Limitless est un film réalisé par Neil Burger (L’Illusioniste) d’après un scénario de Leslie Dixon (Les Femmes de ses rêves) adapté du livre d’Alan Glynn, avec Bradley Cooper (L’Agence Tout Risque), Robert de Niro (Taxi Driver) et Abbie Cornish (Sucker Punch).

Eddie est un romancier. Comme tout bon romancier au cinéma, sa vie est nulle : il n’arrive pas à écrire, sa petite amie le largue, la dépression s’est jetée sur lui. Tout va mal. Jusqu’à ce qu’il rencontre une vieille connaissance qui lui propose la drogue du siècle. Celle-ci (encore en prototype) permet de profiter de toutes les facultés latentes de son cerveau. Alors la vie d’Eddie change. Il devient intelligent, malin, opportuniste, beau… et se rend bien compte que cette drogue lui ouvre les portes du pouvoir. Mais rien n’arrive sans contre-partie…

J’aime bien la façon dont Hollywood dépeint le romancier de seconde zone. Si tu essaies de vivre de ton écriture alors, forcément, tu as une vie toute pourrie, il t’arrive que des misères, tu es crade, ton appart’ est crade, tu n’arrives pas à écrire depuis des mois et on se demande pourquoi tu ne t’es pas jeté depuis un pont quelconque. En gros, le film commence sur un cliché. 

Mais ce n’est pas grave, c’est tellement exagéré que ça en devient presque rigolo. Et puis, il faut bien faire comprendre au spectateur lambda que notre ami Eddie n’a plus rien à perdre. Ensuite on fait intervenir la magie des coïncidences pour qu’il tombe par hasard sur le frère de son ex, qui, comme par hasard, est toujours un dealer depuis ses années lycée. Quelle chance qu’il est de la drogue sur lui pour aider Eddie.

Honnêtement… Si on vous proposait une pilule qui vous permettrait de profiter de 100% de vos capacités intellectuelles au lieu des habituels 10%, vous diriez non ? Finalement, la descente aux enfers de Eddie, c’était prévu d’avance. Par contre, j’ai du mal à comprendre comme un type devenu subitement si intelligent réalise des choix professionnels aussi naïfs, comme emprunter de l’argent au loubard du coin, ou bien boursicoter si ouvertement… Mais peu importe, cela vous promet une intrigue riche en rebondissements parfois un peu capillo-tractés, parfois trop gros pour être vraisemblables, parfois carrément expédiés (genre les dix dernières minutes).

Limitless se situe donc dans la catégorie des films de science-fiction léger, limite popcorn, qui se regarde sans faire le difficile. Je serai tenté de dire qu’il vaudrait mieux lire le roman originel The Dark Fields pour avoir la qualité originelle, mais comme je ne l’ai pas lu, je me contenterai de colporter des « on dit ». L’histoire des pilules et leurs conséquences est un peu rocambolesque, la romance franchement bidon, le rôle de De Niro trop secondaire mais peu importe car on passe un bon moment. J’ai tout de même l’impression qu’on aurait pu tirer plus du scénario si on avait continué de le presser… Exemple : Le choix de la voix-off est toujours aussi facile et n’apporte rien à l’histoire…

Côté réalisation, on notera une excellente performance de la part du type qui nous avait pondu le très fade L’Illusioniste. Le changement de photographie entre les deux états avec NZT/sans NZT est bien trouvé. Les effets de zoom continuel donnent un peu mal au crâne mais retranscrivent bien ce que doit être la plongée dans le NZT. C’est plutôt agréable et dynamique à regarder.

Le trio d’acteurs porte le film nettement plus haut que ce qu’on serait en droit d’attendre d’un tel scénario de blockbuster. Bradley Cooper prouve qu’il est bel et bien le nouvel enfant star du box office avec ce nouveau film. Dommage qu’on lui confie encore globalement un rôle de bogoss…

La bonne nouvelle avec Limitless, c’est que vous n’avez pas besoin de prendre du NZT pour le comprendre ou l’apprécier. C’est un divertissement qui ratisse large avec sa science-fiction (techno-)thriller légère et ses acteurs charismatiques. Ce n’est pas un argument en soi, mais les amateurs de Philip K. Dick devrait trouver une très légère filiation, suffisante pour se laisser tenter…

Publicités
commentaires
  1. […] (300), avec Emily Browning (Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire), Abbie Cornish (Limitless), Vanessa Hudgens (High School Musical), Scott Glenn (Apocalypse Now) et Carla Gugino (The […]

  2. […] un film de Neil Burger (Limitless) avec Shailene Woodley (The Spectacular Now), Kate Winslet (Titanic), Jai Courtney (Die Hard 5) et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s