Slumdog Millionaire

Publié: 20/01/2009 dans Cinema
Tags:, , ,

Sorti la semaine dernière, vu ce week-end dans le petit cinéma de quartier de Compiègne. En VO, et ça, c’était la bonne nouvelle de la soirée.

Il s’agit du dernier film de Danny Boyle, un espèce de génie du cinéma à qui l’on doit entre autres : Petits meurtres entre amis, Trainspotting, Une vie moins ordinaire, La plage, 28 jours plus tard, Sunshine… J’en ai vu que la moitié, et ils sont de mon point de vue, tous excellent.

Si l’on excepte ses deux films orienté fantastique/SF (28 jours plus tard et Sunshine), on retrouve chez Boyle, une constance à exploiter le thème de l’argent, son manque et ses conséquences. On ne sera donc que moyennement surpris de voir qu’il s’est choisi d’adapter un roman de l’Indien Vikas Swarup :« Les Fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient milliardaire ».

C’est à ce moment que je sors le synopsis du film :

Jamal Malik a 18 ans, c’est un orphelin qui a grandi dans le bidonville de Mumbai, et il est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission « Qui veut gagner des millions ? »

Seulement voilà, il est soupçonné de tricherie et la police l’arrête alors qu’il lui ne reste qu’une question. Comment un enfant sans éducation a-t-il réussi à monter aussi haut dans l’échelle des questions ?

  • A Il a triché
  • B C’est un génie
  • C Il est chanceux
  • D C’est son destin

Jamal va alors expliquer la façon dont il a connu les réponses, raconter sa vie dans la rue, ses histoires de famille et celle de cette fille dont il est tombé amoureux.

Niveau scénario, l’idée de base est extrêmement intelligente : se servir des questions d’un jeu pour remonter le fil de la vie de Jamal. On déplorera quelques ficelles un peu grosses, surtout dans la dernière demi-heure pour le dénouement. Pourtant, je ne peux pas lui en vouloir. Quand un type essaie de retrouver son âme-soeur par tous les moyens, et que c’est fait de façon crédible sans que cela insulte mon côté bisounours, je me dis que j’aurai pas fait mieux que le scénariste…

Au delà des questions pour des millions, de la recherche de son amour à tout prix, il y a vraiment une dichotomie parfaitement géré entre Jamal et son frère et dans leur rapport à la vie et à l’argent. Salim (le frère donc) s’est toujours posé en self-made boy, pour la rapine, la mendicité, etc. Il est la figure du type qui cherche à vivre dans le confort de l’argent parce qu’il en a toujours manqué, quitte à vendre son âme au diable et passer dans le côté obscur (sans pour autant que le spectateur porte un jugement sur lui genre « c’est mal », parce que d’où il vient, ce qu’il devient, c’est presque normal). A contrario, on a Jamal qui bien que participant à l’émission se fiche de l’argent, sa quête existentielle étant ailleurs… j’en dis pas plus mais comme je le soulignais, l’argent reste un thème fondateur chez Boyle et c’est intéressant d’étudier le film sous cet angle, en plus de l’histoire d’amour.

Et tac, Golden Globe du meilleur scénario !

Niveau réalisation, c’est du très très grand Danny Boyle. Il n’y a vraiment rien à redire. Tout s’enchaine à merveille, les scènes sont filmées, encore une fois, de façon très intelligente sans verser dans le pathos pour les scènes sentimentales ou la gratuité pour les scènes un peu dures (et dans les bidonvilles de l’Inde, c’est suffisamment peu reluisant pour choquer n’importe qui d’un peu trop bisounours sur les bord).

Et tac, Golden Globe, Satellite Awards, British Independant Film Award et LAFCA de la meilleure réalisation.

Rien à dire côté musique, elle colle parfaitement aux images (ce qui m’a fait prendre conscience qu’un bonne bande son n’est pas forcément celle qui s’écoute bien, mais celle qui s’écoute bien en image)

Et tac, Golden Globe de la meilleure musique originale.

Tous les acteurs sont exactement dans le ton. Depuis les gosses castées dans les bidonvilles de Mumbai à Dev Patel. Ce dernier étant toujours entre naïveté et certitude dans l’interprétation du rôle de Jamal.

Et tac, British Independant Film Award pour Dev Patel pour meilleur second rôle masculin.

Pour le principe, je mets une photo de l’actrice.

