Peine maximale pour Max Payne ?

Publié: 05/12/2008 dans Cinema, Jeux Vidéo
Tags:, , ,

Et les amateurs auront reconnu une citation du premier Max Payne, le jeu vidéo.

Nul n’est besoin que je rappelle mon amour pour ce jeu, ceux qui veulent s’en convaincre n’ont qu’à faire une recherche avec le nom du jeu.

C’est donc pas peu dire que j’attendais l’adaptation en film du jeu avec impatience. Pour information, les droits cinématographiques avait été très tot vendus par Remedy. Ca ne change rien à l’histoire, mais c’est toujours sympa à placer à la machine à café.

Quid de cette adaptation alors ?

Le réalisateur : John Moore, à qui l’ont doit 666 la malédiction, Le vol du phoenix et En territoire ennemi. Rien d’hyper glorieux. Quelques scènes badass, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard, ça reste relativement classique.

Les acteurs. Mark Walberg (modulo h) qui campe un Max Payne différent du jeu, mais qui reste tout à fait crédible dans son interprétation.

Mila Kunis (en haut) est Mona Sax. Vous ne connaissez pas ? Moi non plus, mais elle a fait de la série télé. Fade, je ne voulais pas trop faire de rapprochement avec le jeu, mais l’actrice castée pour le jeu (dont j’ai oublié le nom) était 100 fois mieux.

Je ne peux pas ne pas parler de Olga Kurylenko, qui après Hitman et Quantum of Solace semble décidée à orienter sa carrière uniquement dans les rôles de grosse cochonne.

On remarquera au générique un Chris o’donneil qui a bien changé depuis son dernier Batman pour le moins très gay-friendly. Un Lupino un peu bizarro, et un Bravura un peu black… mais bon.

Alors de quoi ça cause ?

Ca reprend des éléments du jeu, comme la drogue, le meurtre de sa famille, le Ragnarok, le côté rien à perdre, la compagnie Aesir… mais finalement, ça en reste une libre adaptation. Très libre adaptation. Inutile de dire que le génie de Sam Lake n’est absolument pas derrière le script, ce dernier ayant surement été pondu par une demi douzaine de scénaristes, remanié une demi-douzaine de fois pour se retrouver au final avec un truc assez aseptisé et pré-formaté pour une séance pop-corn.

Et même préformaté, ça reste mal fait. Beaucoup de personnage sont introduits très rapidement. La relation entre Mona et Max frôle le ridicule (on passe trop vite de la collaboration forcée à une tension sexuelle palpable). Lupino, bien que présenté comme une espèce de fou mystique est finalement mal utilisé. Vers un dénouement assez attendu (sans parler de la baston générale à la John « seul contre tous » McLane).

L’utilisation des Valkyries, plus proche d’un stryge qu’une nana guerrière dans un bikini en métal, est assez bien foutu pour le coup. Elles apparaissent dans les délires des drogués, et viennent les chercher au moment de leur mort. Finalement, et vous pouvez le juger d’après les photos, tout le côté esthétique du film est très léché et très bien rendu ! Les visions brûlantes de Max drogué sont vraiment excellentes dans leur traitement.

Le générique de fin est abominable. Je ne sais pas ce qui c’est passé dans la tête des producteurs, mais c’est vraiment n’importe quoi ! La scène d’after générique appel un Max Payne the movie 2. Ce qui ne manquera pas d’arriver.

Le film est selon moi, bien dans ses premiers 3/4 d’heure, où le personnage de Max Payne est bien amené. Tant qu’on reste dans sa présentation, c’est bien fichu. Dès lors qu’on essaie de faire avancer l’histoire, ça devient un peu bancal…

Mon avis est que c’est finalement Max Payne une série B de luxe maladroite. Agréable à regarder, mais sans plus. Pour les fans ultimes du jeu comme moi, ça reste une bouse et je militerai aussi longtemps qu’il le faudra pour pousser les gens à faire le jeu !

Et maintenant, vous savez tous d’où vient ma référence artistique pour le blog…

commentaires
  1. Jenny dit :

    J’en reviens pas… t’as *encore* mis une « grosse cochonne » dans un article ou tu parles de la source de « toutes tes références artistiques »
    Si j’étais une méchante muse, je te jetterai des cailloux.

  2. fenrhyr dit :

    J’ai *encore* mis « grosse cochonne » dans un article sur un film pas terrible (historiquement, ça vient de là chez moi -> le retour des morts-vivants 3) pour parler des rôles de Olga Kurylenko. En gros, ya prescription je pense…

  3. Jenny dit :

    Y a prescription hein ?
    *jette un caillou*
    Ko-aang !

  4. […] que j’avais probablement jugée hâtivement après sa prestation insipide de Mona Sax dans Max Payne. Après on retrouve quelques personnages secondaires (trop à mon goût) dont un bien déjanté […]

  5. […] 5 ou A good day to Die Hard ou Une belle journée pour mourir est un film réalisé par John Moore (Max Payne), avec Bruce Willis (Hudson Hawk) et Jai Courtney (Jack […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s