jPod

Publié: 02/06/2010 dans Geekitude, Lecture, Roman
Tags:, , ,

Attention, livre culte de Douglas Coupland ! D’une part, pour la façon dont je l’ai acquis, d’autre part parce qu’il est représentatif de notre génération, celle des paumés !

Avant toute chose, il faut bien noter que :

  1. je n’ai pas lu Generation X, dont jPod pourrait être considéré comme une suite ou une ré-écriture, mon point de vue ne prend en compte le livre que pour ce qu’il est en tant qu’oeuvre ;
  2. étant moi-même acteur d’une société de divertissement vidéoludique, la lecture de jPod prend une « symbolique » ironique bien trop proche de mon quotidien, ce qui le rend d’autant plus délectable (vous allez voir dans le synopsis).

TV and the Internet are good because they keep stupid people from spending too much time out in public.

Ethan est un programmeur/assistant-chef de projet-assistant dans une boîte de jeux vidéo au sein du jPod. Le jPod est une invention de la direction pour stimuler la créativité inter-projet et réunit six personnes disparâtres aux métiers complètement différents mais dont le nom de famille commence par la lettre J. Ethan n’a pas de petite amie mais une famille complètement déjantée (sa mère cultive de la marijuana dans le sous-sol et son père est un acteur abonné aux coupures budgétaires). Ethan passe littéralement sa vie au travail, nourri par des frustrations issues des décisions aberrantes du marketing (« on va mettre une tortue dans notre jeu de skate par ce que mon fils a joué à ce jeu avec une tortue dedans et si mon fils aime les tortues, tout le monde aime les tortues ») et par des concours émulatifs crétins avec ses 5 collègues (« et si on écrivait à Ronald McDonald pour lui argumenter en quoi on serait le meilleur partenaire sexuel pour lui ? »). Ethan aurait pu se contenter de sa petite vie de geek exploité par à peu près tout le monde, mais c’était sans compter sans son frère, ses parents, la mafia chinoise, les dealers de drogue, les nouvelles décisions du marketing, les concours de tango et Douglas Coupland lui-même…

It turns out that only twenty percent of human beings have a sense of irony — which means that eighty percent of the world takes everything at face value. I can’t imagine anything worse than that. Okay, maybe I can, but imagine reading the morning newspaper and believing it all to be true on some level.

jPod faut parti de ces livres, sans science-fiction, sans fantastique et sans magie que je lis de temps en temps. Et pourtant, il est loin d’être aussi accessible et évident à lire que pourrait l’être un Philip K. Dick. Il s’agit plus d’un « méta-roman-épistolaire » ou alterne narration du point de vue d’Ethan, extraits de mails et, il faut bien le dire, du bordel iconoclaste (il y a plus de vingt pages remplies avec des nombres premiers par exemple). Qui plus est, la structure narrative n’est pas clairement définie et entraîne le protagoniste dans une spirale de n’importe quoi de plus en plus folle et sur laquelle il n’aura jamais le contrôle de tout le livre.

Chances are you feel superior to almost everyone you work with — however, they probably feel the same way about you.

Et finalement, tout le propos est là, dans le caractère perdu du personnage, enfermé dans sa propre micro-culture Pepsi. Ethan, c’est nous, la génération 25-35 qui a grandi avec la technologie (télévision, internet, etc.) et ses codes (ne me faîtes pas croire que vous ne vous êtes jamais posé des questions sur Ronie, ou que vous n’avez pas citer les Chevaliers du Zodiaque pour argumenter une conversation !), au milieu d’une société dans laquelle on n’arrive pas vraiment à trouver sa place. C’est pour cette raison que jPod résonne chez ceux de ma génération, torturés entre la pression sociale et professionnelle et l’envie de prendre la vie uniquement du point de vue fun et sans responsabilité.

The problem is, after a week of intense googling, we’ve started to burn out on knowing the answer to everything. God must feel that way all the time. I think people in the year 2020 are going to be nostalgic for the sensation of feeling clueless.

Je pourrais débattre des heures de chaque petits points de détails de la vie d’Ethan, de ses relations, de ses références mais déjà que beaucoup peinent à atteindre les dernières lignes de mes articles, je me contenterai du minimum. Je n’avais pas lu un livre aussi jouissif depuis Fight Club, et je conçois qu’il ne plaira pas au plus grand nombre. Mais rien que pour tous les passages en entreprise, ça vaut le coup de s’y plonger pour ceux qui travaillent/ont travaillé dans un studio de jeu vidéo (a fortiori de grande taille). L’histoire de la tortue et du marketing… si seulement vous saviez à quel point c’est si proche de la (ma) réalité…

Nul doute que tous les paumés de la génération X (ou, en d’autres termes, les geeks) s’y retrouveront dans la lecture et c’est sûrement le seul argument viable pour vous inciter à lire jPod.

Here’s my theory about meetings and life: the three things you can’t fake are erections, competence and creativity. That’s why meetings become toxic — they put uncreative people in a situation in which they have to be something they can never be. And the more effort they put into concealing their inabilities, the more toxic the meeting becomes.

Il est paru en français aux éditions Au Diable Vauvert et remercions-les pour cette initiative et le pari que représente un tel choix éditorial (comme quoi, je ne suis même pas rancunier pour leur refus : je leur fais vraiment de la pub).

Il existe aussi une série TV morte quasi-née en 2008. Je ne manquerai pas de me pencher dessus et de faire un article si besoin est.

It can be really fun to go down with the ship.

Publicités
commentaires
  1. […] et le désir de lorgner vers le brio de Douglas Coupland : mon conseil, allez plutôt lire jPod ! Le niveau WTF est un bon cran au dessus et on a une histoire qui tend un tout cohérent, très […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s