Slumdog Millionaire, c’est juste un film qui poutre.

Et tac, Golden Globe, British Independant Film Award, Boston Society of Film Critics, New-York Film Critics Online, Satellite Awards du meilleur film.

Je ne parlerai pas des 11 nominations aux Oscars.

Sans dire que les récompenses font les bons film, ai-je encore besoin d’en dire plus pour vous inciter à aller voir ce bijou de cinéma ?

commentaires
  1. Clivy dit :

    Tellement de bonne critique sur ce film que je me dois de le voir

  2. coton dit :

    J’hésitais encore un peu mais tu le vends hyper bien ce film ! C’est décidé, j’y vais ce soir (et je recommenterai après)…

  3. geyser dit :

    ‘tain tu en parles vraiment bien ! cela se sent que tu as été touché par ce film .

  4. fenrhyr dit :

    Clive, Coton -> Oui, allez le voir, vous saurez pas déçus

    geyser -> Oui, vraiment, c’est une grosse tuerie à tous les niveaux : émotions, photo, réal, etc. Et pis ça reste l’histoire d’une vie d’un bisounours qui cherche son âme-soeur à tout prix, ça peut que me toucher quand c’est bien fait. Pis comme c’est le cas…

  5. Caroldoc dit :

    et pour dire que ce n’est pas qu’un film de bisounours, je fais le commentaire croisé.
    Ce film est plein d’humanité (et d’_obédiance_). Les faits auxquels Boyle nous confronte ne demande pas que l’on prenne position. Il nous les expose et comme les personnages nous sommes très vite soumis aux évènements. Il n’y a pas de bon et de mauvais, il y a juste des gens qui font ce qu’ils peuvent pour survivre et pour garder une raison d’avancer.
    L’histoire d’amour qui est la trame du film n’est pas dégoulinante. Elle est simple et parfois impossible parce que la vie c’est comme ça.
    C’est vraiment l’histoire d’une vie vu à travers des yeux de quelqu’un qui n’est pas un super héro, qui ne rêve pas d’en devenir un. Je trouve que c’est un bel hommage aux gens dans ce qu’ils ont de plus admirable.

    @Fenrhyr : c’est « la plage » le film de Boyle que je n’ai vraiment pas aimé. Bon faut dire que j’avais 14 ans et c’était un film avec Léonardo Di Caprio et je ne sais plus quelle gonzesse top hype, donc même si ça avait été un bon film je l’aurais détsté : j’ai toujours été une petite conne. ceci dit, vu ce que Boyle a fait de superbe, ça mériterait que je lui redonne une seconde chance.

  6. fenrhyr dit :

    C’est gentil de compléter mon billet Caro ^___^

    A part « la plage », t’as tout de même pas mal craché sur Sunshine, qui ne le méritait pas… (Et c’était Virginie Ledoyen, on a fait mieux dans la hypitude)

  7. Caroldoc dit :

    oui mais Sunshine, qui avouons le était franchement limite, je ne peux pas offrir mon opinion dessus en place public, vu les raisons qui me motivaient à aller jusqu’au bout.
    Donc, pour des raisons d’intégrité intellectuelle, j’ai fermé ma grande g…..

  8. fenrhyr dit :

    Comme si moi j’allais pas lâcher en place publique que la raison, c’était Cillian Murphy, l’acteur un peu beau gosse… (bwahahaha). Notons aussi la présence de Chris Evans, l’acteur casté pour le jeu Mass Effect.

  9. Le chevalier au taureau dit :

    On a suivi tes conseils, on y est allé. C’était bien. Aussi crédible que Rincevent qui fait face, mais bien. Merki.

  10. Déesse dit :

    Beautiful movie

  11. fenrhyr dit :

    LCAT -> Stoi Rincevent !

    Déesse -> Hey ! Premier post ici ! Bienvenue dans l’asyle ^_^

  12. Perséphone dit :

    Whaaa, moi qui ai une culture filmographique catastrophique (je suis capable de resituer des acteurs mais incapable de citer des réalislateurs), j’ignorais que Danny Boyle avait fait La Plage et Sunshine que j’ai beaucoup aimés (enfin selon moi La plage restait un peu trop sage mais Sunshine est le seul digne héritier au Alien 1er du nom)
    Du coup, avec cet autre film, je commence à avoir assez confiance dans ses capacités ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s