Encore un nouvel épisode des « vacances de l’amour » regardé ce matin. Je commence avec les errata, pas souci d’exactitude. Le romancier, Benjamin, s’appelle en fait Hugo. Et celle que je nommais de manière peu flatteuse la chaudasse (aka la grosse cochonne), Estelle. Eve n’est pas seulement riche, elle possède les 3/4 de Love Island.

Episode « Remember me by… the beach ». Ou comment tout le monde finit par avoir des flash-back avec les bords de l’écran floutés dès lors qu’il contemple la pleine lune sur la plage.

Ca commence déjà avec une insupportable scène d’Hélène qui chante faux un truc bien mielleux avec Nicolas à la guitare (comme quoi toutes ses heures dans leur garage n’auront pas été inutiles à la série). [Flashback] Ils se souviennent justement du temps où ils étaient amoureux, dans le garage, et passaient leur temps leurs bouches collées l’une à l’autre.

Pendant ce temps-là, Jeanne se fait ses propres flash-back avec Nicolas, dont sa demande en mariage… jusqu’à ce qu’arrive un policier avec un chien qui lui rappelle (le policier, les chiens ne parlent pas) que c’est dangereux la nuit de rester sur la plage. Et oui, les mafieux, les rapts d’enfants, les cambrioleurs en cavale… il faut bien un homme et un chien pour ramener les touristes à la raison et accessoirement ne pas faire son travail quand s’en présenterait l’occasion – en même temps Nico et ses potes sont là pour s’en charger.

Toujours dans le même temps, Jimmy pense non pas à Bénédicte mais à Estelle qui l’avait trop chauffé avant de disparaitre dans l’après-midi (pourquoi penserait-il à Bénédicte, elle lui a dit qu’elle n’avait plus de sentiments pour lui à l’épisode précédent !). Je vous passe les détails inutiles du genre José et Christian qui arrivent chez Joanna, mais qui repartent voir Jimmy pour l’aider à faire des recherches infructueuses, avant de repartir à nouveau chez Joanna accompagnés de Stéphane ; car finalement, ça n’apporte rien à l’histoire, à part justifier que Jimmy se retrouve seul sur la plage pour se faire des flashback à son tour.

Un détail que je n’avais pas mentionné hier, croyant cela sans importance (quel naïf !) : Eve et Rudy devaient se retrouver pour diner, mais Audrey l’invite également. Alors on voit Rudy, sapé d’un costard qui multiplie les appels de détresse sur un portable coupé pendant que Eve boit du champagne dans un bar avec Audrey. Le tout dans une ambiance lesbo-érotique insoutenable et des dialogues truculents d’une profondeur abyssale.

A: « Vous êtes ravissante Eve. »

E: »Je suis désolée, mais je n’aime pas les femmes Audrey »

A : »Moi non plus je n’aime pas les femmes, Eve. Mais vous n’êtes pas une femme, vous êtes un démon. »

E: »Vous l’êtes plus que moi. »

A: »C’est vrai. » Sur ce arrive Hugo. Il dit bonjour, blablabla.

A: »Hugo, pourrais-tu aller nous chercher du champagne. »

H: »Mais certainement, Audrey. »

A à E quand H est loin: »Hugo est mon amant, enfin de temps en temps. »

E: »Il est mignon. »

A: »Tu le veux, Eve ? Je te le prête ! »

E: »Pourquoi pas… »

Sur la plage, Jimmy est tiré de ses flashback floutés par Estelle, qui revient vers lui dans un paréo rose du plus mauvais goût pour s’excuser de sa blague idiote (la fumeuse disparition de l’épisode précédent). Par je ne sais quel truchement des productions AB, elle se retrouve dans ses bras à lui demander qu’il la sert plus fort, car elle se sent bien ainsi. Tellement bien qu’elle l’embrasse, lui a arrêté de faire sa vierge effarouchée comme lundi et lui roule une pelle.

