Tangled

Publié: 05/12/2011 dans Anime, Cinema
Tags:, , , , , , ,

Tangled est un film d’animation des Studios Disney, d’après un scénario de Dan Folgelman.

La jeune et belle Raspunzel fut enlevée et séquestrée dans une haute tour après sa naissance. Elle n’a cessé d’y vivre cloîtrée avec sa fausse mère depuis 18 ans, quand, un jour, un bellâtre de voleur se retrouve par hasard à se cacher dans cette tour. Il n’en faut pas moins pour que Raspunzel profite de l’occasion pour se faire escorter en secret hors de sa tour pour voir les « lumières flottantes » du château le jour de son anniversaire… 

Ah, et Raspunzel ne s’est jamais coupée les cheveux car ils sont magiques !

On m’avait conseillé Raiponce il y a peu et ça m’avait par là-même rappelé que ça avait l’air sympa comme Disney. En fait, c’est vachement sympa !

Derrière toutes les dernières productions de Disney, on retrouve John Lassater, l’ex de Pixar et grand patron de Disney Animations, débauché pour sauver le studio du naufrage annoncé (avant son arrivée, il avait été décidé que Disney ne ferait plus d’animation traditionnelle… vous imaginez ce blasphème ?). Ce dernier garantit que l’esprit Disney est conservé. Sur Tangled, le vrai garant de la tradition fut Glen Keane, un vétéran qui œuvra sur les succès des productions signées Mickey dans  les années 90 (notamment la Petite Sirène ou Aladdin). En d’autres termes, pour son 50ème long métrage animé, les studios n’ont pas pris de risques pour s’assurer d’un succès bien calibré, au moins pour l’esprit.

Ce qui m’a le plus plu dans Tangled, c’est bien évidemment son scénario et la construction des personnages, tout plus attachant les uns que les autres, depuis l’ingénue Raspunzel jusqu’au vilain vénal en passant par le petit caméléon. N’étant jamais le dernier quand il s’agit de critiquer, j’avoue avoir décroché des productions Disney tirant à boulets rouges sur des histoires et personnages fadasses… Du coup, je me suis posé la question de savoir qui nous avait pondu ce scénario tant je me suis amusé durant mon visionnage de Tangled. Il s’agit de Dan Fogelman. Le monsieur responsable de l’excellent Crazy, Stupid, Love. J’ai envie de dire : « tout s’explique » !

Pour l’anecdote, la première version du scénario en faisait un film quasiment remaké de Il était une fois.

Il s’agit certes d’un film destiné à un large public – depuis le môme de 2 ans jusqu’à son arrière grand-mère avec qui il le regardera – donc il va sans dire que la part sombre des personnages se limitera au minimum pour les gentils et vice versa. Et là, c’est justement dosé. On appréciera une princesse loin d’être la dernière cruche (on retrouve un peu de Jasmine en elle), l’espèce de pseudo-robin des bois de Flynn (comme Errol, source d’inspiration) égoïste mais pas trop, Maximus et son caractère de cochon (pour un cheval, c’est cocasse) et compagnie.

Mon seul regret sur le scénario se situe au niveau de l’antagoniste principal (la fausse maman de Raspunzel) qui aurait, de mon point de vue (point de vue qui aurait bousculé un peu les fondations du « le méchant, c’est le méchant, pas de compassion chez nous ! »), mérité d’être plus fouillé sur sa relation avec sa fille adoptive. En faisant intervenir un attachement envers Raspunzel qui dépasserait la simple exploitation en règle, elle aurait gagné en humanité et propulsé sa chute de manière plus dramatique.

L’autre point étrange, c’est le déroulement de la fin. Okay, c’est pour la tension dramatique… Okay, le héros, en fait, c’est un gros altruiste… Mais tout de même, sans vous spoiler, Flynn aurait eu moyen de gérer ça autrement. Sauf qu’on sacrifiait dans le scénario le pragmatisme à la magie.

Peu importe ! Car le film est drôle ! Les running gag s’enfilent à toute allure (Maximus, la poêle, le nez, etc.), les expressions faciales tordantes, les situations toujours justes, le rythme est millimétré comme une horloge suisse et on ne s’ennuie pas un seul instant !

Enfin… sauf quand ça chante… Oui, parce que ça chante. Ça m’énerve quand ça chante. Je ne comprends pas pourquoi on chante dans les Disney. Je chante sous la douche. Les personnages Disney ne prennent pas de douche, je suppose qu’ils doivent se sentir frustrés et qu’ils chantent pour n’importe quoi… C’est pour ça que, quand l’ambiance devient romantique, que l’instant du baiser est proche, ils se mettent à chanter… Je ne vois pas d’autres explications… Mais ça me saoule. Mais c’est pas grave, c’est tellement cool que j’ai choisi d’en faire abstraction.

Je l’ai vu en version originale, comme tous les films que je vois, et le casting était agréable. Aucune idée de qui fait la vf. Je ne vais pas non plus parler de la technique… les images parlent d’elle-même.

Tangled est un film super pour toute la famille et qui plaît même à ceux qui ont décroché des Disney comme moi. Foncez ! Maintenant, j’ai très envie de voir la Princesse et la Grenouille

Publicités
commentaires
  1. Vinsymbol dit :

    moi j’ai pas aimé la princesse et la grenouille mais j’ai adoré Raiponce (quand même plus joli que Raspunzel non?). N’oublions pas la scène génial du bar « moi j’ai un rêve ». Je dirais que Lasseter a eu le génie de créer une équipe qui a été recherché l’esprit de Disney encore présent chez des gens comme Glen Keane. On sent sa présence dans les mimique des persos. Un must!!! Bien mieux que le dernier Pixar en attendant John Carter…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s