah pour se la péter avec de longs discours, il y a du monde ! Mais pour aller piquer une babiole par effraction (le B.A-BA du métier, quoi !), y a plus personne et c’est le bleu qu’on envoie ! Au moins, ça me fera voyager…

Le jour où j’ai reçu mon nouvel équipement d’apprenti voleur, au moins, je n’ai plus l’air d’un pouilleux sur les routes…

D’ailleurs, en parlant de voyager, il serait temps que j’aille à l’Académie des Mages du coin… après tout, le succès de mon entreprise de conquête sournoise de Bordeciel dépend de ma magie d’illusion…

commentaires
  1. Jaessa dit :

    X’D Rah bah ça donne envie hein

    • Oliver Castle dit :

      J’essaie de pas trop spoiler les quêtes et événements pour donner envie à ceux qui n’y auraient pas pleinement goûté. Mais force est de constater que les aventures de mon argonien sont parfois aussi aberrantes que véridiques scénaristiquement parlant…

  2. […] Journal en Bordeciel #5 […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s