Après la chronique de l’étron cinématographique qu’était l’adaptation en captation réelle du héros à la lanterne verte, je me fais fort de redorer son blason en vous présentant deux vrais films (d’animation, certes) consacrés au Green Lantern Corps. Je les présente ensemble car ils synthétisent bien ce qu’aurait du être le film s’il avait été un tant soit peu réfléchi.

Le premier est Green Lantern: First Flight, produit par Bruce Timm. En soi, je devrais m’arrêter là, les connaisseurs savent que ce nom est un gage de qualité. Mais allons plus loin, pour que vous puissiez bien faire la comparaison avec l’autre bouse.

First Flight raconte, comme le film avec Ryan Reynolds, comment Hal Jordan devient un Green Lantern, le tout en suivant la même mythologie, à savoir Abin Sur blessé qui échoue sur Terre, l’anneau qui trouve son plus digne successeur et donc Hal le pilote de chasse qui se retrouve malgré lui propulsé flic galactique. Rien que ce passage, pourtant court, est mieux fait dans le dessin animé. Bref…

Ensuite là où le film choisit de mettre Hal Jordan dans une grosse situation de loser sur Terre à sauver la cruche de base des mains d’un méchant bidon, le dessin animé, dans un souci de concision appréciable, place Hal Jordan dans les mains de Sinestro pour enquêter sur la mort de Abin Sur, relativement à sa dernière mission. Sinestro s’enroule donc dans la cape de mentor, non dans celle d’un obstacle à deux euros. S’en suit alors une démonstration du vrai rôle des Green Lanterns, à savoir chasser, débusquer et mettre sous les verrous les plus crasses vermines pour le bien de l’univers. Hal Jordan doit donc prouver avec un adversaire raisonnable (et non directement avecParallax !) qu’il est digne de l’anneau non seulement à Sinestro, mais aussi à lui-même. On enchaînera ensuite directement sur la déchéance de Sinestro avec une attraction justifiée pour la couleur jaune (et non pas cette… aberration bâclée dans le film).

On comprend mieux à travers ce dessin animé le rôle des Green Lantern, on en apprend plus sur les compagnons de Hal Jordan (je parie que vous n’êtes pas capable de dire qui est Kilowog ou son job au regard du film live…), leur manière de faire et leur importance. Il y a un petit côté Star Wars/vraie science-fiction dans ce film à suivre Hal filer un alien dans un bar qui rappellerait une espèce de Cantina ou bien dans l’attaque de vaisseaux extra-terrestres. De plus, Hal n’est pas là pour balancer de la vanne, il est là pour se faire respecter ! Et puis, il y a un vrai antagoniste aussi !

(Vous le sentez le mec en colère contre le gâchis qui a été fait ???)

En d’autres termes, Green Lantern: First Lantern possède le scénario que n’importe type un peu sensé à la Warner aurait dû approuver pour faire de ce personnage la nouvelle licence à succès au cinéma. Mais non… Ce serait trop simple de pondre un space opera avec un personnage super-héroïque. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour que la Terre et ses petits problèmes d’hélicoptère en panne restent au centre de l’attention d’un Green Lantern qui normalement à d’autres chats à fouetter…

Encore une fois je me passerai de faire des commentaires sur l’animation, la patte de Bruce Timm étant bien présente pour m’attarder sur le casting vocal : Christopher Meloni (Mad Men), Tricia Helfer (Battlestar Galactica), Victor Garber (Alias), Michael Madsen (Reservoir Dogs)… Ca laisse rêveur…

L’autre film – Emerald Knights – a sournoisement profité de la sortie au cinéma de l’autre pour s’infiltrer l’air de rien dans les rayonnages DVD des crémeries qui ont du goût. Il faut savoir dès à présent que ce n’est pas la suite de First Flight même si on retrouve Hal Jordan en qualité de Green Lantern influent (enfin bon, vous commencez à piger que les continuités, dans les comics, c’est une notion toute approximative…). Une nouvelle menace galactique menace d’éradiquer l’univers, un peu à l’image de Parallax sauf qu’elle s’appelle Krona et qu’elle a l’air plus dangereuse puisque ça va être tout le Corps des aliens en vert qui va devoir s’allier contre elle.

Je parle de ce dessin animé parce que j’estime qu’il donne un bon regard sur la vie d’un Green Lantern à travers les yeux d’une nouvelle arrivante (Arisia) et donc qu’il aurait pu constituer un matériel de base intéressant à fusionner avec First Flight pour créer un vrai bon film. Adapté de plusieurs comic-books, Emerald Knights, c’est surtout des mini-histoires autour de personnages clés du corps (Kilowog, Mogo, Kaira et le tout premier Green Lantern) pour bien comprendre l’entraînement du Corps, la notion de coupure avec son ancienne vie ou la source de pouvoir des anneaux.

Pour moi qui étais plus curieux que réellement fan du personnage, ce film ouvre de nouvelles perspectives pour mieux saisir ce personnage et ses compagnons, qui sont – reconnaissons-le – bien plus hermétique que Superman pour le grand public.

Note pour les fanboys, dans ce dessin animé, Hal Jordan est doublé par Nathan Fillon (Firefly, Serenity, Buffy, Super et j’en passe) !

(Vous noterez dans le trailer ci-dessous que c’est « par les producteurs du film »… à se demander si les producteurs s’intéressent de près à ce qu’ils font pour mettre de l’argent sur deux projets aux qualités narratives si diamétralement opposées…)

J’invite tout ceux qui ont été déçus (tout le monde, quoi) à oublier Ryan Reynolds et à regarder First Flight pour avoir un aperçu de ce que aurait dû être l’adaptation de ce super-héros avec un bon scénario d’introduction à ses aventures spatiales. C’est surtout un film qui respecte le personnage et ses fans ! Emerald Knights s’adressera plus à ceux qui connaissent l’univers, ou ont été séduit par First Flight, et veulent en apprendre encore plus !

Publicités
commentaires
  1. Vinsymbol dit :

    Entièrement d’accord avec toi pour First Flight… pas vu l’autre… le film? il y a eu un film?

    • Oliver Castle dit :

      Petit signe à la Obi-wan : Il n’y a pas eu de film live de Green Lantern…
      Si t’as l’occasion de voir l’autre, n’hésite pas, connaissant ton background d’amateurs de comics.

  2. […] Kevin Conroy en Batman…). Nathan Fillion rempile pour le personnage de Green Lantern (Knight of Emerald). Justice League: Doom fait aussi appel à des références de l’univers geek avec Alexis […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s