Les Clans de la Lune alphane

Publié: 02/09/2009 dans Lecture, Roman
Tags:, ,

Je vais encore faire une chronique qui s’adresse à une niche de lecteurs ou à des gens qui tombent là par hasard parce que j’ai mis le mot « saphique » dans la phrase juste pour rire.

Il y a maintenant 4 ans, j’avais récupéré une petite pile de livres d’occasion, quasiment que du Jack Vance et du Philip K. Dick. Je viens de finir le dernier Dick de ce tas. En le prenant, je m’étais dit que je tenais là un livre de Fantasy écrit par l’auteur…

Que nenni ! Bien sûr, c’était de la couverture mensongère. Il n’y a pas de gros lézards ni de jolies nanas en maillot de bain qui les montent. En revanche, c’est bien de la science-fiction et le quatrième de couverture collent à peu près à l’histoire (ne riez pas, des fois, on a eu des surprises…) :

Etrange planète que cette lune alphane où règnent la misère et la désolation, et bien étranges aussi ces malades mentaux qui y survivent tout en se déchirant, se détestant… Il y a les Pares, politiques dangereusement rusés, il y a les Manses qui ne vivent que pour l’action violente, il y a les Heebs, faibles d’esprit, esclaves réduits aux pires travaux… Et pourtant ces clans devraient cesser de s’affronter car les Terriens vont envahir la lune alphane. Des Terriens qui, eux aussi, vivent dans la discorde et parmi lesquels se sont glissées des créatures non humaines. L’affrontement sera stupéfiant !

Depuis, le livre a été ré-édité et affublé d’une nouvelle couverture dont on peut lire au dos :

Chuck Rittersdorf est programmeur de simulacre pour le compte de la CIA, un travail médiocre et répétitif dont il s’accommode parfaitement. Ce n’est cependant pas le cas de sa femme, Mary, une brillante psychologue qui a décidé que son mari devait employer ses talents créatifs à de meilleures fins. Hélas, sa demande de divorce ne produit pas sur Chuck l’électrochoc espéré, initiant au contraire une longue et pénible déchéance qui le mène au bord du suicide. Sur le point de commettre l’irréparable, le programmeur commence alors à entrevoir la vérité : et si tout cela n’était que la partie émergée d’un terrible complot ? Quels liens existent entre la CIA, Mary, un fongus ganymédien, et les terribles clans de la lune alphane ?

En lisant les deux, je pense qu’on a une vue assez complète du livre en question et je vais m’éviter de raconter l’histoire. Le gros intérêt du livre réside dans le questionnement de l’auteur autour de :

  • Qu’est-ce que la normalité ?
  • Des malades mentaux peuvent-ils établir une société viable ?
  • Qu’est-ce que l’humain par rapport à sa perception du réel ou de sa réalité ou de sa folie ? (question qui reste au centre de toute l’oeuvre de Philip K. Dick)

Aux côtés de La Vérité avant-dernière, Le profanateur ou Au bout du labyrinthe, Les Clans de la Lune alphane reste un roman mineur dans toute la production de l’auteur. Paru en 1964 (soit deux ans après le Prix Hugo pour Le maitre du haut-chateau), on ressent clairement ses problèmes de couples qui ressortent au milieu du bouquin, comme une espèce de psycho-thérapie par l’écriture. En effet, le parallèle entre les problèmes de couples Chuck/Mary et Philip/Nancy sa toute nouvelle épouse qui cherche à le faire rentrer dans un certain moule emplies de conventions sociales normales est flagrant. De plus, personnellement, j’ai trouvé un peu dur à avaler la décision de Chuck à buter sa femme sous prétexte qu’elle l’a toujours castré dans son rôle de mâle, y compris le divorce prononcé… (on sait tous plus ou moins que P. K. D. a toujours eu des soucis avec ses femmes, mais tout de même…)

Qui plus est, si vous voulez en apprendre plus sur les maladies mentales, ce livre brosse un joli panel comportemental.

En terme de lecture, c’est probablement un Dick moyennement accessible, pas le genre que je conseillerai au néophyte, encore moins à celui qui voudrait découvrir le génie dickien. Pour les fans de l’auteur, il passera après bien des classiques mais ils sauront l’apprécier à sa juste valeur parce que celui-ci possède certaines qualités (construction de la société des malades mentaux, grandeur du complot…). Quand aux hardcores, ils l’ont probablement déjà lu et attendent la note de demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s