The Adjustment Bureau

Publié: 07/09/2011 dans Cinema
Tags:, , , , , , ,

The Adjustment Bureau est un film de science-fiction, écrit et réalisé par George Nofi, avec Matt Damon et Emily Blunt, d’après une nouvelle de Philip K. Dick (Adjustment Team).

David Norris est un jeune politicien favori aux élections sénatoriales de New-York. Malheureusement, David a une sérieuse tendance à gâcher les bonnes choses avec un spontanéité excentrique, et des photos compromettantes prises lors d’une soirée d’anciens élèves lui coûtent sa victoire. Alors qu’il s’apprête à prononcer son discours de défaite, il rencontre une jeune femme  et c’est le coup de foudre immédiat. Quelques mots, un baiser passionné et la voilà qui s’enfuit précipitamment. Mais le hasard fait que David retrouve cette jeune femme, Elise, dans un bus qu’il n’aurait jamais dû prendre. Et cette rencontre fortuite va à l’encontre du « plan » et de « l’Agence » qui gouverne le destin des hommes… Celle-ci va tout faire pour qu’il ne revoit jamais plus Elise ! (Et lui de son côté, bien évidemment, va tout faire pour revoir Elise !)

En tant que grand fan de Philip K.Dick je me devais de voir L’Agence (titre français pour le moins étrange, comme d’habitude). C’était l’une des dernières adaptations d’une de ses œuvres qu’il me restait à avoir. Pour mémoire et briller en société, les films adaptés de ses nouvelles ou romans sont : L’Agence, le sympathique Next, l’obscur Confessions d’un barjo, le culte Blade Runner, le nanardesque Screamers, l’indémodable Total Recall qui va avoir le droit à son remake, le très sympatique Minority Report et le discutable Paycheck. Et là, je me rends compte que je n’en ai pas chroniqué des masses sur ce blog, s’il y a de la demande, je pourrais voir à palier ce manque.

Derrière la caméra, on trouve pour la première fois George Nolfi plus habitué à travailler derrière une machine à écrire. C’est à lui que l’on doit les scripts de Ocean Twelve ou la Vengeance dans la peau, entre autres. Sans être un coup de maître, avec ce coup d’essai à la réalisation il s’en sort plus qu’honorablement, avec une esthétique très soignée, très nette, à l’image des membres du fameux bureau des ajustements. Ça manque peut-être parfois de punch mais ça ne fausse pas le plaisir que l’on prend en le regardant.

Nolfi signe également le scénario du film, en s’inspirant librement de la nouvelle de l’écrivain paranoïaque. En fait, comme Minority ReportTotal Recall ou Next, il y a finalement peu d’éléments de comparaison entre l’original et sa version cinématographique. Pour ceux qui seraient intéressés par la lecture de la nouvelle Réajustement, elle est dans le recueil Souvenir aux éditions Folio SF. Personnellement, je l’ai lu il y a tellement longtemps que je ne m’en souviens plus vraiment, mais je sais que je n’ai pas lu un truc qui ressemblait au film. De toute façon, on retrouve l’essence de la nouvelle, c’est finalement le plus important.

Le script allie agréablement romance et science-fiction, sans verser dans la mièvrerie ou la débauche d’effets spéciaux. Il lâche allègrement les thèmes de prédilection de Dick que sont la paranoïa et la perception du réel pour se concentrer sur le destin des deux tourtereaux sans s’embarrasser de questions existentielles du genre « Sommes-nous maître de notre destin ? » et « Dans quelle étagère ? ».

Il y un peu de comédie, beaucoup de romance, un peu de suspense, un peu de thriller, un peu de fantastique/science-fiction fonction de votre explication personnelle sur les membre de l’Agence (le doute est permis pour toutes les hypothèses puisqu’aucune explication n’est donnée – il faut faire abstraction de cela pour rentrer dans le film). Et ça fonctionne.

Matt Damon est très crédible en politicien un peu coincé question vie amoureuse, Emily Blunt est tout à fait pétillante, et Terrence Stamp parfait en membre monomaniaque de l’Agence. Un casting de qualité, en quatre mots.

Si vous êtes fan de Philip K. Dick, la question ne se pose même pas et vous regarderez le film. Si vous aimez les comédies romantiques ou les films avec des grands sentiments qui prône que l’amour est plus fort que l’adversité, nul doute que vous avez trouvez un nouveau film à regarder, et le côté science-fiction peu associé au genre saura vous rafraîchir. Si vous aimez les films transgenres bien exécutés, pareil.

Ce n’est pas le film de l’année, ce n’est pas du niveau de Total Recall (je ne cite même pas Blade Runner parce qu’aucun film ne peut prétendre arriver à sa cheville !), mais comme Next, ça reste un divertissement très sympathique, porté par de bons acteurs et qui se laisse facilement regarder.

Publicités
commentaires
  1. […] réalisé par Christine Jeffs, écrit par Megan Holley, avec Amy Adams (Leap Year), Emily Blunt (L’Agence) et Alan Arkin (Little Miss […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s