Hanna est un film réalisé par Joe Wright (Orgueil et Préjugés), sur un scénario de Seth Lockhead, avec Saoirse Ronan (Lovely Bones), Eric Bana (Hulk) et Cate Blanchett (Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal).

Hanna a 16 ans. Elle vit seule avec son père – un ex de la CIA – dans une cabane au fin fond de la Finlande. Ses journées sont occupées par la chasse aux rennes, cours théoriques à partir d’une encyclopédie, détente avec la lecture d’un conte de fée et entraînement aux combats, à la survie et à 1001 façons de tuer un homme… Mais Hanna s’ennuie, elle a désormais envie de connaître le monde. Son père n’a d’autres choix que de laisser l’oiseau s’envoler. Mais pour gagner leur liberté à tous les deux, il va incomber à Hanna d’aller buter Marissa, la seule femme qui connaît les véritables passé de Erik et Hanna, la seule femme au monde qui veut leurs morts…

Des fois, je vais au cinéma sans véritable idée de ce que je vais aller voir. Des fois, c’est un peu mauvaise pioche (La boussole d’or) ; des fois, c’est une grosse claque en travers de la tronche. Hanna, c’était la grosse claque de cet été niveau film d’action ! J’y était allé juste avec une bande annonce dans la tête, et ça valait amplement le prix abusé d’une place de cinéma !

Bien évidemment, ce que je regarde en premier dans un film, c’est son histoire. Dans un film d’action, il est facile de faire complètement n’importe quoi à base d’explosions ou de retournés de poignets en cascade ! Ici, que nenni. Ca va se castagner certes, mais ce n’est pas le propos premier. La violence reste la conséquence du film, pas sa cause.

En soi, le film a été écrit comme un conte de fée et en respecte les grands canons inconscients (la princesse reclus au fond des bois, la vilaine sorcière qui veut la tuer, le chevalier blanc qui s’efforce de protéger la princesse, l’envie de quitter le nid et découvrir le monde). Je présentais Tangled cette semaine, mais vous pouvez aussi voir certaine analogie avec la Petite Sirène ou Hansel et Gretel, par exemple. Les propos du film sont tournés la découverte du monde, le passage à l’âge adulte, les rites iniatiques (amitié, amour, etc.), l’innocence, la place de la femme dans la société… Bref, le scénario est riche et intelligent !

Pour supporter ce film, il fallait un premier rôle béton. Le choix s’est porté sur Saoirse Ronan. Je ne vois pas qui aurait pu endosser pareil rôle mieux qu’elle. Entre femme forte et fillette innocente, elle incarne parfaitement le paradoxe de Hanna. Ce petit bout d’adolescente bute sans pitié des hommes surentraînés au combat ou s’extasie de découvrir la vie dans un simple repas avec une justesse folle. Mademoiselle Ronan est juste parfaite !

Cate Blanchett retrouve un rôle de méchante après Indy 4. Une vraie méchante, froide, calculatrice, sans pitié, acharnée, obsessionnelle, mortelle… En gros, son rôle dans la bouse de Georges Lucas, c’était une vaste blague. Et comme je n’arrête pas de répéter que l’antagoniste, c’est 82% de la réussite d’un film…

Reste Eric Bana, pas franchement reconnu pour son jeu d’acteur, pour le moins minimaliste. Et pour fois, son jeu « en finesse » va bien coller à son rôle de père dépassé par les désirs d’émancipation de sa fille et de l’ex de la CIA bien froid et calculateur. En d’autres termes, le casting fonctionne à merveille pour ce film.

Côté réalisation, Joe Wright a bien compris les tenants et aboutissants du scénario « conte de fée » qu’il avait entre les doigts et fait jouer sa caméra entre intimisme et simple objectivité (au regard de ses films précédents, ça me semble assez dans le ton) ou en sachant rester dynamique. Les combats sont filmés en plans séquence et peu découpés, ce qui fait du bien au milieu des plans gerbe à la Jason Bourne, très à la mode en ce moment.

Notons enfin que la bande originale est signée des Chemical Brothers, ce qui ajoute la dernière touche d’énergie à ce film qui n’en manque pas, et finalise un produit d’excellente qualité.

Hanna est un vrai coup de cœur, un vrai bon film rafraîchissant comme on n’en voit que trop rarement dans le milieu des action movies. Et comme tous les excellents films, celui n’a pas eu (et n’a toujours pas) la publicité qu’il mériterait. Je me suis fait fort de réparer cette injustice.

Publicités
commentaires
  1. […] I Live Now est un film réalisé par Kevin MacDonald (Jeux de Pouvoir) avec Saoirse Ronan (Hanna) et d’autres jeunes acteurs inconnus au bataillon, adapté du roman éponyme de Meg […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s