Time and Tide

Publié: 09/06/2010 dans Cinema
Tags:, , , , ,

Je reste un gros consommateur de films d’action. Moins que de part le passé, mais toujours quand même. Il faut dire que la qualité des films d’action qui sortent est tout de même légèrement moisie. Je me tâte pour aller voir l’Agence tout risque, c’est dire.

Dans ma collection de DVD qui trainaient chez moi, il y avait Time and Tide. Je l’ai vu il y a presque 10 ans, et en regardant le boitier, je me rendais compte que je ne me souvenais d’absolument rien, hormis de la caméra qui passe à travers une fenêtre.

Et donc, me revoilà en train de mettre le DVD dans le lecteur et apprécier ce que la plupart des gens considèrent comme la masterpiece de Tsui Hark. Pour mémoire et la machine à café, Tsui Hark fait parti de cette génération de réalisateur/scénariste/producteur hong-kongais qui a explosé à la fin des années 70 jusqu’au début des années 90 avant de se fourvoyer dans de la bouse américaine. Côté chefs d’œuvre, on trouve les Syndicat du Crime (qu’il faut que je regarde, d’ailleurs), The Blade, Il était une fois en chine, Histoires de Fantômes Chinois… Côté bouse, on se délectera de Double Team et Piège à Hong-Kong avec l’ami Jean-claude Van Damme en pleine perdition loin des pommes et de la pectine.

Intéressons-nous à la trame scénaristique. Ca se passe à Honk-Kong. Tyler est une petite frappe couleur locale qui tombe sur une nana un peu au hasard. Après une nuit d’ivresse qui n’a rien de printanière, la donzelle finit en cloque. Sauf qu’en fait, elle est une policière infiltrée (et lesbienne, accessoirement). Les deux s’entendent comme chien et chat, mais Tyler est un bon gars et essaie de lui filer de la thune, donc il s’engage dans une société de garde du corps non déclarée. Au service de Hong donc, le chef d’une puissante triade, il s’associe avec Jack, un ancien mercenaire décidé à entamer une nouvelle vie avec Hui, la fille de Hong, qu’il vient d’épouser et qui attend un enfant de lui. Oui, c’est un peu le bordel à comprendre je ne fais que le résumé. Ensemble, Tyler et Jack parviennent à déjouer une tentative d’assassinat dirigée contre leur employeur, mais leur collaboration va être de courte durée. De l’argent a été dérobé dans l’affaire, des gens ne sont pas contents et vont tenté de buter Jack, sa femme et Tyler dans l’affaire…

Ce n’est pas des plus limpides. Dites-vous, de surcroît, que la moitié du film est en espagnol et en anglais non sous-titré suivant la volonté de l’auteur. Ce qui veut donc dire soit que le scénario n’est qu’un prétexte pour la caméra de Tsui Hark, soit qu’il est tellement limpide qu’il n’a pas vraiment d’importance. Il y a des choses intéressantes et d’autres mal gérées comme les deux relations amoureuses, la relation Jack-Père de Hui, scène d’exposition avec une voix-off (ca reste un procédé narratif ultra-pauvre, qu’on se le dise), etc…

En fait, Time and Tide, c’est juste un gros prétexte pour montrer la maestria de Tsui Hark. Et pour le coup, oui, le réalisateur hong-kongais est vraiment un maître. Plans de fous furieux, ralentis justement utilisés, scènes inventives… Le seul prétexte valable pour regarder Time and Tide reste la réalisation et uniquement la réalisation. Le reste me semble suffisamment rocambolesque pour se voir oublié (ce que j’avais fait, avant de regarder à nouveau ce film…) A réserver aux amateurs, donc.

Publicités
commentaires
  1. […] ne regarderont même pas ! Peut-être qu’ils préféreront un film comme Dark Floors ou Time & Tide ? (Qu’est-ce que je peux être fourbe avec mes retro-liens […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s