Creatures of the Night

Publié: 24/07/2009 dans Cher Journal..., Ecriture
Tags:, , , , ,

Ce matin, il m’est apparu que cette contrainte sociale qui était d’arriver à l’heure au boulot était une convention qui me déplaisait au plus haut point. Pour ressituer la chose dans son contexte, il était presque deux heures du mat’,  j’essayais de dormir depuis minuit et j’entrevoyais déjà mon humeur massacrante avec les collègues parce que ma nuit fut résolument trop courte, rongée par ces créatures de la nuit que sont bêtement les idées.

De fait, la nuit fut courte, le réveil bien trop bruyant et mes collègues par définition insupportables.

Mais pourquoi donc ne dormais-je pas ?

Figurez-vous qu’avant de me brosser les dents, et donc de me préparer à me glisser dans les bras de la délicieuse Morphée (oui, dans mon monde, Morphée est une femme qui se rapprocherait d’Emily de Ravin)…

… de la délicieuse Morphée, disais-je, je discutais avec une amie dont j’avais pas eu de nouvelles depuis plusieurs semaines. Et là, *paf*, une idée alors qu’elle me racontait sa vie. Mais il était déjà un peu plus de minuit et c’est la mort dans l’âme que je retrouve mon lit, car je sais très bien ce qui va se passer :

  1. Je ne vais pas arrêter de penser à mon idée (forcément géniale, puisque je viens de l’avoir) et de dérouler des scènes et des bouts d’histoire dans ma tête, nouer des relations entre des personnages, créer des situation, etc.
  2. De fait, le cerveau en ébullition, je ne vais pas pouvoir dormir
  3. Passé un certain point, je vais me dire que je perds réellement mon temps parce que, d’une part, je ne dors pas et, d’autre part, je ne sauvegarde même pas mes réflexions (je n’ai pas encore trouvé le moyen d’attendre de m’endormir tout en noircissant des page Word sur mon Mac)

Me voilà donc le cul entre deux chaises à pester parce que je dors pas et parce que je n’écris pas mes idées, maudissant ma bonne conscience qui me force à rester au lit parce que tout à l’heure il va falloir se lever et être en forme pour travailler et gagner de l’argent. Alors que ça aurait demander peut-être une heure de me vider la tête des idées qui l’encombraient…

Résultat : je suis aigri. De ne pas avoir écrit mes idées sur le coup, de peut-être en avoir perdu dans le tas, d’avoir encore à les écrire ce week-end, d’être simplement au boulot, de pas avoir assez dormi, et tutti quanti.

Vivement le moment où je pourrais écrire au moment où viennent les idées, sans être contraint d’une façon où d’une autre par une pendule…

Pour ceux que ça intéresse, l’idée de départ constitue l’embryon d’un pitch de long métrage qui n’a rien de science-fictionesque, magique ou quoi que ce soit pour le moment…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s