Buffy, the script slayer

Publié: 24/05/2009 dans Cinema, Télévision
Tags:, , , ,

Je ne comptais pas poster cet article aujourd’hui. Je l’écris de manière tout à fait impromptue suite aux événements de ce dimanche.

Car ça ne m’avait pas frappé jusqu’à aujourd’hui. Je le savais déjà d’une certaine façon. Je n’ai jamais hésité à le dire. Mais, comme ça, là, bim, c’est d’une clareté nette.

Vous savez quoi ?

Buffy, the Vampire Slayer, c’est tout de même l’une des meilleures séries de la fin des années 90 !

Au-delà du pitch de base qui se veut être une antinomie de la blonde dans le film d’horreur qui se fait écharper dans un coin de placard, au-delà du film pourrave qui de l’avis de Joss Whedon, le créateur, ne rend pas justice à son script, Buffy reste une série extrêmement dans l’air du temps de l’époque tout en flirtant et jouant ouvertement avec les clichés des films de série B.

Evidemment, sur la dernière saison, comme à peu près toutes les dernières saisons, la série s’enlise dans une certaine médiocrité. Evidemment, il y a des épisodes bien nazes de temps en temps. Mais, dans sa globalité, Buffy contre les vampires possède un très haut niveau de qualité et doit une grande partie de sa renommée au soin apporté à l’écriture.

Ce qui tient la cohérence du truc, c’est sûrement Joss Whedon. C’est lui qui définit le contenu de l’arc en court, et chaque script repasse dans ses mains pour annotations et validation.

C’est ça qui m’a frappé aujourd’hui après avoir avalé quelques DVD (en même temps, ça m’a frappé mais j’y ai fait particulièrement attention) : les scripts et surtout les dialogues de Buffy font toujours mouche. Certains épisodes relèvent du génie sur la narration ou l’idée développée, mais quel que soit la saison ou le personnage, il y a toujours des répliques qui tuent. Et j’ai eu le déclic au début de la saison 5, avec cette réplique dont la vanne sous-jacente ne peut être comprise que par une infime partie de la population :

« Well, aside from the fact that most magic shop owners in Sunnydale have the life expectancy of a Spinal Tap drummer, have you ever run a store before? »

Dans un autre épisode, c’est une référence à Star Trek qui sort. En dehors des vannes obscures et/ou pour geeks, l’évolution des personnages reste extrêmement juste que se soit pour dépeindre l’horreur d’une vie de lycée ou le lent passage à l’âge adulte avec l’université.

Tout ça pour dire que Buffy, c’est une série qu’elle est vachement bien et que tout ceux qui osent prétendre et affirmer le contraire, ce sont juste des blaireaux qui ne savent pas ce qui est bien milieu d’un océan de bouses. En plus, cette série peut encore se regarder sans trop avoir subi les affres du temps (quelques FX 3D un peu cheap, mais rien de méchant et ça colle assez avec l’ambiance cheap série B).

commentaires
  1. Laetho dit :

    Amen.

    Espérons que Dollhouse saura suivre le même chemin (le côté série B en moins).

  2. dararara dit :

    aaaah… c’était au second degré qu’il fallait regarder cette série…? ils auraient dû le dire tds !!

  3. Caroldoc dit :

    bon, admettre que Buffy peut se regarder et admettre que dans la foulée, c’est bien. Je peux le comprendre voir même le dire. Admettre que certains twist scénaristiques ne sont pas catapulté, c’est une autre affaire, mais à la limite. Tolérer les histoires d’amour un soupson relou, je peux le faire parce que les combats sont cool.
    Par contre, ton blog étant surtout un plan pour te faire écrire : b****l, relis toi. Il manque des mots une phrase sur deux.

  4. fenrhyr dit :

    @Laetho: Je sais pas. La série a été sauvé in extremis de l’annulation. Je vais attendre de la voir dans feu la trilogie du samedi

    @Dara: oui, c’est ça…

    @Caro: Certains twists sont catapulté comme un chat en dehors du placard, mais comme c’est généralement fait avec humour et dérision, ça passe toujours. Les histoires d’amour sont relou, ok, mais c’est généralement bien fait. Et non, je me relis rarement.

  5. Perséphone dit :

    o_o

    ‘Tin faudra vraiment m’expliquer parce que franchement ce que j’en garde comme souvenir c’est que c’était très très bof. Voire pourri :/
    Et pourtant en terme d’âge j’étais pile susceptible d’être placée chez les midinettes, avec toute l’idée d’identification et de ‘prince marchant dark et ténébreux’ que ça implique.
    De toute façon j’aime pas les vampires version sauf dans Entretien blabla.

  6. fenrhyr dit :

    Ya rien à expliquer, Joss Whedon est un génie. Stoo.

  7. […] pas pour vous emmener partout dans mon blog… je pourrais même citer un obscur épisode de Buffy, tiens !) et le très sémillant Matthew Goode (The Watchmen, que je n’ai même pas […]

  8. […] les fanboys, dans ce dessin animé, Hal Jordan est doublé par Nathan Fillon (Firefly, Serenity, Buffy, Super et j’en passe) […]

  9. […] à commencer par Shakespeare), un peu de Roméo & Juliette, un peu de Biff ? Baffie ? Ah Buffy ! avec le couple Angel-Buffy littéralement copié-collé (et nettement moins prude)… Bref, […]

  10. […] film écrit et réalisé Lance Mungia, avec Edward Furlong (American History X), David Boreanaz (Buffy The Vampire Slayer), Emmanuelle Chriqui (Entourage), Dennis Hopper (Easy Rider), Tara Reid (American Pie) et Danny […]

  11. […] à la fin gâche cette interprétation. (Je veux pas dire, mais encore une fois, un épisode de Buffy avait mieux traité […]

  12. […] Buffy contre les Vampires […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s