Retour à la maison de Joanna où arrivent les garçons. Bénédicte voit que Jimmy n’est pas là et décide de ne pas diner pour aller sur la plage. Laly prend Stéphane à part dans le couloir et lui met direct un verre d’eau et deux pilules de viagra dans les mains. Quelle déception, moi qui pensait que les pilules allaient finir dans la bouffe et que des porteurs de pénis goûtant la tambouille aurait une activité anormale dans le bas ventre. Non, non. Même pas. Bon, Stéphane essaie de savoir ce que sont ces pilules bleues, Laly ne veut pas le dire (tu m’étonnes) et finit par avouer que c’est un « philtre d’amour » (sic et WTF). Stéphane semble y croire et les avale sans discuter. Car il est amoureux de Laly : preuve est une nouvelle fois faite  que l’amour ne rend pas seulement aveugle mais aussi sourd et particulièrement idiot ! Il essaie alors tout de suite de la sauter mais elle le repousse, lui demandant de lui dire ce qui se passerait dans 30 minutes. Puis après elle le traite comme un chien en lui demandant de faire le service au diner. Et ce blaireau, il s’exécute sans broncher !

Bénédicte arrive sur la plage, elle appelle Jimmy. Personne ne répond, elle s’approche de la cabane où il travaille et que voit-elle ? Estelle, à poil et à califourchon sur le bel Apolon. Cocue un jour… La scène est habilement filmée pour ne rien montrer. Ou presque, car on est gratifié de quelques plans nichons du meilleur aloi, ce qui fait extrêment plaisir dès le matin, surtout que ceux-ci étaient, dirons-nous, à notre convenance (quant à notre convenance, ceux qui la savent la savent, et les autres tant pis !). C’est la dernière nuit d’Estelle sur Love Island et elle entend bien en profiter ! Jimmy pourra invoquer le sacro-saint « J’ai glissé » s’il vient à Béné de lui faire une scène.

Pendant que certains se répandent dans la bonne chaire et d’autres dans de la bonne chair, Jeanne cauchemarde (habile récupération des flashbacks floutés – encore). Elle cauchemarde tellement fort qu’elle en crie ! Ce qui ne manque pas d’alerter quelqu’un qui frappe à sa porte (je rappelle qu’au regard du taux de criminalité à Love Island, on comprend que quelqu’un vienne frapper à la porte des chambres dans lesquelles crient des demoiselles !). Elle dit que tout va bien. Comme elle dort sans son masque et dans un pyjama, même dans la vague lueur de la lampe de chevet on arrive très bien à voir certaines choses : les mains et les pieds parfaitement manucurés et une peau qui semble aussi douce que celle d’une pêche. Quant au visage, et bien nous dirons que si celui-ci nécessiterait au moins une greffe dans les caraïbes, elle pourra simplement se soigner avec un peu d’homéoplasmine en métropole !

Mais ? Que fait Jeanne ? Elle sort une boîte de médicaments ! Et là ? Un verre d’eau sur la table. Non ? Ce n’est pas vrai, je ne peux pas y croire ! La musique dramatique en fond ne pourrait tromper le cinéphile averti que je suis ! Jeanne a l’intention de mettre fin à ses jours ! … avec du Barbitrix… soient deux cachets effervescents… Je suis consterné. Finalement, la musique change et elle va jeter le mélange surement très toxique dans le lavabo.

Le diner chez Joanna se termine, Christian esquive Laly dans le départ et Stéphane est plié en deux sous l’effet du viagra.

Le lendemain matin, Audrey réveille Eve dans sa chambre. On comprend que cette dernière s’est amusé avec Hugo pendant que Rudy a passé une nuire blanche à pourrir un répondeur. Hélène et Nico se réveille aussi. Stéphane ne se réveille pas, bien que seul, allez dont savoir pourquoi à quoi il a passé sa nuit pour être aussi fatigué. Bénédicte se réveille aussi, dans les bras d’Hugo (Wait? What!), qu’elle a appelé en plein milieu de la nuit. Et quand elle est partie, il va retrouver Audrey pour surement remettre encore ça ! Quand je vous répète que tout le monde connait tout le monde dans cette ile et que tout le monde a couché avec absolument tout le monde ! C’est pas Love Island qu’elle aurait dû s’appeler, mais Lust Island au regard de la densité de grosses cochonnes au mètre carré.

