Wanted – Choisis ton destin

Publié: 23/09/2009 dans Cinema
Tags:, , , , ,

Une de mes amies, dont je tairai le pseudonyme pour ne pas la griller auprès de tout la communauté cinéphile qui passe par ce blog, m’a dit un jour : « Il faut que je te passe Wanted, c’est un film qu’est une tuerie. » (ou quelque chose comme ça).

Que sais-je de Wanted ? Mis à part mes préjugés sans fondement, j’entends. C’est tiré d’une BD de Mark Millar (donc hautement subversive) et J.G Jones. Il y a Angelina Jolie avec plein de tatouages qui joue le rôle tueuse. Ça parle d’une société d’assassin capable de courber la trajectoire des balles. C’est réalisé par le mec de Night Watch et Day Watch. Et il y a l’air d’avoir des cascades de fou furieux.

Wesley est un type sans importance qui a des attaques de panique régulière. Un jour, Angelina Jolie vient le chercher et lui annonce que 1. son père vient de mourir, 2. que ce dernier était le meilleur assassin au monde et 3. que Wes possède toutes les qualités pour faire un bon assassin (ces fameuses attaques de panique qui sont en fait des poussées d’adrénaline nécessaire pour agir plus vite que la normale). Il va alors rentrer dans cette société secrète, subir une dure formation et partir à la recherche de l’assassin de son père.

Autant le dire tout de suite, si vous voulez apprécier le film, il va falloir passer en mode végétal et accepter ce qui se passe sans réfléchir (même après une journée Festival du jeu vidéo, je n’y suis pas arrivé). Même fatigué, j’ai continué de relever toutes les incohérences du film, et elles sont légion. Un vrai massacre de la part des scénaristes qui accumulent les clichés entre des scènes d’action qui frôlent le n’importe quoi. Depuis quand une Viper GTS n’arrive pas à semer une camionnette ? (Alors, oui, j’aime beaucoup les cascades à grand spectacle, mais il y des limites tout de même.) Depuis quand, lorsque vous vous réveillez avec un gun dans la main, votre premier réflexe est de le cacher dans le réservoir des wc ? Depuis quand sortir « Je suis ton père » au milieu du film n’est pas devenu risible ? Depuis quand ce n’est plus énervant de sortir une morale foireuse à la fin ? Et l’attaque des rats-bombes… Franchement… J’étais prêt à faire des concessions… mais là, c’est tellement navrant que non. Le scénario est bidon de bout en bout mais il a le mérite d’attiser ma curiosité vis-à-vis du matériau originel.

Le héros me donne envie de lui donner des claques (même s’il n’est pas aidé par son rôle), Miss Brad Pitt a le personnage le moins creux mais elle le joue mal (elle n’est pas aidé par le flashback non plus). Pas sûr qu’elle se rattrape dans la préquelle en préparation…

Le seul intérêt du film, c’est de donner au réalisateur russe, Timur Machinchose, une carte de visite pour son entrée à Hollywood. Après on accroche ou on accroche pas au style. Moi, je le trouve too much au point d’en devenir relativement impersonnel. Ça a de la gueule, le début du film est sympa, la séquence de gun-fight aussi, les voitures font de jolies pirouettes mais ça a dix ans de retard.

S’inspirer de Matrix, John Woo (c’est un pléosnasme mais tant pis) ou de Fight Club ne fait pas un bon film.

Wanted n’est pas un bon film. De là à dire qu’il est nul et inintéressant…

Désolé Caroldoc.

Publicités
commentaires
  1. Caroldoc dit :

    tu ne l’as même pas trouver un peu joussif sur les bords. Le bonheur d’être fort de naissance, comme ça sans effort et d’aller régler les comptes de sa vie pourrit en éclatant son clavier en travers la tête de ses collègues.
    Et tu n’as même pas relevé la très bonne bande son par Nine Inch Nails.

    Après, c’est sur que ce n’est pas un grand film, mais les jours où le monde t’em*$£%!, il fait quand même du bien par où il passe, juste pour le ton.

  2. Clive dit :

    On est d’accord. Un deuxième est prévu et Timur aurait trouvé un moyen de ressusciter Fox (…) en attendant j’ai hâte de voir ce que va donner son histoire de voiture volante.

