Quartier lointain

Publié: 25/09/2008 dans Lecture, Manga
Tags:, , ,

Ce jour d’avril 1998, Hiroshi s’apprête à prendre le train pour rentrer chez lui, à Tôkyô. 48 ans, cadre d’entreprise comme le Japon en produit des milliers, légèrement défait par l’alcool d’un repas d’affaires il a rendez-vous avec son destin. Au lieu de prendre son train habituel, sans l’avoir fait exprès, il se retrouve à bord d’un express qui se dirige tout droit vers sa ville natale. À l’arrivée, avant de repartir à destination de Tôkyô, Hiroshi décide de faire un tour dans les rues où il a grandi, devenues méconnaissables. Dans le petit cimetière où est enterrée sa mère, il s’assoupit quelques minutes.

A son réveil, il constate avec une surprise mêlée d’effroi qu’il vient d’effectuer un bond dans le passé. Il se retrouve projeté dans l’enveloppe corporelle qui était la sienne à l’âge de 14 ans, mais ses souvenirs, sa mémoire et ses capacités intellectuelles sont restés ceux d’un homme de 48 ans… Hiroshi va alors revoir ses parents et ses amis d’école. Et bien qu’il craigne de bousculer sa propre histoire d’homme adulte et de « fausser l’avenir », il décide de comprendre enfin pourquoi son père est parti un jour loin de chez lui, abandonnant sa femme et ses deux enfants. Coûte que coûte, il décide d’empêcher son père de disparaître de la vie familiale…

Voici le synopsis de Quartier lointain, un manga de Jirô Taniguchi. Un excellent manga même. Un manga que chacun devrait au moins avoir lu à défaut de le posséder dans sa bibliothèque. J’en veux pour preuve la tripotée de prix qu’il a reçu dans l’hexagone (alors, que je le rappelle, c’est un manga, i.e. un média conchié pendant presque deux décennies chez nous) :

  • Prix du meilleur scénario au Festival d’Angoulême 2003
  • Prix Canal BD des librairies spécialisées en 2003
  • Prix de la meilleure BD adaptable au cinéma au Forum de Monaco 2004

Jirô Taniguchi fait partie de ces auteurs que chérissent nos intellectuels, dépassant leurs idées reçues sur le manga, leur violence et leur profusion petites culottes. Le genre d’auteurs que Télérama n’hésite pas à commenter parce que ça rentre dans l’air du temps. Ceci dit, les œuvres de Taniguchi ont tout pour plaire aux néophytes : c’est dessiné à l’occidental (pas d’yeux de taille démentielle avec un tas d’étoile dedans) et les thèmes abordés bien plus intelligents que la moyenne. En plus, il a le don de pouvoir s’acoquiner à des pointures comme Moebius, alors tout de suite, ça cautionne encore plus et ça donne une opportunité d’étaler un peu de sa culture à l’occasion d’un diner mondain en repondant la critique du télérama, même si on n’a jamais lu de Moebius de sa vie (qui cela dit en passant pour les quelques personnes qui ont envie de briller encore plus en société est l’une des denières grandes figures de la BD françaises, dessinateur de succès comme L’Incal ou Blueberry, un des créateur de la mythique revue Métal Hurlant, designeur décors pour le 5ème élément de Besson et j’en passe encore).

Quoiqu’il en soit, Quartier Lointain fait partie de ces mangas un peu intelligents qui ont le mérite de vous faire réfléchir pendant votre lecture. Bien sûr, il y a l’aspect « Et toi, qu’est-ce que tu ferais à sa place ? » parce que c’est cool de pouvoir se la péter en anglais avec un accent de 30 ans d’âge quand on a 14 ans. Mais c’est aussi valable pour la fille qui se met à flirter avec vous alors qu’elle n’est pas la future mère de vos enfants de dans 30 ans. Il faut bien savoir que des questions existentielles sur la Vie, l’Univers et le Reste se retrouvent dans chacune des productions du monsieur, celle-ci mais aussi Le journal de mon père ou L’homme qui marche. Après, le lecteur a toute liberté de pouvoir s’y enfoncer ou pas.

Le manga est aussi une excellent opportunité d’en découvrir plus sur le quotidien d’un collégien japonais, avec les cours, les corvées, etc. et la vie en général au Japon avec ses traditions, coutumes et bizarreries. A tel point que l’histoire romanesque pourrait s’effacer pour se limiter à une ôde poétique à une époque que nos amis du pays du soleil levant ont tous connus.

Quartier Lointain est aux éditions Casterman, sous un format intégrale pour environ 25 euros, si vous êtes en mal d’un cadeau qui de toute façon plaira, c’est celui-là.

Mais pourquoi donc est-ce que je sors une vieillerie de 2002 du placard ? Tout le monde l’a lu Quartier Lointain ! Tout le monde sait que c’est vachement bien ! Hein, pourquoi ?

Une fois n’est pas coutume, c’est à cause de Caroldoc qui, au détour d’un commentaire de mon article à propos de mégalithes, m’a demandé : « Pas toi? » à propos de refaire ou non toutes ses expériences de vie un peu foireuses.

Donc, Quartier Lointain – en dehors d’éduquer quelques irréductibles qui ne lisent pas Télérama ou n’ont pas le bon goût de fréquenter le coin BD du Virgin/FNAC du coin – c’est juste l’introduction d’une tentative de réponse que je ferai demain.

Publicités
commentaires
  1. Mon cher Olivier,

    Tout d’abord je tiens à te féliciter pour ton blog auquel j’accède un peu par hasard je l’avoue, par l’entremise du blog de Léo. Je m’attendais en fait à tomber sur le blog de ta soeur (elle n’en a peut-être pas d’ailleurs) !

    Bref, je sais pas si tu me remets, je suis Poumi, l’ami avocat des soeurettes filles du Malin.

    Je tenais à te remercier pour ton article car, vois-tu, JE ne lis pas Télérama et donc JE ne connaissais pas ce manga, apparemment culte. Je vais donc m’empresser de le commander et de le lire, afin de compléter toujours ma très modeste culture nippone.

    En échange, je te soumets un autre titre, que tu connaîtras sans doute mais que j’ai découvert et qui, lui aussi, vaut le détour : « NonNonBâ » de Shigeru MIZUKI. Un personnage très attachant raconté dans un pavé, mais qui se lit très très vite. A découvrir.

    Au plaisir de nous recroiser chez les soeurettes ou dans un concert de néo-death-apocalyptico-black-hard-groovy metal !

  2. fenrhyr dit :

    Je pense qu’on est face à l’un des plus gros quiproquo de l’histoire de la blogosphère ^_^. Mais bon, ça ne me dérange pas dans la mesure où j’ai peut-être gagné un lecteur régulier.

    Bienvenue quand même Maître Pourmiak.

    Pour info, je ne lis pas Télérama, c’est pour ça que la critique est facile. Sinon, je ne connais pas le manga dont tu parles, mais j’irai y jeter un oeil à la prochaine virée au Virgin.

    Au plaisir de te retrouver au détour d’un commentaire.

  3. […] c’est tout de même assez sympa pour être mieux exploité. Un peu à la façon de Quartier Lointain. Je me suis moi-même demandé ce que je ferai si ce genre de choses m’arriverait. Au final, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s