Aztechs

Publié: 31/03/2009 dans Lecture, Roman
Tags:, , , , ,

Aztechs est un recueil de 6 novellas de Lucius Shepard, avalé en une semaine par votre serviteur. (Une novella, pour ceux qui ne savent pas, c’est en gros un bouquin d’Amélie Nothomb…)

Au programme :

Aztechs, ou l’histoire d’un mec pris entre un docu-réalité, des mafias, des guerres de pouvoirs entre entité intelligente articielle dans un Mexique qui oscille entre l’underground et les grandes étendues vierges.

La présence, ou comment un pompier volontaire essaie de comprendre les cicatrices du 11 septembre en fouillant les décombres de Ground Zéro et en cherchant à connaître mieux cette femme étrange à l’autre bout du comptoir.

Le dernier testament, ou comment un type lambda se fait posséder par l’âme d’un poète du XVème siècle pour écrire ce fameux dernier testament.

Ariel, ou l’histoire d’un écrivain qui poursuit sa muse chimérique par delà le multivers (ouais, nan, oubliez, ce pitch est foireux au possible).

Le rocher aux crocodiles, ou l’histoire d’un type mélé une histoire de meurtre par des hommes-crocodile dans le Zaïre crade laissé à l’abandon suite à la destitution de son dernier dictateur.

L’éternité et après, ou l’histoire d’un assassin de la mafia qui s’en va libérer la prostituée de la boîte de nuit qui l’exploite sur fond de grosses hallucinations dans la Russie post-communiste.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est difficile de cataloguer Shepard. Il y a marqué SF sur le quatrième de couverture. Très honnêtement, à part la première novella, j’aurais un avis légèrement différent, arguant plus pour du fantastique.

Les descriptions sont très détaillées, très imagés et donnent une sensation étrange à la lecture. Etrange car on n’a pas souvent l’occasion d’en lire d’aussi pointus et intéressantes sans être ennuyantes.

Certains textes (la présence, le rocher aux crocodiles) sont un peu convenus dans la linéarité et le dénouement (mais toujours très bien maîtrisés), d’autres nettement plus déconcertants (le dernier testament, l’éternité et après) mais restent toutefois bons à lire.

A part ça, vous voyez qu’il y a un bandeau « Prix de machin chose sur la couverture », c’est toujours – normalement – un gage de qualité. (C’était pour Aztechs, la nouvelle.)

Si vous voulez découvrir une certaine forme de magie encrée dans le réel ou bien un auteur dont on n’entend pas souvent parler en France, Aztechs est sûrement un bon livre pour vous.

C’est différent, et des fois, ça fait du bien au milieu de la torchée de bouquins sans saveur avec des elfes ou des gros vaisseaux dedans.

Note : la couverture J’ai Lu est de Marc Simonetti, un illustrateur que j’adore !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s