Mirrors

Publié: 10/11/2009 dans Cinema
Tags:, , ,

Avant de regarder Dark Floors, il y avait un petit jeu de bande-annonces, dont un film asiatique sur les miroirs. Une semaine après, je tombe sur le remake US – Mirrors – réalisé par le petit frenchie qui a la côte côté film d’horreur, Alexandre Aja. Ni une, ni deux, j’embarque le DVD.

Après le remake de La colline a des yeux, Aja souhaitait toucher un autre registre, celui du surnaturel, et il reçoit la première version du script plus ou moins calquée sur la version coréenne. Guère emballé par fond, mais appréciant l’idée de jouer avec les miroirs, il pond sa propre version de la chose.

Ben est un ex-alcoolique désormais limite junkie, ex-détective, ex-mari, qui essaie de reprendre sa vie en main. Il accepte donc un poste de gardien de nuit pour un vieille immeuble commercial détruit par les flammes (on justifie le fait qu’il y ait besoin d’un gardien de nuit pour un truc bon à détruire par un habile jeu d’assurance et de procès). Mais dès les premières nuits, des choses se passent avec les miroirs, il y voit des choses qu’il n’y a pas…

Je synthétise mais l’idée est là : comment rendre un objet de notre quotidien flippant ? Car dans le film, le monde que l’on voit dans le miroir est une réalité déformée qui agit sur la nôtre, jusqu’au meutre… Evidemment, les interprétations derrière les miroirs sont faciles : reflet de l’âme, Narcisse, perception de soi, etc. Honnêtement, ça reste traité en filigrane mais c’est tout de même présent pour qui cherche au delà des plans truqués.

Aja montre une fois de plus qu’il sait maîtriser sa caméra (je n’ai vu que ce film de lui mais c’est toujours bien de faire croire qu’on s’y connaît) et quelques plans sont bien trouvés. Les effets spéciaux sont assez bluffants, surtout quand on sait que le travail avec les miroirs peut se retrouver casse-gueule. Les passages sanguinolants sont originaux et assez dégueu sans aller dans la surenchère.

Chez les acteurs, c’est sobre et efficace. Kieffer Sutherland est une fois de plus remarquable dans son rôle de flic cassé (hu hu hu… miroir… cassé…) mais je finis par regretter de le voir désormais cantonné aux rôles un peu trop Jack Bauer-like. Paula Patton donne toute la mesure de son talent lors des passages avec de l’eau et son t-shirt blanc moulant…

Finalement, le film reste assez classique et peine à sortir des sentiers battus, et abat quelques clichés dont on aurait pu se passer, à commencer par les FX sonores ou le twist de pourquoi les miroirs sont méchants (franchement, j’aurai préféré autre chose…). Heureusement la dernière scène rattrape le coup mais reste tout de même en décalage.

Toujours est-il que Mirrors reste un divertissement bien maîtrisé et un bon petit film de fin de soirée.

Et le scénario d’une suite a été achevé il y a quelques mois. Ça me fait lever le sourcil, mais bon…

Publicités
commentaires
  1. Caroldoc dit :

    Aja montre une fois de plus qu’il sait maîtriser sa caméra (je n’ai vu que ce film de lui mais c’est toujours bien de faire croire qu’on s’y connaît)
    Deux mots, mon pote : HAUTE TENSION !!!
    P****n, HAUTE TENSION !!!

  2. fenrhyr dit :

    J’étais sûr que tu me renverrais Haute Tension en travers du clavier ^___^

  3. Clive dit :

    sympa ce film, deux choses que j’en retiens: La scène de la salle de bain (brillante) et le dénouement. La suite est prévu en direct to Dvd. Hum.

  4. fenrhyr dit :

    Ouais Clive, la scène de la salle de bain, c’est vraiment le point d’orgue du film. Viens ensuite, à mon avis, la scène d’ouverture. Quant à la fin, elle doit laisser quelques personnes sur le carreau, mais elle est vraiment au dessus des deux prévues par les studios.

  5. Perséphone dit :

    La fin ? Oo ben c’est pas très différent des Autres, le 6e sens, Dark water, Silent Hill… Rien de super original à mon goût =/ Le héros qui se retrouve de l’autre côté de la barrière c’est ultra classique dans ce style (enfin heureusement, quelque part, parce que les happy end ça serait totalement en désaccord X))

  6. fenrhyr dit :

    Il faut la remettre en perspective avec celle où Jack Bauer sauve son fils de la noyade alors qu’il est dans l’autre monde puis meurt, et celle où l’entité démoniaque prend le contrôle du corps de Jack Bauer…
    En gros, on a évité le pire et j’aime beaucoup le rappel avec le moment où il essaie d’effacer la trace sur le miroir et qu’il se rend compte qu’elle est de l’autre côté, c’est parce qu’elle est bien amené qu’elle est efficace cette fin.

  7. […] est un film de Roger Kumble (Cruel Intentions), avec Ryan Reynolds (Adventureland), Amy Smart (Mirrors) et Anna Faris (Scary […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s