Sur la plage, Jimmy apporte le petit déjeuner à Estelle. C’est le moment de faire le petit discours moralisateur. Coucher à 20 ans avec des types qui ont deux fois sont âge c’est mal, il ne faut pas le faire, il faut savoir se respecter et adopter une attitude de vie saine... Évidemment, c’est plus facile de dire ça au petit matin, quand on a arrêté de penser avec son membre viril empli de vigueur ! Avec la tentative de suicide avec des cachets d’aspirine, c’est le deuxième moment le plus drôle de l’épisode.

Quand il se réveille enfin, Stéphane demande à Laly ce que c’était ces pilules. Devant la colère montante, elle finit par lui avouer son plan, il se fâche encore plus fort (je passerai sur le caractère ultra-crédible de la scène…). Pendant ce temps-là, armée de son inutile costume de grande brûlée, Jeanne fait le tour de l’ile. Elle a failli avoir un accident avec Rudy (sur une priorité à droite, pour les plus tatillons d’entre vous), ce dernier ne capte toujours pas qui elle est (elle lui rappelle bien quelqu’un pourtant… de toute façon, il va retrouver Eve qui a soudainement besoin de lui, alors il a autre chose en tête !). (Pour info, elle masquera sa nuit de débauche sous le couvert d’une réunion d’affaire dans un hôtel qu’elle possède.) Elle retourne à la cabane de Nicolas et repart sans rien toucher. De retour à l’hotel, elle demande sa note, car elle part demain.

Fin de l’épisode.

Il en reste plus qu’un. Il reste 50 minutes pour donner une vague fin à un truc qui me semble être un bordel sentimental sans nom. Ca pue la queue de poisson aussi fort que sur l’étalage d’Ordralphabétix ! Bénédicte est complétement à la ramasse, limite borderline déprime. Je vois mal comment ça pourrait s’arranger avec Jimmy (si ça s’arrange, cette série n’est définitivement pas morale). Stéphane aurait peut-être ouvert les yeux sur cet amour stupide qu’il voue à Laly. Christian met vent sur vent à celle-ci et à moins de 50 minutes pour avouer ses sentiments à Joanna, qui aurait encore moins pour le dire à José si elle décidait de retourner avec son cri-cri d’amour. Remarque, ce serait pratique, il pourrait se remettre avec Béné… C’est jouable. Eve doit tout avouer à Rudy, qui pourrait choisir de rester avec elle. Ou pas. On ne saura probablement pas ce qu’est en train de machiner Audrey, avec ses plans machiavéliques qui implique Eve, Hugo et Nicolas… Et enfin, Jeanne. Que va-t-elle faire ? Va-t-elle réellement partir ? Ce serait naze, facile pour conclure mais terriblement naze. Et gérer toute la tension dramatique des retrouvailles avec une morte dont on était amoureux en moins de 50 minutes avec les autres histoires, c’est du suicide artistique (enfin, un peu plus, un peu moins) Oui, je déteste Hélène. Oui, j’aimerais que Jeanne vive avec Nicolas et qu’on lui donne de l’homéoplasmine pour sa brûlure légère après son accident d’avion ! On s’en fout d’Hélène, elle repartirait faire son tour du monde à la voile et on en parlerait plus !

Le plus simple, c’est de conclure sur une note moralisatrice, avec Jimmy qui l’expliquerait – parce que fort de son expérience et de ses compétences d’acting dans le faux-cul, il le ferait bien. Jimmy, disais-je, expliquerait que tout le monde sur Love Island a fini par attraper le sida à force de coucher avec tout le monde, que c’est bien fait pour eux et que le préservatif, c’est pas pour les chiens et qu’il faut en mettre. Na !

Publicités
commentaires
  1. […] : vous pouvez aller lire mes résumés des derniers épisodes de la série : là, là, là et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s