C'était mieux avant, encore…

Publié: 23/04/2010 dans Anime, Cinema
Tags:, , , , , , , ,

J’ai fait une intéressante constatation en regardant le contenu de ma musique iT(h)unes. Sans vouloir faire des statistiques poussées, voilà ce qu’on peut voir.

  • Je n’ai qu’un Bob Marley, donc aucune chanson reggae en approximant.
  • Je n’ai qu’un seul album de Rap (Eminem) et je ne l’écoute jamais, donc pas de rap/RnB non plus.
  • La chanson française se limite à trois fois rien, genre deux-trois rockers qui se battent en duel.
  • La musique purement électronique se restreint quasi-exclusivement aux Chemical Brothers. In-extenso, les sonorités trip-hop genre Death in Vegas permettent d’élargir un peu plus le genre électronique.
  • La majorité de ma playlist est constitué de son avec des guitares électriques, depuis les notes pop de U2 jusqu’au hard de Wolfmother. Le curseur se situant plus volontiers vers le côté rock tout court grâce à des groupes tels que Metric, Nada Surf ou les Smashing Pumpkins.

En fait, ce n’est pas trop au niveau de la répartition des genres musicaux que ça m’a surpris.

Listons quelques exemples pour vous donner un indice avant la réponse : David Bowie, Iggy Pop, AC/DC, Black Sabbath, The Doors, The Who, Led Zeppelin, Kiss… Que des groupes dont l’âge d’or date d’il y a environ 40 ans ou presque… Est-ce que la musique, comme le jeu vidéo, c’était pas mieux avant ?

Je demande, les experts répondront franchement.

Plus sérieusement, je viens de voir Ghost in the Shell 2, sous-titré Innocence pour des raisons de prime abord obscures. Ça ne mérite pas franchement que j’en fasse un article particulier (alors que je devrais faire un article pour le premier tant il s’agit d’une oeuvre culte du cyberpunk et de l’animation japonaise)(et c’est pour ça que je comble avec un peu de musique).

Bon, déjà, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris, mais autant pour le premier j’avais envie de le revoir pour comprendre, là, je vais ranger le DVD dans la pile pour ressortir justement le premier.

L’histoire est nébuleuse – pour ne pas dire fumeuse – et rejoue bêtement sur tous les thèmes abordés dans le 1 (avec le même compositeur, même réalisateur, la redite a du mal à passer) : qu’est-ce que l’homme, qu’est-ce que la machine, qu’est-ce la réalité, dans quelle étagère, etc…

L’esthétisme alterne 3D cheap et vieillotte avec des plans sublimes et détaillés, et de la 2D pour un résultat que je trouve somme tout décevant. L’effet patchwork référentiel (plus connu sous le nom « effet Matrix ») est ultra visible pour peu qu’on soit un peu culturé en SF (ce qui est le cas de la majorité des personnes qui regarderont GITS2) : Blade Runner, Asimov, Philip K. Dick… Entre clins d’oeil subtils et repompage sans vergogne des concepts, il y a de tout…

Je pense que vous pouvez passer votre chemin sur Ghost in the Shell 2 et faire comme moi, regarder à nouveau le premier (ou bien vous jeter dessus si vous ne l’avez pas encore vu).

Moralité, Ghost in the Shell, c’était mieux aussi avant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s