Les Voies d’Anubis est un roman de science-fiction de Tim Powers. Pour être complétiste, il s’agit d’un roman de steampunk, l’un des trois qui a fondé ce mouvement littéraire. Et je vous invite à consulter l’article d’hier pour vous remettre à la page sur le steampunk.

Ma dernière chronique littéraire m’avait laissé sur un sentiment d’avoir lu un bouquin qui brassait une grande quantité de vent pour pas grand chose. Je passais donc avec un sentiment de soulagement mêlé d’inquiétude, car il est bien connu qu’un cycle de loose ne se résorbe généralement pas de lui-même. Surtout que, sur les conseils d’un vendeur, j’allais lire un auteur que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. A propos de Tim Powers, il n’y a guère de détails croustillants à partager : il est prof à l’université, il a simplement créé un mouvement littéraire avec ses amis Jeter et Blaylock, il a aussi été un ami proche de Philip K. Dick, il a reçu quelques prix prestigieux pour certains de ses écrits (notamment pour les Voies d’Anubis – Prix mémorial Philip K. Dick 1983… entre autres) et que par défaut chacun d’eux a au moins été une fois nominé ici ou là.

Brendan Doyle est un rare expert mondial de Colleridge, un poète du début du 19e siècle. Il est contacté par un richissime industriel pour venir en Albion qui lui propose alors une somme rondelette et une opportunité unique : accompagner un groupe de touristes temporels qui va assister à une conférence de Colleridge en 1810 ! Bien évidemment, au moment du retour en 1983, rien ne se passe comme prévu et celui reste coincé dans le vieux Londres. Il va alors faire son possible pour essayer de retrouver une brèche temporelle qui le ramènerait à son époque. Seulement voilà, dans les bas-quartier de Londres, les sorciers égyptiens, les loups-garous, les sociétés secrètes, les clones et l’Histoire ne vont guère lui faciliter la vie…

Lu un peu en diagonale, en ne s’attachant qu’à la fin, on pourrait aisément arquer le sourcil et se demander comment un tel pitch arrive à tenir une structure narrative logique avec autant d’éléments aussi disparates. Et bien figurez-vous que non seulement elle tient la route mais elle est riche (dense, chargée, lourde même), sans accroc ni incohérence du début à la fin, et se permet, de surcroît, de flirter avec des personnages historiques (Colleridge et Lord Byron). Ça reste un véritable exercice de style et narratif parfaitement maîtrisé qui fait passer de nombreux autres livres pour de sombres bouses ! (Notamment les derniers que j’ai pu chroniqués.)

Les Voies d’Anubis est sans conteste l’un des meilleurs livres que j’ai pu lire depuis très, très, très longtemps. Je reconnais sans mal qu’il ne peut pas plaire à tout le monde, que le style littéraire recherché, la densité de l’histoire et ses multiples rebondissements (quoique parfois prévisibles) en rebuteront plus d’un. Mais je suppose que c’est ainsi, tant pis pour ceux qui passeront leur chemin…

Je pourrais trouver moult qualificatifs pour vous inciter à lire cette oeuvre, mais si vous aimez le steampunk, les sorciers, les loups-garous, les sauts dans le temps, l’ambiance début 19e et les romans indispensables dans une vraie bibliothèque SF, courez le chercher chez votre dealer de culture préféré !

Quant à moi, j’ai jeté un oeil aux quatrièmes de couvertures des autres productions de Tim Powers, et nulle doute que vous aurez l’occasion de lire d’autres chroniques de cet auteur que je classe désormais dans mes préférés aux côtés de Herbert et Dick.

Et une couverture très moche pour finir, une !

Publicités
commentaires
  1. […] d’avoir achevé une gigantesque tuerie lors de ma dernière lecture, je savais qu’il me serait difficile de trouver aussi bien. […]

  2. […] de la note ultra courte aujourd’hui. Je vous invite donc à finir l’article sur les Voies d’Anubis que vous n’aurez pas manqué de laisser de côté parce qu’elle était trop longue. Sur […]

  3. Effectivement un must perso j’ai adoré également

  4. […] le temps entremêlé à l’Histoire. J’ai déjà dit tout le bien que j’en pensais ici (et hop, un retrolien vers une vieillerie […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s