Le Labyrinthe de la Mort

Publié: 11/05/2009 dans Geekitude, Lecture
Tags:, , ,

Dans la catégorie « je lis vraiment n’importe quoi », je vous présente le Labyrinthe de la Mort. Je sais, c’est loin d’être glorieux mais j’ai des circonstances atténuantes

Ce livre fait partie de la collection des « livres dont vous êtes le héros », un truc pour adolescents qui sentent déjà poindre leur geekitude. Comme mentionné sur le quatrième de couverture, « à partir de 12 ans » j’avais commencé à en faire quelques uns. Pas beaucoup (genre un défi fantastique, une enquête à la Sherlock Holmes et le Chateau de Dracula). Armé de mon crayon à papier, de ma gomme et d’un dé à 6 faces, j’allais arpenter dans des sombres couloirs ou bien enquêter sur une histoire de meurtres indéchiffrables. En général, les livres dont vous êtes le héros, c’est un peu le premier pas vers le jeu de rôle.

Comme ça marche ? Vous jouez un personnage fictif, avec des caractéristiques en habilité, endurance et chance (dans le cadre des choses barbares, dans les histoires types enquête, c’est autre chose), et vous suivez une histoire suivant votre envie d’un point A à un point B avec une multitude de branches et pas mal d’impasses du type « Vous êtes mort ». Le livre est découpé en plusieurs paragraphes numérotés et à la fin de chaque vous avez une décision à prendre : « Vous êtes dans un couloir et vous arrivez à une bifurcation. Si vous prenez à gauche, allez au 395. Si vous prenez à droite, allez au 188. » Peut-être qu’au 188 vous allez finalement tomber sur un troll des cavernes qui va vous démonter la tête, peut-être que vous allez juste tomber dans un trou, et c’est la faute à pas de chance, vous êtes mort.

Entre temps, vous rencontrez donc des monstres, vous lancez des dés, vous perdez des points de vie, ils en perdent et ainsi de suite jusqu’à espérer finir le livre.

Dans le cadre du Labyrinthe de la Mort, vous êtes un guerrier qui visiblement n’a pas grand chose à faire de sa vie à part la perdre et vous vous engagez dans le fameux labyrinthe dans le cadre d’un jeu-concours débile qui vous rapportera gloire et moult piécettes si vous en sortez vivant.

Je suis mort plus d’une douzaine de fois (recommençant donc l’aventure du quasi-début ou depuis un point de sauvegarde que je m’étais noté) avant de tomber sur un paragraphe du style « Possèdes-tu une émeraude ? Si oui tu peux continuer, sinon refades-toi tout le bouquin pour trouver dans quelle pièce inexplorée t’as pas eu le courage de te battre contre le streum aux yeux pédonculés pour récupérer le caillou ». Et là, j’ai fait : « c’est bon, j’ai plus 12 ans, j’ai aussi des vrais livres à finir ! ».

Mais l’air de rien je voulais me replonger une fois dans ce type de livre, par nostalgie mais aussi pour regarder les mécanismes de jeu avec un oeil de connaisseur (dixit le game designer). Et bien, je suis assez déçu. Je comprends que le système doit être simple à saisir pour que n’importe quel boutonneux arrive à lancer un dé et faire des soustractions pour vérifier s’il bat bien le guerrier squelette. Mais en relisant les règles, c’est décrit de manière assez souple et imprécise. Plusieurs fois je me suis demandé si j’avais le droit de bouffer pour récupérer de l’endurance, si l’endurance pouvant remonté au delà du départ, etc.

L’histoire en elle-même est pipo. Mais au-delà de ce que je soupçonnais. C’était à se demander à quoi servait l’inventaire puisque finalement j’entassais des pierres, des cordes, des bouts de bois sans jamais pouvoir les utiliser. En gros, juste une série d’épreuves sans intérêt (finalement mon souvenir est bien terni…) dans lequel on se sent plus frustré que réellement porté par l’histoire (ce que je cherche avant tout dans un livre).

Livres phares dans les années 80-90, le style est tombé en désuétude… On notera au passage que ce type de jeu avec apprentissage par l’erreur est aussi tombé en désuétude dans les jeux vidéo ; maintenant tout est simple pour le joueur : difficulté, sauvegardes, énigmes, ennemis…

Maintenant que j’ai fini ce livre (qui commençait à pourrir depuis quelques mois), il serait bien que j’en finisse d’autres, des vrais, (je les ai commencé et arrêté entre deux nouvelles généralement, donc facilement reprenables):

  • Minority Report, Philip K. Dick
  • Pyramides, Terry Prachett
  • Au delà du mur du sommeil, H.P. Lovecraft
  • La Route, Cormac McCarthy
  • Khamelott livre I, Alexandre Astier
  • L’histoire des plus fameux pirates, Daniel Defoe
  • Les Vikings, Régis Boyer

Les deux derniers sont en fait des recherches pour mes prochaines écritures…

Publicités
commentaires
  1. dararara dit :

    le sorcier de la montagne de feu!!!! je l’avais aussi qd j’étais + jeune et je l’ai fait plein de fois, sauf que je n’ai jamais joué avec des dés ou un inventaire…
    j’étais persuadé que le morceau de fromage me sauverait à la fin…

  2. Caroldoc dit :

    Minority repport se lit très bien et est 1000 fois mieux que le film.
    La route, c’est pas moi qui te l’ai conseillé? Il est vraiment très bien fait. Mais par contre, t’as intêret à être un grande forme pour le lire sinon tu finis par t’allonger sur le bitum et attendre la fin. Le style d’écriture est très particulier. Pas de ponctuation ou peu. Le dialogue, tu ne sais jamais qui prend la parole. C’est fait pour que tu sois vraiment apé par les sensations et les impressions. Un peu ce qu’avait fait Faulkner dans la fureur et le bruit. Mais il te laisse une sacré impression.

    Si tu veux allonger ta liste de lecture, ajoute y Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote (en anglais, bien sur). Je suis sur que le ton et le héro va ta plaire.

  3. fenrhyr dit :

    @Dara: De toute façon, il est de notoriété publique que tout le monde triche au LDVELH… Quant au fromage, je ne sais pas…

    @Caroldoc: Non, c’est pas toi la route, c’est un autre pote. Et ouais, c’est très clairement le genre de lecture qu’il faut que je laisse de côté pour le moment…

  4. Jaessa dit :

    Moi, tout ce que je retiens, c’est que « crayon de papier », j’aime vraiment pas comme dénomination…

  5. fenrhyr dit :

    J’aime bien agacer les gens… Comme dire poche/pochon pour sac en plastique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s