  3. fenrhyr dit :

    Caroldoc -> Nan, même pas jouissif. Et pourtant tu sais bien que je suis friand de blockbusters improbables… C’est vrai que le coup du clavier était sympa. Quand toi tu regardes Wanted après une journée pourrie, je regarde Fight Club…

    Clive -> T’es d’accord avec qui ? Caro ou moi ? ‘tain, j’espère qu’ils vont pas la faire ressusciter avec un truc foireux genre « elle était pas vraiment morte » ou « la balle a pénétré son cerveau suivante un angle de 13 degrés, ce qui lui a fait perdre la mémoire » (auquel cas autant re-regardé la série B Au revoir à jamais). Croisons les doigts pour une préquelle plutôt (- Non, moi, c’est Odile, Pluto c’est l’ami de Mickey. – Ah non, Pluto c’est le chien de Mickey. L’ami de Mickey c’est Dingo. – Excusez-moi, je ne sais plus ce que je dis)(comment ça je vous l’ai déjà faite ? ^^)

  4. Jo dit :

    Ouais au nom de la stabilisation gyroscopique, je m’insurge et je dis non. Fenrhyr, je vais bruler hollywood ce weekend, tu m’accompagnes ? On vas chez les stars-qui-savent-visiblement-mieux-coucher-pour-reussir-que-jouer, on les attache à leur chaise, on leur met le truc de Orange mecanique pour qu’elles puissent pas fermer les yeux et on leur met en boucle un medley de leur pires daubes. Parfois plusieurs jours plus tard, on les retrouve, bavantes et exorbitées, incapable d’articuler autre chose que « I’ll be back » et autres punchlines débiles qu’ils nous infligent à longueure de rediffusions sur les chaines nationales de notre beau pays de la culture. On se fait appeler « The Nouvelle Vague ». Toi tu portes un masque de Godard, moi de Truffaut : Beverly Hills a peur. Les agents des stars recoivent des lettres de menace signées M le Maudit où figurent seulement une citation de Kurosawa ou Kim Ki-Duk, à chaque fois differente. Plus aucun contrat ne se signe dans les prestigieuses agences du tout-hollywood. Le maire de Los Angeles reçoit nos revendications : « Plus jamais d’explosion au ralenti, plus jamais de méchant qui devoile les détails de son plan machiavelique au lieu de tuer le heros, plus de Bobby qui va chercher, seul, la lampe torche dans le garage alors qu’en fond sonore, la radio grésille que le fou dangeureux n’a toujours pas été retrouvé ». La Nouvelle Vague est toute puissante, la ville a peur. Le lobby des stars craque et cede à nos revendications : rapidement, la préfécture prend des dispositions pour qu’on change les enormes lettres capitales du Hollywood Sing pour un « rosebud » en minuscules. Des lois sont votées pour qu’enfin, on prive les jeunes premiers de leurs stéroïds, qu’on force les babes à se nourrir, pour qu’ils aient enfin l’air humains. Au bout d’un mois, on à fait remplacer les dalles du Hollywood Boulevard par des stèles au nom des prix Nobel.
    Dans la base secrete que nous avons extorqué à la Warner (la base dont Batman se servait avant son conditionnement pavlovien), nous trinquons à notre victoire : ce soir, le Kodak Theatre diffuse une retrospective Bela Tarr, et nous avons clairement fait comprendre au gratin qu’on releverait les noms des absents. Tout est parfait. Le monde est à nous, oui, à nous ! Plus rien ne nous arretera ! Ahahahahah !
    Quand soudain, dans une deflagration sourde, le mur du fond de la batcave est pulverisé à travers l’espace, comme au ralenti. Souflés par l’explosion, nous sommes violement projetés contre le mur du fond. Assourdis par la deflagration, nous n’entendons plus rien ; aveuglés par la poussière, nous ne voyons plus rien… Plus rien ? Non, il y a une grande lumière, aveuglante, qui semble provenir de l’endroit de l’explosion… et quelque chose… quelque chose qui s’avance vers nous, alors que monte de nul part roulements de tambours et accords de violons. Genés par le contre jour, nous ne pouvons distinguer que son allure, droite et fière. A un mètre de nous, il tend un doigt acusateur.
    La voix est digne et puissante, et chaque mot s’accorde parfaitement avec les harmonies des violons et des tambours, rejoints pour l’occasion par le reste de l’orchestre : « Par maillet de Grabthar, au nom du cinéma de studio, c’en est fait de vous, The Nouvelle Vague ! »
    Damnation ! C’est Universal-Man ! Nous sommes perdus !

  5. fenrhyr dit :

    T’es un grand malade !

    J’adore !

  6. Clive dit :

    D’accord avec ton billet. Et oui elle s’est prise une balle dans la tête donc quelque soit l’excuse pour la ranimée elle sera tirée par les cheveux. Tu me diras ils ont un peu l’équivalent de la cuve à Bacta (http://www.starwars-holonet.com/holonet.php?fiche=tech_cuve_bacta) alors… u_u

  7. […] était un peu déconnecté des deux premiers opus. Chris Morgan est aussi responsable de Wanted: Choisis ton Destin. Et là… la base est posée : niveau scénario et caractérisations, il faut […]

  8. […] des actionners type Arrow, Flash ou Lethal Weapon. Les scénaristes ont écrits 2 Fast 2 Furious et Wanted… Du coup, ça pue vraiment du cul. Pierre Morel à la prod, donc de vieux relents Europa […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s